30/07/2012

Droits économiques et sociaux: l'urgence de la formation

 

P1050505.jpg

Le Collège universitaire Henry Dunant avec la Faculté de Médecine de l’Université de Genève a réalisé  une enquête sur les besoins de formation dans le domaine des droits économiques sociaux et culturels (DESC) au niveau international. Le questionnaire de l’enquête a été envoyé à des personnes directement concernées par les thématiques des DESC dans leur activité professionnelle et appartiennent aux régions Afrique, Amériques, Australie et Europe.

A la question centrale: Selon vous, existe-t-il des besoins de ressources humaines formées dans la protection et la promotion des droits économiques, sociaux et culturels?, la quasi-totalité des personnes ont répondu oui (98,1%).

Selon l’enquête, cette formation devrait en premier lieu s’adresser aux défenseurs des droits de l’homme, aux membres d’ONG, aux cadres des agences de développement et aux chercheurs des droits de l’homme.

D’après l’enquête, il semble que les buts de la formation doivent s’orienter vers la délivrance de connaissances et d’outils qui permettront: de renforcer la participation à l’élaboration de politiques nationales basées sur les DESC et d’appuyer la promotion et la recherche dans ce domaine.  En ce qui concerne les connaissances, il apparaît un besoin de développer des connaissances pratiques et jurisprudentielles en matière de violations et de justiciabilité des DESC. Afin de mieux évaluer les politiques, il est suggéré de développer des connaissances sur les organes de surveillance et les méthodes de collecte et d’analyse de données des DESC.

La méthode de travail la plus appropriée à cette formation doit, sans équivoque d’après les réponses récoltées (68%), se baser sur une combinaison des méthodes évoquées dans le sondage. La validation des acquis au terme de la formation est perçue comme nécessaire. Enfin, pour ce qui fait référence au lieu de la formation, 48% des participants estiment que la formation doit se tenir de manière alternée localement et à l’étranger.

Paul Gaullier, collaborateur scientifique, CUHD

On peut se procurer un résumé de l’enquête auprès du Collège universitaire Henry Dunant : info@cuhd.org

Photo: Conseil des droits de l'homme 2012 / Side event sur la qualité de l'éducation

31/08/2011

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement : peut-on vraiment tenir les promesses ?

480_AFP-famine-corne_afrique.jpg

Tenir les promesses était le titre de la résolution de l'ONU sur le Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) de septembre 2010. La XVIIème Université d'été des droits de l'homme démarre lundi à Genève pour vérifier la possibilité de « tenir les promesses ». 40 participants de 23 pays de Afrique, d'Amérique Latine et d'Europe, sélectionnés parmi près de 300 candidats, participeront à cette session qui se déroulera du 5 au 16 septembre. Elle coïncide avec le Conseil des droits de l'homme. La nouvelle présidente du Conseil, Mme Dupuy Lassere, première femme qui occupe cette charge s'adressera aux participants lors de la séance d'ouverture.

Pendant quinze jours ils se pencheront sur les possibilités de tenir les promesses dans un monde bouleversé par la crise économique, la famine en Afrique et les crises politiques dans le Maghreb et les pays arabes. Peut-on tenir les promesses  et notamment penser la communauté internationale sur les valeurs fondamentales communes : « la liberté, l'égalité, la solidarité, la tolérance, le respect de tous les droits de l'homme, la préservation de la nature et le partage des responsabilités » ? (Résolution de l'A. Générale).

Le bilan des OMD ne peut se passer de l'approche des droits de l'homme, car le développement est un droit. Il faut le rappeler avec force en cette année où les  Nations Unies commémorent le 25 anniversaire de la Déclaration sur le droit au développement.  En effet, le développement ne peut pas faire seulement objet d'une approche charitable, il doit respecter des normes si l'on veut éviter le fiasco notamment en temps de crise.  C'est pourquoi la session se penchera sur l'approche basée sur le droits au développement et le renforcement des mécanismes de protection des droits sociaux.

Les droits culturels seront également au menu, notamment les relations entre cultures et universalité des droits. La session consacrera une partie importante de son temps à la construction de mécanismes pour mesurer l'avancement des droits ainsi que pour l'identification de violations ou bonnes pratiques. La session  tirera également le bilan de la révision du Conseil des droits de l'homme achevée cette année.

