11/10/2016

Human Rights Education: to move forward

CdL2016.jpg

These recommendations were proposed by the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning prior to the High-Level Panel Discussion on the 5th anniversary of the UN Declaration on Human Rights Education and Training at Human Rights Council last session.

 Focus on implementation of human rights education within ot her global education initiatives such as Education First or GCED. All these programs and initiatives are excellent tools but they also bring challenges, including clarification of each vis-à-vis the other and the necessary coordination between them. It is essential to clarify the linkages between human rights education and these initiatives so as to both avoid misunderstandings and allow better implementation without loss of energy, time and resources. Human rights education is part of international law, the UN Declaration of HRET has already defined it clearly. It is different though from civic education, from moral education or from citizenship education, among others.

 Create an international entity or reinforce an existing structure, dedicated to stronger synergy among initiatives of UN agencies, intergovernmental entities and governments. Article 12.1 and article 12.2 of the UN Declaration on HRET stress the importance of international cooperation and complementary and coordinated efforts at all levels in order to contribute to more effective implementation of human rights education. The proliferation of initiatives and programs require coordination, especially at international level.

 Include human rights education in all States reports to United Nations human rights treaty bodies and the United Nations agencies. As stated in article 13.1 of the UN Declaration on HRET, international and regional human rights mechanisms should, within their respective mandates, take into account human rights education and training in their work. Review and monitoring at the national level will in many cases be the most important way to ensure that a State is meeting its obligations. We hope that the high-level panel discussion will be an opportunity to remind heads of State and governments of their commitments to engage in systematic implementation and review of human rights education.

 Budget and allocate resources. The UN Declaration in its article 14 stresses the importance for States to make the necessary resources available as part of the appropriate measures to ensure the effective implementation of and follow-up to the Declaration. It is time to budget specific resources for implementing human rights education and we would like to see a transparent process in which a percentage of the GDP is specifically devoted to Human Rights Education and Training, including financing civil society research work on good practices, initiatives and programs.

 Recognize and support the role of civil society. The UN Declaration on HRET in its Article 8.2 states that the conception, implementation and evaluation of and follow-up to such strategies, action plans, policies and programs should involve all relevant stakeholders, including the private sector, civil society and national human rights institutions, by promoting, where appropriate, multi-stakeholder initiatives.

 Indeed, NGOs, in close collaboration with other actors, can support governments not only in promoting and providing human rights education as stated in resolution HRC/31/l.12 but also at all other stages, including the elaboration and monitoring of the national strategy. Our NGO Working Group remains committed to working in this direction and also to facilitate information sharing at all levels by identifying, collecting and disseminating information on good practices.

Claire de Lavernette, Chair Working Group

 

20/09/2016

Human Rights Education: the challenges of implementation

conseil droits de l'homme,education aux droits de l'homme,déclaration sur l'éducation aux droits de l'homme,objectives du développement durable, education à la citoyenneté

The wider international community recognizes that human rights education plays a key role in building inclusive societies and a sustainable future, strengthening social cohesion, especially in situations where the physical and psychological uprooting, casualization of families and disorientation occur in an extensive and stronger way such as today. Investing in human rights education serves as a sustainable strategy for a people-centred human, social and economic development.

The UN Declaration on HRET, at the initiative of Switzerland and Morocco, was adopted by the General Assembly in December 2011, motivated by the desire to send a strong signal to the international community to strengthen all efforts in human rights education and training through a collective commitment by all stakeholders.

 If the UN General Assembly had already recognized the significance of HRE as a growing discipline when it proclaimed the period 1995-2004 the Decade for Human Rights Education, followed by Resolution 59/113 which established in 2005 the “World Program for Human Rights Education” in its consecutive, on-going phases, the UN Declaration on HRET was very welcome although the challenges of its implementation and monitoring still remain.

 Before then, UNESCO made a remarkable work, especially by clarifying extensively the concept of human rights education. The UNESCO Recommendation concerning Education for International Understanding, Co-operation and Peace and Education relating to Human Rights and Fundamental Freedoms adopted in 1974 is a useful tool and we encourage States to submit to the UNESCO mechanism by sending quality reports.

