18/03/2015

Education aux droits de l'homme à l'Uni: un projet innovateur

 

 IMG_1984.JPG

Trois oratrices ont pris la parole dans un événement parallèle organisé par le Groupe d’ONG sur l’éducation en droits de l’homme sur la deuxième phase du Programme mondial d'Education en droits de l'homme: Urska Cas Svetek, Représentante de la république de Slovénie, Naouel Abdellatif Mami, vice-recteur à l’Université de Sétif 2 en Algérie et Sneh Aurora, d’Amnesty International au nom de l'EDH 2020: Coalition mondiale pour l'éducation aux droits humains.

 Madame Urska Cas Svetek a parlé du Plan national d’action pour l’éducation et la formation aux droits de l’homme de son pays qui permet aux enseignants de pouvoir bénéficier d’une formation appropriée dans ce domaine. Elle a ensuite mentionné le rôle fondamental que pouvait avoir l’éducation dans l’évolution vers des sociétés ouvertes et démocratiques et donc la nécessité de continuer à travailler, en mettant en place des programmes mondiaux sur l’éducation afin de pouvoir, discuter et améliorer ce qui est déjà instauré.

Naouel Abdellatif Mami a mis en avant le projet interuniversitaire  ABDEM visant à contribuer à la modernisation de l’enseignement supérieur au Maghreb par l’intégration d'une approche basée sur les droits de l’homme (ABDH). Le projet, dont le Collège universitaire Henry Dunant et partenaire,  vise à une réforme des programmes de l’enseignement supérieur dans la région du Maghreb en introduisant cette approche comme le recommande le programme mondial en faveur de l’éducation aux droits de l’homme, dont la phase 2 se concentre sur l’enseignement supérieur. Le projet vise cinq catégories de personnes : les enseignants participant à la formation, les membres des institutions académiques et enseignants impliqués dans le projet, les autres universités dans le Maghreb, les étudiants formés dans les universités de la région qui peuvent être formés sur cette approche et enfin la société civile des pays du Maghreb susceptible de bénéficier d’une formation. Le projet d’une durée de trois ans comporte trois phases, la première phase déjà réalisés a permis d’identifier les atouts et les faiblesses des universités partenaires dans le secteur de l’enseignement supérieur en matière des droits de l’homme. La deuxième phase comprend la formation des formateurs à la fois théorique et pratique. Enfin la troisième phase comprendra la création d’un Master interuniversitaire et interdisciplinaire sur l’approche basée sur les droits de l’homme (ABDH).

Ainsi, en conformité avec le Programme mondial en faveur de l’éducation aux droits de l’homme, le projet ABDEM prévoit à la fois la promotion de « l’éducation à travers les droits de l’homme » en mettant à disposition tous les moyens nécessaires à l’apprentissage des droits de l’homme et « les droits de l’homme dans le système éducatif » en assurant les droits de tous les membres de la communauté universitaire.

Par la suite Sneh Aurora à réaffirmé le rôle de l’EDH 2020, Coalition mondiale d'organisations de la société civile visant à promouvoir l'éducation aux droits de l'homme en soutenant et en renforçant la mise en œuvre des normes et des engagements internationaux existants. Ainsi, les objectifs de l’éducation des droits de l’homme pour 2020 sont d’apporter une plus grande prise de conscience des engagements d'éducation aux droits de l'homme dans la société civile, les gouvernements, les organes conventionnels et les autres parties prenantes. Dans un deuxième temps, il est nécessaire de soutenir et de renforcer la société civile dans la mise en œuvre de mécanismes internationaux de droits humains, d’instruments, de standards et de directives afin qu’elle puisse, par ce biais, rendre les gouvernements responsables de leurs actes.

Après ces interventions, des discussions en groupe ont eu lieu permettant de  prendre en compte les opinions et recommandations des participants. Afin de conclure les débats et d’apporter des réponses aux interventions des participants, les conférenciers ont conclu en mentionnant le fait que l‘éducation était un droit humain qui soit tenu d’être respecté, d’où la nécessité de pouvoir apporter une approche globale et durable, mais aussi une méthodologie approprié permettant de défendre et promouvoir les droits de l’homme.

Leila Seddiki

13/05/2011

Education en droits de l'homme: un pas décisif

artigiani-università-bergamo.jpg Les représentants des 41 Chaires UNESCO en droits de l'homme lors d'une réunion organisée par la Chaire UNESCO en droits de l'homme et éthique de la coopération internationale de l'Université de  Bergame (Italie), en coopération avec la Division des droits de l'homme, de la philosophie et la démocratie de l'UNESCO ont établi un ambitieux plan d'action en faveur de l'éducation en droits de la l'homme. Toutes les régions du monde étaient représentées avec un forte participation d'institutions du Maghreb.

Le Plan d'action se propose de promouvoir la recherche en matière de droits de l'homme, d'intégrer une approche fondée sur les droits de l'homme aux programmes de recherche et d'enseignement des Universités e faire avancer l'enseignement aux droits de l'homme, en matière d'éducation formelle et non-formelle, répondant ainsi aux besoins de la société civile et des différents groupes professionnels.

Les Chaires UNESCO on décidé également de travailler en faveur du Plan d'action pour la deuxième phase (2010 - 2014) du Programme mondial en faveur de l'éducation aux droits de l'homme dont les objectifs sont l'intégration des droits de l'homme dans l'enseignement supérieur et la formation des enseignants.

Les Chaires vont organiser en partenariat des événements qui marqueront les prochaines dates importantes, telles que les 20 ans de la Conférence mondiale sur les droits de l'homme (Vienne, 1993) et les 20 ans du lancement du Programme UNITWIN/Chaires UNESCO.