Paul Gaullier, collaborateur scientifique

 

www.cuhd.org

 

18/04/2011

L'éducation aux droits de l'homme, une utopie ? Interview

AFportrait.jpgMonsieur Alfred Fernandez, vous êtes Directeur du collège universitaire Henry Dunant (CUHD) et responsable de la formation «Education aux droits de l’homme, Education pour tous (EPT), droit à l'éducation» qui se déroule à Genève. Rentrons si vous le voulez bien dans le vif du sujet. Est-ce que l’Education Pour Tous (EPT) n’est pas une utopie dans un monde en proie à la guerre, à la misère, aux conflits et à une érosion du tissu social et économique dans tous les pays, y compris les pays dits riches, à l’initiative pour la majorité d’entre eux de la déclaration des droits de l’homme?

Oui, pour beaucoup l’EPT peut apparaître comme une utopie. Mais cela ne doit décourager aucune bonne volonté, car comme a dit le Téméraire: «point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer». L’histoire a prouvé que dans le domaine du progrès humain et social, des batailles qui semblaient perdues ont été gagnées grâce à l’énergie et à la volonté inébranlables de ceux qui les ont menées.

Ensemble, nous avons évoqué la liberté d’enseignement et la liberté académique, une question me vient à l’esprit. Comment offrir une éducation scolaire et universitaire quand il y a un manque ou une absence totale de ressources humaines, matérielles, financières ?...

Cette question touche sur le fond la question des moyens économiques des pays et des personnes intéressées. Plusieurs pays s’efforcent de résoudre ce problème. Nous pourrions citer les écoles des rues en Inde, où un enseignement de base est donné dans ce cadre avec une extrême économie de moyens, là où il n’y a pas ou seulement très peu de moyens financiers. Quant au problème posé par l’absence d’école à proximité des enfants, le cas de l’Australie est intéressant, car dans les zones rurales où les fermes sont souvent éloignées de dizaines de km les unes des autres, ou de centaines de km de l’école la plus proche, les cours sont donnés grâce à la télévision. Evidemment, quand il n’y a pas de moyens et que les distances entre les élèves et les lieux d’enseignements sont très grandes, le problème peut devenir insoluble. Et, il n’est pas rare qu’il le devienne…

Si je vous comprends bien, nous pourrions être amenés à penser que selon les pays, leur développement économique et leur système politique en vigueur, il existe un espace plus ou moins grand entre l’idéal et la réalité effective du droit à l’éducation ?

Malheureusement, tel est bien le cas. Mais cela doit amener chacune des personnes concernées et chaque institution à se responsabiliser et à agir de manière à se rapprocher toujours davantage de l’idéal à atteindre qui doit constituer un principe de base. Il faut continuer de reconnaître que le droit à l’éducation est un droit universel inhérent à la personne humaine.

On constate de plus en plus une éducation à deux vitesses dans les pays en développement, phénomène qui touche également les pays émergents et en développement de manière plus visible. D’un côté ceux qui ont les moyens de s’offrir une scolarité privée, de l’autre, quand elle existe de bénéficier d’une éducation publique gratuite. En quoi le droit à l’éducation peut-il éviter que cette éducation à deux vitesses creuse davantage la fracture sociale ?

La prise de conscience de l’existence du droit à l’éducation pour toute personne humaine doit dans tous les pays amener les responsables, toutes les personnes impliquées dans cette problématique et toutes les institutions concernées à mettre en œuvre le maximum de moyens en vue d’instaurer partout et pour tous une éducation publique gratuite.

Pour finir, vos étudiants venus du monde entier repartiront de Genève avec un bagage d’enseignements pratiques et théoriques, comment pourront-il le mettre en œuvre sur le terrain ?

Nos étudiants repartent aussi de Genève avec plus de courage et d’espoir, car une fois revenus dans leur milieu, ils savent qu’ils ne sont pas seuls à lutter pour faire triompher le respect des droits de l’homme. Qu’ils travaillent au niveau gouvernemental –comme fonctionnaires, enseignants, juristes, économistes ingénieurs, médecins ou simples employés- dans le cadre de la société civile, dans leurs associations nationales – comme la très active association marocaine que dirige notre ancien participant, le professeur Rachid Aboutaieb – Président de l’Alliance Genève-Afrique-Caraïbes-Pacifique pour les droits de l’homme, Maroc : www.acpdh.org - et parmi les minorités de tous genres (peuples autochtones, minorités linguistiques, personnes défavorisées, migrants, réfugiés, handicapés, et autres), le simple fait pour nos anciens participants de mieux connaître leurs droits leur permet de les faire valoir de manière souvent bien plus efficace… sans parler de tous ceux qui, comme les femmes leaders autochtones que nous formons chaque année, se chargent de transmettre autour d’eux l’enseignement suivi au CUHD. www.enlacecontinentalmujeresindigenas.org

A quand la prochaine formation dispensée par le Collège universitaire Henry Dunant ?

