08/08/2016

L'effectivité des droits de l'homme: formation 2016

 

 

asset-version-d5828346a7-05_c1_ch1_photoleg.jpg

La XXIII session francophone démarre lundi 8 août  à Genève. 25 participants de 12 pays d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Europe et du Maghreb, sélectionnés parmi plus de 100 candidats, participeront à cette session qui se déroulera jusqu’au 12 août. La formation coïncide avec la session du Comité consultat

if du Conseil des droits de l’homme. Les participants suivront la présentation des rapports sur les migrants mineurs non accompagnés, et sur le non-rapatriement des fonds illicites.

Après l’adoption de l’Agenda 2030, le défi dans les années à venir pour les droits économiques sociaux et culturels (DESC) est celui de l’effectivité. Quels moyens devons-nous utiliser pour rendre effectifs les droits dans le contexte qui est le nôtre?:

  1. Le premier volet est celui de l’information sur l’actualité des DESC.
  2. Le deuxième volet est celui du renforcement des capacités des débiteurs et des détenteurs des droits.
  3. Le troisième volet est la surveillance accrue des législations et politiques.. Pour surveiller les législations et les politiques, il est nécessaire de construire des mécanismes de monitoring.
  4. Le quatrième volet fait référence à la justiciabilité des droits qui nécessite le suivi des arrêts, mais aussi des analyses de la doctrine.

 Ces quatre volets ainsi que le contexte constituent l’ossature de la formation 2016.

Dans le contexte des DESC un facteur est particulièrement important: les moyens économiques disponibles: les ressources internes, la coopération au développement et la responsabilité sociale des entreprises et le rôle du secteur privé.

La formation d’une durée totale de 250 heures se compose d’une partie à distance de deux mois (juin-juillet)  et de la partie présentielle qui démarre lundi. Le dernier jour les  participants deviendront des points focaux de l’Observatoire des DESC pour accroître l’effectivité des droits en créant un Observatoire international des législations et politiques.

Les participants viennent des institutions nationales des droits de l’homme, de la magistrature, des ONG et des  administrations publiques. Le but essentiel de la formation est d’établir une stratégie internationale pour que les nouveaux objectifs du développement, au-delà de la seule économie, incorporent surtout la dimension  « droits de l’homme ». La formation  aura lieu notamment au Palais des Nations, au Campus Biotech et au Centre d’Accueil de la Genève Internationale.

Isabel Marquez de Prado