 We also wish to mention the Council of Europe Charter on Education for Democratic Citizenship and Human Rights Education, adopted in 2010 by the Organisation’s 47 member States in the framework of Recommendation CM/Rec(2010)7. The publication of Guidelines aimed at supporting States efforts in this domain is also remarkable. We would recommend the last updated one, containing the Committee of Ministers’ guidelines to member States on the protection and promotion of human rights in culturally diverse societies (13 June 2016).

 Since then, many other initiatives were born. The adoption a year ago of the Sustainable Development Goals (SDGs) by the General Assembly and of the Education 2030, Framework for Action by UNESCO opens up new opportunities for the implementation of Human Rights Education at all levels as it has brought Human Rights Education to the highest level of policy making. 

 Goal 4 in its target 7 is particularly relevant to Human Rights Education as it states: By 2030, ensure that all learners acquire the knowledge and skills needed to promote sustainable development, including, among others, through education for sustainable development and sustainable lifestyles, human rights, gender equality, promotion of a culture of peace and non-violence, global citizenship and appreciation of cultural diversity and of culture’s contribution to sustainable development.

 Likewise, the Incheon Declaration para.9 stresses the importance of Human Rights Education and Training in order to achieve the post-2015 sustainable development agenda, notably through the implementation of the dedicated UNESCO Programmes “Education for Sustainable development” (ESD) and “Global Citizenship Education” (GCED)

 Claire de Lavernette, Chair of the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning (UN)

 

 

18/04/2011

L'éducation aux droits de l'homme, une utopie ? Interview

AFportrait.jpgMonsieur Alfred Fernandez, vous êtes Directeur du collège universitaire Henry Dunant (CUHD) et responsable de la formation «Education aux droits de l’homme, Education pour tous (EPT), droit à l'éducation» qui se déroule à Genève. Rentrons si vous le voulez bien dans le vif du sujet. Est-ce que l’Education Pour Tous (EPT) n’est pas une utopie dans un monde en proie à la guerre, à la misère, aux conflits et à une érosion du tissu social et économique dans tous les pays, y compris les pays dits riches, à l’initiative pour la majorité d’entre eux de la déclaration des droits de l’homme?

Oui, pour beaucoup l’EPT peut apparaître comme une utopie. Mais cela ne doit décourager aucune bonne volonté, car comme a dit le Téméraire: «point n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer». L’histoire a prouvé que dans le domaine du progrès humain et social, des batailles qui semblaient perdues ont été gagnées grâce à l’énergie et à la volonté inébranlables de ceux qui les ont menées.

Ensemble, nous avons évoqué la liberté d’enseignement et la liberté académique, une question me vient à l’esprit. Comment offrir une éducation scolaire et universitaire quand il y a un manque ou une absence totale de ressources humaines, matérielles, financières ?...

Cette question touche sur le fond la question des moyens économiques des pays et des personnes intéressées. Plusieurs pays s’efforcent de résoudre ce problème. Nous pourrions citer les écoles des rues en Inde, où un enseignement de base est donné dans ce cadre avec une extrême économie de moyens, là où il n’y a pas ou seulement très peu de moyens financiers. Quant au problème posé par l’absence d’école à proximité des enfants, le cas de l’Australie est intéressant, car dans les zones rurales où les fermes sont souvent éloignées de dizaines de km les unes des autres, ou de centaines de km de l’école la plus proche, les cours sont donnés grâce à la télévision. Evidemment, quand il n’y a pas de moyens et que les distances entre les élèves et les lieux d’enseignements sont très grandes, le problème peut devenir insoluble. Et, il n’est pas rare qu’il le devienne…

Si je vous comprends bien, nous pourrions être amenés à penser que selon les pays, leur développement économique et leur système politique en vigueur, il existe un espace plus ou moins grand entre l’idéal et la réalité effective du droit à l’éducation ?