Notre formation de caractère général va commencer début mai. Il s’agit de celle de l’Université d’été des droits de l’homme qui propose une formation au système de protection des droits de l’homme des Nations Unies, mention «droits économiques, sociaux et culturels».
Quant au cours de formation spécialisé «Droits à l’éducation, Education pour tous (EPT), éducation aux droits de l’homme», il sera donné du 3 au 7 octobre prochain. www.cuhd.org

__________________________________
Entretien de Nicolas Rozeau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme publié dans le N°705 d’avril 2011, pp.32-33, de la revue UN Special (www.unspecial.org)

01/03/2011

Université d'été des droits de l'homme à Genève - Nouvelles formations 2011

5033625310_5e0b68eeab_z.jpgLes nouvelles formations 2011 du Collège Universitaire Henry Dunant : "Spécialisation en droits économiques, sociaux et culturels", "Droit à l'éducation, éducation pour tous (EPT), éducation aux droits de l'homme", "Curso de introducción a los derechos humanos (en línea) -
Instrumentos y Mecanismos de las Naciones Unidas". Voir le détail ci-dessous.

-  La XVIIème session de l’Université d’été des droits de l’homme
Les Unités présentielles auront lieu du 5 au 16 septembre lors de la session du Conseil des droits de l’homme. Cette formation est exclusivement en français. Elle commencera par une formation à distance du 2 au 30 mai 2011.
La clôture des inscriptions est le 30 mars 2011.
Vous trouverez les renseignements détaillés sur la session à l’adresse suivante :
http://www.cuhd.org/uni/Programmes/Uni_programm.htm


Les thèmes abordés seront :
- Système international de protection des droits de l'homme
- Droits économiques, sociaux et culturels (DESC)
- Droits culturels
- Universalité et pluralisme des cultures
- Droit international humanitaire
- Droit à l’éducation
- Education pour tous
- Droit au développement
- Droits des peuples autochtones

Les mécanismes présentés seront :

- Conseil des droits de l'homme
- Comité Consultatif du Conseil
- Procédures spéciales
- Comité des droits économiques, sociaux et culturels
- Examen Périodique Universel

Les thèmes seront étudiés en fonction des mécanismes de droit de l'homme en mettant l'accent sur le rôle de la société civile.

Chaque thème comportera le développement d'outils et un atelier pratique.


-  Cours d’introduction aux Droits de l’homme : instruments et mécanismes des Nations Unies
Ce nouveau cours sera dispensé en espagnol et se fera intégralement en ligne.
Il aura lieu du 1er avril au 19 mai.
La clôture des inscriptions est le 10 mars 2011.
Pour plus de renseignements sur cette nouvelle formation veuillez consulter l’adresse suivante :
http://www.cuhd.org/uni/Programmes/IDH_e.htm



-  La IIème session sur le droit à l’éducation, Education pour tous (EPT) et éducation aux droits de l’homme
Cette session en français aura lieu du 3 au 7 octobre en même temps que le Forum Social du Conseil des droits de l’homme.
La clôture des inscriptions est le 1er juin 2011.
Vous trouverez les renseignements détaillés sur la session à l’adresse suivante :
http://www.cuhd.org/uni/Programmes/droit_educ.htm

 

Le Collège Universitaire Henry Dunant
Genève
www.cuhd.org

16/08/2010

Nouvelle formation: le programme

100807_FEUX_ARTIFICES_22.jpgCe nouveau programme se focalise sur les droits et les libertés dans le domaine éducatif. Il est fait en collaboration avec le Rapporteur spécial sur le droit à l'éducation des Nations Unies.

Lundi 1 novembre
§ Introduction, méthodologie et contexte international du droit à l'éducation

Mardi 2 novembre
§ Instruments internationaux sur le droit à l'éducation
§ Les mécanismes de contrôle institués par les traités (Comité de droits de l'enfant, Comité des droits économiques, sociaux et culturels)

Mercredi 3 novembre
§ Le Conseil des droits de l'homme et ses mécanismes de suivi du droit à l'éducation
§ Education pour tous (EPT)

Jeudi 4 novembre
§ Comment mesurer le droit à l'éducation: l'utilisation d'indicateurs
§ Le droit à l'éducation comme droit transversal: civil, culturel et social

