03/09/2012

XVIIIème Université d'été des droits de l'homme: Rousseau et la démocratie

 

Dans une liberté plus grande, titre emprunté au rapport de Koffi Annan (voir post précedant) est le leitmotiv de la XVIIIème Université d’été des droits de l’homme qui s’ouvre le lundi 3 septembre à Genève au siège de la Fondation Jeantet.

 Pendant quinze jours les participants se pencheront sur les relations entre démocratie et droits de l’homme en prenant comme point de départ les textes de la philosophie politique de Rousseau (voir notre blog http://droitshumains.blog.tdg.ch). L’objectif est de dépasser l’opposition fréquente entre démocratie et développement. Les participants auront la possibilité de débattre du premier rapport présenté au Conseil sur le nouvel ordre démocratique international par l’expert indépendant M. de Zayas.

 Un thème central de la session sera la réflexion sur la solidarité internationale et le développement. La solidarité a été définie par les Nations Unies comme une des valeurs fondamentales communes. Peut-elle débloquer les problèmes où est enlisé le droit au développement ? Les participants suivront un colloque organisé par la Plateforme des ONG sur le droit au développement et l’experte indépendante sur la solidarité internationale, Mme Dandan.

14/08/2012

Le droit d’être gouvernés selon notre volonté et dans le respect de la loi

Dans quelques semaines débute la XVIIIème Université d'été des droits de l'homme qui aura lieu lors de la prochaine session du Conseil des droits de l'homme. En cette année du tricentenaire de Rousseau, elle traitera des liens entre développement, démocratie et libertés. Ces extraits du Rapport du Secrétaire Général « Dans une liberté plus grande » serviront de canevas à la formation :

Ce sont les besoins et les espoirs des peuples du monde qui doivent nous servir de phare. Dans le rapport que j’ai publié à l’occasion du millénaire, intitulé « Nous, les peuples » (A/54/2000), j’ai repris les premiers mots de la Charte pour bien montrer que si l’ONU rassemble des États souverains, c’est pour répondre auxbesoins des peuples qu’elle existe et c’est vers cela que doit tendre son action. Comme je l’ai dit quand j’ai été élu pour la première fois il y a huit ans, nous devons à cette fin « parfaire le triangle que forment le développement, la liberté et la paix ».

Les auteurs de la Charte l’ont clairement vu. S’ils ont parlé de préserver les générations futures du fléau de la guerre, c’était en sachant que cet objectif ne pourrait être atteint s’il était conçu de façon trop restrictive. Ils ont donc décidé de créer une organisation chargée de veiller au respect des droits de l’homme, de créerles conditions nécessaires au maintien de la justice et de l’état de droit, de favoriser le progrès social et d’instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.

J’ai intitulé mon rapport « Dans une liberté plus grande » pour souligner que la Charte reste d’actualité et que les buts qui y sont énoncés doivent se concrétiser dans la vie des hommes et des femmes du monde. En parlant de liberté plus grande, j’ai voulu dire aussi que le développement, la sécurité et les droits de l’homme sont indissociables.

Même s’il a le droit de vote, un jeune homme atteint du sida, analphabète et affamé, est loin d’être libre. Même si elle gagne assez pour vivre, la femme dont le quotidien est marqué par la violence et qui n’a pas son mot à dire sur la façon dont son pays est gouverné n’est pas libre non plus. Parler d’une liberté plus grande, c’est dire que les hommes et les femmes du monde entier ont le droit d’être gouvernés selon leur volonté et dans le respect de la loi, et de vivre dans une société où chacun peut librement, sans discrimination ou sanction, s’exprimer, pratiquer une religion et s’associer à d’autres. C’est dire qu’ils doivent aussi être à l’abri du besoin, ne pas vivre sous le couperet de la misère ou des maladies infectieuses, et à l’abri de la peur, ne pas avoir à craindre que la violence et la guerre viennent bouleverser leur vie ou les priver de tout moyen de subsistance. Chacun a droit à la sécurité et au développement.

 

 

23/05/2012

La bonne gouvernance selon Rousseau

ile-rousseau-statue.jpg
En 2012, l’Université été des droits de l’homme aura comme thème transversal : Repenser la démocratie en lien avec Rousseau, considéré comme l’un des fondateurs de la démocratie moderne. Dans notre blog nous vous proposerons de temps en temps de textes du penseur genevois. Des textes plus ou moins connus qui aident à «repenser la démocratie » . Le premier texte concerne la bonne gouvernance des Etats. Il se trouve dans le Contrat Social. Le voici :