Malheureusement, tel est bien le cas. Mais cela doit amener chacune des personnes concernées et chaque institution à se responsabiliser et à agir de manière à se rapprocher toujours davantage de l’idéal à atteindre qui doit constituer un principe de base. Il faut continuer de reconnaître que le droit à l’éducation est un droit universel inhérent à la personne humaine.

On constate de plus en plus une éducation à deux vitesses dans les pays en développement, phénomène qui touche également les pays émergents et en développement de manière plus visible. D’un côté ceux qui ont les moyens de s’offrir une scolarité privée, de l’autre, quand elle existe de bénéficier d’une éducation publique gratuite. En quoi le droit à l’éducation peut-il éviter que cette éducation à deux vitesses creuse davantage la fracture sociale ?

La prise de conscience de l’existence du droit à l’éducation pour toute personne humaine doit dans tous les pays amener les responsables, toutes les personnes impliquées dans cette problématique et toutes les institutions concernées à mettre en œuvre le maximum de moyens en vue d’instaurer partout et pour tous une éducation publique gratuite.

Pour finir, vos étudiants venus du monde entier repartiront de Genève avec un bagage d’enseignements pratiques et théoriques, comment pourront-il le mettre en œuvre sur le terrain ?

Nos étudiants repartent aussi de Genève avec plus de courage et d’espoir, car une fois revenus dans leur milieu, ils savent qu’ils ne sont pas seuls à lutter pour faire triompher le respect des droits de l’homme. Qu’ils travaillent au niveau gouvernemental –comme fonctionnaires, enseignants, juristes, économistes ingénieurs, médecins ou simples employés- dans le cadre de la société civile, dans leurs associations nationales – comme la très active association marocaine que dirige notre ancien participant, le professeur Rachid Aboutaieb – Président de l’Alliance Genève-Afrique-Caraïbes-Pacifique pour les droits de l’homme, Maroc : www.acpdh.org - et parmi les minorités de tous genres (peuples autochtones, minorités linguistiques, personnes défavorisées, migrants, réfugiés, handicapés, et autres), le simple fait pour nos anciens participants de mieux connaître leurs droits leur permet de les faire valoir de manière souvent bien plus efficace… sans parler de tous ceux qui, comme les femmes leaders autochtones que nous formons chaque année, se chargent de transmettre autour d’eux l’enseignement suivi au CUHD. www.enlacecontinentalmujeresindigenas.org

A quand la prochaine formation dispensée par le Collège universitaire Henry Dunant ?

Notre formation de caractère général va commencer début mai. Il s’agit de celle de l’Université d’été des droits de l’homme qui propose une formation au système de protection des droits de l’homme des Nations Unies, mention «droits économiques, sociaux et culturels».
Quant au cours de formation spécialisé «Droits à l’éducation, Education pour tous (EPT), éducation aux droits de l’homme», il sera donné du 3 au 7 octobre prochain. www.cuhd.org

__________________________________
Entretien de Nicolas Rozeau du Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme publié dans le N°705 d’avril 2011, pp.32-33, de la revue UN Special (www.unspecial.org)

16/08/2010

Nouvelle formation: le programme

100807_FEUX_ARTIFICES_22.jpgCe nouveau programme se focalise sur les droits et les libertés dans le domaine éducatif. Il est fait en collaboration avec le Rapporteur spécial sur le droit à l'éducation des Nations Unies.

Lundi 1 novembre
§ Introduction, méthodologie et contexte international du droit à l'éducation

Mardi 2 novembre
§ Instruments internationaux sur le droit à l'éducation
§ Les mécanismes de contrôle institués par les traités (Comité de droits de l'enfant, Comité des droits économiques, sociaux et culturels)

Mercredi 3 novembre
§ Le Conseil des droits de l'homme et ses mécanismes de suivi du droit à l'éducation
§ Education pour tous (EPT)

Jeudi 4 novembre
§ Comment mesurer le droit à l'éducation: l'utilisation d'indicateurs
§ Le droit à l'éducation comme droit transversal: civil, culturel et social

Vendredi 5 novembre
§ L'éducation aux droits de l'homme. Le projet de Déclaration du Conseil des droits de l'homme
§ Le Programme mondial pour l'éducation en droits de l'homme (Deuxième phase)