Vendredi 5 novembre
§ L'éducation aux droits de l'homme. Le projet de Déclaration du Conseil des droits de l'homme
§ Le Programme mondial pour l'éducation en droits de l'homme (Deuxième phase)

L'inscription s'effectue en ligne. Délai d'inscription: 30 septembre 2010

http://cuhd.org/uni/Programmes/droit_educ.htm

 

 

11/03/2010

Los derechos humanos no tienen gusto ni sabor: son evidentes

"Los derechos humanos, en general, no son los privilegios que un grupo humano más o menos cerrado reivindica con relación a otro grupo humano… El derecho a vivir, el derecho a existir, a respirar, el derecho a la libertad son derechos elementales que no tienen ni gusto ni sabor, son evidentes".  Estas palabras del filósofo francés Vladimir Jankelevitch son la base sólida sobre la que se construye la educación en derechos humanos.

La finalidad que nos proponemos con la Universidad de Verano es simple: hacer el mundo más humano. Para esta tarea depositamos nuestra confianza a un instrumento : los derechos humanos. 

Los derechos humanos son la protección contra la arbitrariedad. Pero los derechos humanos no subsisten sin una antropología, sin una visión del hombre que sea compatible con su dignidad. Esta es la tarea primera de una cultura de los derechos humanos. Entre el pesimismo de Hobbes : homo homini lupus y la exaltación revolucionaria de Marx : Proletarios del mundo uníos ! debemos escoger el verso de Ovidio, el poeta romano: Veo lo mejor y sin embargo hago lo peor ! Realismo antropológico de un ser ontológicamente perfectible por su libertad. Perfección que supone esfuerzo sobre sí, sumisión al deber que a veces contraría nuestra primer impulso.

Hans Jonas ha puesto de relieve en una crítica aguda de la autonomía defendida por la Ilustración y Kant, la importancia de la responsabilidad. Los derechos humanos se inscriben naturalmente en esta nueva óptica moral : responsabilidad hacia el otro, resposabilidad hacia la naturaleza, resposabilidad que significa ir mas allá de la estricta justicia. Emmanuel Levinas lo ha dicho tambien de manera gráfica : les droits de l’homme sont les droits d’autrui, los derechos del otro.

26/07/2009

La XV Université d'été demarre lundi

Lundi demarre la XV Université d'été des droits de l'homme en session hispanophone. 31 participants de 12 pays prendront part: Andorre, Argentine, Canada, Colombie, Equateur, Espagne,  Guatemana, Mexico, Panama, Peru, Uruguay et Vénézuela. Le thème de cette années est l'éducation aux droits de la personne humaine. Un colloque publique aura lieu au Palais de Nations le 30 juillet toute la journée sur la deuxième phase du Programme mondiale d'éducation en droits de l'homme.

Selon la résolution 10/3, le Conseil des Droits de l’Homme doit déterminer lors de sa session de septembre le thème sur lequel la prochaine phase du programme mondial se focalisera. Le but de ce colloque est d’explorer les thématiques possibles de cette seconde phase en réunissant experts, ONG et représentants d’Etats.

Deux thèmes sont proposés pour ce colloque : l’inculturation des droits de l’homme et l’intégration de l’éducation aux droits de l’homme dans l’enseignement supérieur. Les deux thèmes semblent prioritaires. Le premier répond à la préoccupation exprimée par différends acteurs quant au déficit de  l’appropriation de l’éducation aux droits de l’homme par les différentes cultures. Le second thème aura comme objet de prolonger la réflexion de la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur de l’UNESCO qui a eu lieu à Paris en juillet 2009.

Programme du colloque

Colloque EDH 1a.pdf

.

 

17/12/2008

XVème session de l’Université d’été des droits de l’homme

Unité I (à distance) : du 1er avril au 30 avril 2009
Unités II et III (à Genève) : du 24 août au 4 septembre 2009


En collaboration avec :
la Fondation Henry Dunant- América Latina, Santiago du Chili.
la Chaire UNESCO Citoyenneté démocratique et liberté culturelle,
le Bureau International d’ Education BIE - UNESCO,


L’objectif général  est de donner aux participants  les outils pour la mise en œuvre des politiques publiques basées sur les droits de l’homme et pour promouvoir une culture des droits de l’homme fondée sur un dialogue entre les cultures et les religions.

Réalisée en étroite collaboration avec le Bureau du Haut Commissaire aux droits de l’homme et l’UNESCO, cette formation permet de participer aux sessions des organes de protection de Droits Humains. Cette année, l’organe retenu est le nouveau Comité Consultatif, organe subsidiaire du Conseil des droits de l’homme.