Quand donc on demande absolument quel est le meilleur gouvernement, on fait une question insoluble comme indéterminée ; ou, si l’on veut, elle a autant de bonnes solutions qu’il y a de combinaisons possibles dans les positions absolues et relatives des peuples.
Mais si l’on demandait à quel signe on peut connaître qu’un peuple donné est bien ou mal gouverné, ce serait autre chose, et la question de fait pourrait se résoudre.
Cependant on ne la résout point, parce que chacun veut la résoudre à sa manière. Les sujets vantent la tranquillité publique, les citoyens la liberté des particuliers ; l’un préfère la sûreté des possessions, et l’autre celle des personnes ; l’un veut que le meilleur gouvernement soit le plus sévère, l’autre soutient que c’est le plus doux ; celui-ci veut qu’on punisse les crimes, et celui-là qu’on les prévienne ; l’un trouve beau qu’on soit craint des voisins, l’autre aime mieux qu’on en soit ignoré ; l’un est content quand l’argent circule, l’autre exige que le peuple ait du pain. Quand même on conviendrait sur ces points et d’autres semblables, en serait-on plus avancé ? Les qualités morales manquant de mesure précise, fût-on d’accord sur le signe, comment l’être sur l’estimation ?
Pour moi, je m’étonne toujours qu’on méconnaisse un signe aussi simple, ou qu’on ait la mauvaise foi de n’en pas convenir. Quelle est la fin de l’association politique ? C’est la conservation et la prospérité de ses membres. Et quel est le signe le plus sûr qu’ils se conservent et prospèrent ? C’est leur nombre et leur population. N’allez donc pas chercher ailleurs ce signe si disputé. Toute chose d’ailleurs égale, le gouvernement sous lequel, sans moyens étrangers, sans naturalisation, sans colonies, les citoyens peuplent et multiplient davantage, est infailliblement le meilleur. Celui sous lequel un peuple diminue et dépérit est le pire. Calculateurs, c’est maintenant votre affaire ; comptez, mesurez, comparez (a).

22/11/2011

Université d'été 2012 / 2013



P1050184.JPG

Séance d'ouverture Université d'été 2011


Le Collège universitaire Henry Dunant vient de lancer sa XVIIIème session qui aura lieu en été 2012 et au printemps 2013. Le programme est axé sur la pratique des mécanismes de protection des droits de l’homme. Le Diplôme de spécialisation en droits économiques sociaux et culturels du Collège universitaire Henry Dunant est un titre privé reconnu par des nombreuses institutions dans le monde. Les intervenants du programme sont des professeurs universitaires, diplomates, fonctionnaires internationaux et acteurs de la société civile. La langue est le français.

Le programme s’adresse essentiellement aux parties prenantes des droits de l’homme (fonctionnaires, membres d'ONG, magistrats, diplomates, journalistes, enseignants, etc.) Les participants suivront comme observateurs à la session du Conseil des droits de l’homme.

Principaux sujets abordés lors de la formation:
1.    Les derniers développements des DESC aux Nations Unies, notamment les observations générales du Comité des DESC, les rapports des Rapporteurs spéciaux  sur les DESC, le Protocole facultatif au Pacte des DESC et les travaux des Groupes de travail en lien avec les DESC
2.    L’approche des politiques basée sur les droits (ABD)
3.    Les instruments de mesure des droits, en particulier les indicateurs
4.    La notion de gouvernance et la transformation du rôle de l’État
5.    L’expérience directe des mécanismes internationaux des droits de l’homme

Chaque module comporte le développement d'outils et un atelier pratique. Pour plus de renseignements, veuillez consulter le rapport de la dernière session.

La formation peut se faire à deux périodes différentes, le délais d’inscription étant identiques soit de novembre 2011 au 10 mars 2012 :

Période A
Partie à distance (Unités I) :             1-31 juillet 2012
Partie présentielle Unités II et III):         3-15 septembre 2012
Travail de recherche (Unité IV) :         octobre –décembre 2012

Période B
Partie à distance (Unité I) :             1-28 février 2013
Partie présentielle  (Unités II et III):         4-16 mars 2013
Travail de recherche (Unité IV) :         avril – juin 2013

Pour plus de renseignements cliquer ici:


http://www.cuhd.org/uni/Programmes/Uni_programm.htm

01/03/2011

Université d'été des droits de l'homme à Genève - Nouvelles formations 2011

5033625310_5e0b68eeab_z.jpgLes nouvelles formations 2011 du Collège Universitaire Henry Dunant : "Spécialisation en droits économiques, sociaux et culturels", "Droit à l'éducation, éducation pour tous (EPT), éducation aux droits de l'homme", "Curso de introducción a los derechos humanos (en línea) -
Instrumentos y Mecanismos de las Naciones Unidas". Voir le détail ci-dessous.