L'inscription s'effectue en ligne. Délai d'inscription: 30 septembre 2010

http://cuhd.org/uni/Programmes/droit_educ.htm

 

 

20/04/2010

Education aux droits de l'homme: le point après la réunion du Conseil (1)

Un débat de haut niveau sur le projet de déclaration s’est tenu le 2 mars dans le but de lancer le processus intergouvernemental et ce en présence des hauts dignitaires. Il a donné lieu à des échanges riches et ouverts. Mme la Haut-Commissaire aux droits de l’homme, la ministre des affaires étrangères de la Suisse, le Ministre de la Justice du Maroc et de nombreux autres pays sont intervenus. Tous se sont félicités du travail du Comité Consultatif et ont appelé à l’adoption de cette déclaration assez rapidement (2011), celle-ci devant permettre la mise en place d’un cadre juridique et éducationnel destiné à renforcer les droits de l’homme. C’est le mandat premier du Conseil de pourvoir à la réalisation de cet objectif.

Une déclaration orale conjointe sur ce thème, co-signée par 23 ONGs, a été délivrée le 16 mars par le président du groupe de travail lors de l’examen du point 5 de l’agenda du Conseil (Organismes et mécanismes de protection des droits de l’homme). Ce texte souligne le rôle de la déclaration qui, par ses principes directeurs, va permettre de combler le vide entre les standards internationaux des droits de l’homme et les pratiques actuelles. Ainsi, le droit à l’éducation aux droits de l’homme s’applique tant aux dispensateurs de ce droit qu’à ses bénéficiaires et sa définition doit figurer dans la déclaration. Il y a également été rappelé que le Conseil de l’Europe était sur le point d’adopter la Charte pour l’Education à la citoyenneté démocratique et qu’il fallait s’assurer que la définition, comme les principes directeurs, soient en cohérence tant au niveau régional qu’international. Enfin, l’établissement de cette déclaration doit se poursuivre avec la participation de toutes les parties prenantes, notamment la société civile, et ce assez rapidement sans toutefois se hâter trop vite.

Ces échanges ont culminé avec un panel le 17 mars, organisé par le Groupe de travail sur l’éducation et la formation aux droits de l’homme et co-sponsorisé par le pôle « Education et formation aux droits humains » (Costa Rica, Italie, Maroc, Philippines, Slovénie, Sénégal et la Suisse) sur ce projet de déclaration. Cet événement a rassemblé près d’une centaine de personnes, parmi lesquelles des délégués du Haut –Commissariat, 9 Etats membres – dont cinq faisant partie du pôle - autour des panélistes. Alfred Fernandez est intervenu au nom de OIDEL et du Collège universitaire Henry Dunant pour faire part des résultats d’une enquête réalisée en ligne au mois de novembre 2009 auprès d’une population francophone, sur les besoins en formation aux droits de l’homme et l’intérêt que cette éducation suscite. L’autre représentant de la société civile était Amnesty International. Le professeur P. Kirchschlaeger, de l’université de Lucerne, a apporté un éclairage intéressant sur le contenu et les méthodes d’enseignement qu’il faudrait retenir dans le cadre de cette déclaration. Les autres intervenants, l’ambassadeur des Philippines E . Garcia, Mme Lemrini du Comité consultatif des droits de l’homme du Maroc et coordonnatrice des institutions nationales des droits de l’homme ont tous salué le Comité exécutif pour son travail de rédaction et se sont félicités de la bonne collaboration entre toutes les parties prenantes, le dialogue étant ouvert et transparent, comme dans une « grande famille ». Tous ont souhaité que Mr Decaux, rapporteur du groupe de rédaction de la déclaration, continue à faire partie des débats.