A la fin de la formation, les participants auront acquis des compétences leur permettant de:
1.    Adopter une approche des politiques publiques fondée sur les droits.
2.    Mettre en place des mécanismes de suivi des DESC.
3.    Participer activement aux réunions internationales relatives aux droits de l’homme et élaborer des Rapports parallèles pour les Comités.

CONTENU DE LA FORMATION

Le programme comporte 4 unités pédagogiques.

L’unité I se déroule à distance, via internet, pendant un mois au terme duquel les participants sont soumis à un contrôle de connaissances qui a lui aussi lieu à distance. Compte tenu des places disponibles limitées, il est opéré une sélection des candidatures en fonction de la qualité des dossiers déposés et du résultat au contrôle de connaissances.
L’unité II se déroule à Genève pendant deux semaines. Elle est consacrée à l’enseignement des principes régissant les droits de l’homme.
L’Unité III dédiée au suivi des organisations internationales se superpose à l’Unité II, elle a lieu aux mêmes dates.
L’unité IV, facultative, clôture ce programme et offre la possibilité aux participants qui le souhaitent de réaliser un travail de recherche dans le domaine des droits de l’homme.

Conditions financières
La taxe d'inscription est de CHF 500 pour la partie à distance (Unité I) et de CHF 2000 pour les Unités II et IV. L’Unité III est gratuite. Le paiement de la partie à distance (Unité I) doit être effectué dès que le participant aura reçu une confirmation d’inscription du Collège universitaire Henry Dunant (CUHD – UEDH) et au plus tard le 5 avril 2009.

RENSEIGNEMENTS


CUHD
32 rue de l'Athénée, 1206 Genève, Suisse
tél. +41 22 789 34 42 / fax +41 22 789 29 22
info@cuhd.org / www.aidh.org/uni

06/08/2008

Tester les nouveaux mécanismes des droits de l'homme

CIMG7415.JPG

14 SESSION DE L’UNIVERSITE D'ETE DES DROITS DE L'HOMME DE GENEVE

Cette année l’Université d’été des droits de l’homme formera son millième participant. En effet avec les participants de cette session - 77 au total-  l’Université d’été aura atteint ce nombre de personnes formées en provenance de 90 pays répartis sur les cinq continents. Ce millième participant est un chercheur malien, Kassoum Coulibaly, collaborateur du Centre international sur les droits culturels récemment créé à l’Université de Nouakchott. Les participants viennent de 32 pays : 12 d’Europe, 16 d’Afrique,  2 d'Amérique et 2 d’Asie. Il s’agit de fonctionnaires internationaux, de spécialistes d’opérations de maintien de la paix, de magistrats, de diplomates ainsi que des responsables d’ONG. La moitié des participants sont des femmes.

Gérer les diversités culturelles et les conflits par le droit


Le programme de la XIVème session de l’Université d’été  est centré sur les outils pratiques pour gérer la diversité et les conflits culturels en s’appuyant sur les droits de la personne.  Il oeuvre en faveur d’un pluralisme ordonné dans les pays en mettant l’accent sur les droits culturels. Une place importante  sera réservée cette année à l'étude de la Déclaration de Fribourg sur les droits culturels, qui a été présentée en mai 2007 aux Nations Unies.


Tester les nouveaux mécanismes

Le programme 2008 se propose également de tester les nouveaux mécanismes de protection des droits  de la personne mis en place par le Conseil des droits de l'homme, notamment l’Examen périodique universel et le protocole facultatif autorisant des plaintes pour violation des droits économiques et sociaux. Une simulation de deux jours mettra en scène le protocole facultatif et un atelier de trois heures développera les compétences pour participer efficacement à l’Examen périodique universel. Les participants auront l’occasion de suivre le nouveau Comité Consultatif du Conseil car la formation se déroulera pendant la session de cet organe qui siègera pour la première fois cet été.

Le programme inclut des sessions sur l’éducation aux droits de l’homme, sur le droit international humanitaire, le droit à l’éducation, le droit à la santé et les droits de peuples autochtones et le développement durable. Une partie sera dédiée à cette question en lien avec les changements climatiques, présentée par A. Dramé, membre vert du Conseil municipal. L’impact de la finance internationale sur les droits de l’homme sera examiné par le professeur P. Dembinski, Directeur de l’Observatoire de la Finance, et l’éthique de la coopération internationale par le professeur F. Rizzi de la Chaire Unesco de l’Université de Bergame.