-  La XVIIème session de l’Université d’été des droits de l’homme
Les Unités présentielles auront lieu du 5 au 16 septembre lors de la session du Conseil des droits de l’homme. Cette formation est exclusivement en français. Elle commencera par une formation à distance du 2 au 30 mai 2011.
La clôture des inscriptions est le 30 mars 2011.
Vous trouverez les renseignements détaillés sur la session à l’adresse suivante :
http://www.cuhd.org/uni/Programmes/Uni_programm.htm


Les thèmes abordés seront :
- Système international de protection des droits de l'homme
- Droits économiques, sociaux et culturels (DESC)
- Droits culturels
- Universalité et pluralisme des cultures
- Droit international humanitaire
- Droit à l’éducation
- Education pour tous
- Droit au développement
- Droits des peuples autochtones

Les mécanismes présentés seront :

- Conseil des droits de l'homme
- Comité Consultatif du Conseil
- Procédures spéciales
- Comité des droits économiques, sociaux et culturels
- Examen Périodique Universel

Les thèmes seront étudiés en fonction des mécanismes de droit de l'homme en mettant l'accent sur le rôle de la société civile.

Chaque thème comportera le développement d'outils et un atelier pratique.


-  Cours d’introduction aux Droits de l’homme : instruments et mécanismes des Nations Unies
Ce nouveau cours sera dispensé en espagnol et se fera intégralement en ligne.
Il aura lieu du 1er avril au 19 mai.
La clôture des inscriptions est le 10 mars 2011.
Pour plus de renseignements sur cette nouvelle formation veuillez consulter l’adresse suivante :
http://www.cuhd.org/uni/Programmes/IDH_e.htm



-  La IIème session sur le droit à l’éducation, Education pour tous (EPT) et éducation aux droits de l’homme
Cette session en français aura lieu du 3 au 7 octobre en même temps que le Forum Social du Conseil des droits de l’homme.
La clôture des inscriptions est le 1er juin 2011.
Vous trouverez les renseignements détaillés sur la session à l’adresse suivante :
http://www.cuhd.org/uni/Programmes/droit_educ.htm

 

Le Collège Universitaire Henry Dunant
Genève
www.cuhd.org

27/09/2010

Revoir les OMD dans l’optique des droits de la personne humaine

P1020432.JPG

La session francophone de la XVIème Université d’été des droits de l’homme vient de s’acher à Genève. 40 participants de 24 pays de Afrique, d’Europe et du Maghreb, sélectionnés parmi 250 candidats, ont participé à la session qui s’est déroulé du 6 au 17 septembre. La session a coïncidé avec le Sommet de bilan des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et la session du Conseil des droits de l’homme. 

Les participants ont travaillé pendant quinze jours sur les questions de la diffamation des religions, de la pornographie infantile, de la Déclaration sur l’éducation aux droits de l’homme et évidemment des Objectifs du Millénaire pour le Développement, thème transversal de la session.

Le bilan des OMD ne peut se passer de l’approche des droits de l’homme, car le développement est un droit et non seulement des bonnes intentions ou des engagements moraux. Ainsi la session s'est penché sur l’approche basée sur le droits au développement et le renforcement des mécanismes de protection des droits sociaux.

Le corps professoral de cette session a été aussi très international : 15 nationalités étaient représentés.

La session finale a été dirigée par l’Ambassadeur Libère Bararunyeretse, représentant permanent de la Francophonie qui a présenté l’action de l’OIF dans le domaine des droits humains, à la veille du Sommet de Montreux.

 

Photo: Angela Melo, Directrice de la Division des droits de l'homme, UNESCO (colloque de la session hispanophone)

19/08/2009

La crise, Calvin et les droits de l'homme

1.jpgL’Université d’été des droits de l’homme fête cette année son quinzième anniversaire. Elle accueille 73 participants de 32 pays d’Europe, d’Afrique et des Amériques. Il s’agit de fonctionnaires internationaux, de spécialistes d’opérations de maintien de la paix, de magistrats, de diplomates ainsi que des responsables d’ONG. La moitié des participants sont des femmes.

En 15 ans d’activité, le Collège universitaire Henry Dunant a créé 8 programmes de formation en Europe et Amérique Latine. Ses anciens élèves ont développé 6 autres formations notamment en Amérique Latine. Récemment le Collège a créé avec l’Université de La Rioja (Espagne), une chaire UNESCO intitulée Citoyenneté démocratique et liberté culturelle.

Parmi les anciens participants  - plus de 1000 de 90 pays - se trouvent des personnalités comme le membre du Mécanisme des peuples autochtones, des Nations Unies, Carlos Mamani, ou le professeur de la Faculté de Médecine chargé des droits de l’homme, Emmanuel Kabengele.


Le programme de la XVème session de l’Université d’été  est centrée sur l’impact de la crise économique sur les droits de l’homme, notamment des plus pauvres. Les participants auront l’occasion de suivre le Forum Social des Nations Unies consacrée à cette thématique. La session se concentre également sur l’éducation aux droits de l’homme, en cette année que l’Assemblée générale a dédié à l’apprentissage des droits de l’homme. Un  colloque d’une journée sur la Déclaration sur l’éducation aux droits de l’homme en cours d’élaboration traitera ce thème.

Un autre colloque public consacré à l’année Calvin et son rôle dans l’origine des droits de l’homme clôturera la session le 4 septembre au BIT.