30/12/2009

Le besoin et la peur de l'autre

Qu’est-ce que la dignité humaine ?. Comment la cerner ?. La dignité humaine est le concept clé, la clé de voûte de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Dignité, source des droits et des devoirs, dignité qui introduit le monde de la culture, le mode d’être spécifique de l’humain. Manière d’exister impliquant un « plus » impalpable. « La faim est plus que la faim » affirmait J. P Sartre. La faim blesse la dignité humaine, elle est aussi un « acte » culturel. 

La Déclaration universelle dans son article premier explique cette dignité à partir de la raison et la conscience morale. Sans raison et conscience morale l’existence des droits serait impensable.

« La réflexion – explique M. Zundel - nous décroche de la spontanéité animale : elle ouvre une espace illimité que celle-ci ne peut plus remplir. Terrible éclair de l’esprit qui nous fait franchir un seuil irréversible, en nous jetant dans une espèce d’ »au-delà » ou il faut tout réinventer »

Cet espace illimité est l’espace de la liberté, l’espace de la moralité, l’espace du droit, comme nous avons dit. Vie humaine conçue comme projet à construire avec nos actes par chacun de nous de manière solitaire, personne ne peut le faire à notre place, mais aussi solidaire comme disait Victor Hugo car il n’y pas de je sans tu. 

Ce besoin de l’autre pour la construction de la propre identité constitue la nécessité et la difficulté du dialogue interculturel, d’une relation ouverte avec autrui. J’ai besoin de l’autre et j’en ai peur pour mon identité. Rof Carballo, fort de son expérience clinique, affirme que tout être humain depuis son enfance a trois besoins fondamentaux: celui de trouver appui  dans un groupe, celui de dépendre de quelqu’un avec autorité qui l’oriente dans le maniement de la réalité externe et celle enfin d’être protagoniste de sa propre existence.