24/03/2010

L'éducation aux droits de l'homme un droit en soi

Alors que le Conseil se penche sur le projet de Déclaration sur l’éducation aux droits de l’homme l’existence d’un droit à cette éducation a été sujet de débat. Déjà en 1993 le Congrès international sur l'éducation aux droits de l'homme et à la démocratie de Montréal organiséDSCN3640rec.JPG par l'UNESCO à la veille de la Conférence de Vienne avait affirmé : 

" L’éducation aux droits de l'homme et à la démocratie est elle-même un droit de l'homme et un préalable à la pleine réalisation de la justice sociale, de la paix et du développement. L'exercice d'un tel droit contribuerait à la sauvegarde de la démocratie et au développement, compris dans son sens le plus large ".

Et Mary Robinson, ancien Haut Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies avait souligné: 

" En proclamant la Décennie sur l’éducation aux droits de l’homme (1995 – 2005) , il a été réaffirmé, comme cela avait déjà été déclaré dans plusieurs instruments internationaux relatifs aux droits de l'homme, que l'éducation dans le domaine des droits de l'homme est un droit en soi, c'est-à-dire le droit pour tout individu d'être amené à prendre conscience des droits et de la dignité de tous ainsi que des moyens d'en assurer le respect. "

Ces considérations qui ne relèvent pas du droit international se fondent sur le Préambule même de la Déclaration universelle:

" L'Assemblée générale, proclame la présente Déclaration universelle des droits de l'homme comme l'idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations afin que tous (…) s'efforcent, par l'enseignement et l'éducation, de développer le respect de ces droits et libertés. "

11/03/2010

Los derechos humanos no tienen gusto ni sabor: son evidentes

"Los derechos humanos, en general, no son los privilegios que un grupo humano más o menos cerrado reivindica con relación a otro grupo humano… El derecho a vivir, el derecho a existir, a respirar, el derecho a la libertad son derechos elementales que no tienen ni gusto ni sabor, son evidentes".  Estas palabras del filósofo francés Vladimir Jankelevitch son la base sólida sobre la que se construye la educación en derechos humanos.

La finalidad que nos proponemos con la Universidad de Verano es simple: hacer el mundo más humano. Para esta tarea depositamos nuestra confianza a un instrumento : los derechos humanos. 

Los derechos humanos son la protección contra la arbitrariedad. Pero los derechos humanos no subsisten sin una antropología, sin una visión del hombre que sea compatible con su dignidad. Esta es la tarea primera de una cultura de los derechos humanos. Entre el pesimismo de Hobbes : homo homini lupus y la exaltación revolucionaria de Marx : Proletarios del mundo uníos ! debemos escoger el verso de Ovidio, el poeta romano: Veo lo mejor y sin embargo hago lo peor ! Realismo antropológico de un ser ontológicamente perfectible por su libertad. Perfección que supone esfuerzo sobre sí, sumisión al deber que a veces contraría nuestra primer impulso.

Hans Jonas ha puesto de relieve en una crítica aguda de la autonomía defendida por la Ilustración y Kant, la importancia de la responsabilidad. Los derechos humanos se inscriben naturalmente en esta nueva óptica moral : responsabilidad hacia el otro, resposabilidad hacia la naturaleza, resposabilidad que significa ir mas allá de la estricta justicia. Emmanuel Levinas lo ha dicho tambien de manera gráfica : les droits de l’homme sont les droits d’autrui, los derechos del otro.

26/07/2009

La XV Université d'été demarre lundi

Lundi demarre la XV Université d'été des droits de l'homme en session hispanophone. 31 participants de 12 pays prendront part: Andorre, Argentine, Canada, Colombie, Equateur, Espagne,  Guatemana, Mexico, Panama, Peru, Uruguay et Vénézuela. Le thème de cette années est l'éducation aux droits de la personne humaine. Un colloque publique aura lieu au Palais de Nations le 30 juillet toute la journée sur la deuxième phase du Programme mondiale d'éducation en droits de l'homme.

Selon la résolution 10/3, le Conseil des Droits de l’Homme doit déterminer lors de sa session de septembre le thème sur lequel la prochaine phase du programme mondial se focalisera. Le but de ce colloque est d’explorer les thématiques possibles de cette seconde phase en réunissant experts, ONG et représentants d’Etats.

Deux thèmes sont proposés pour ce colloque : l’inculturation des droits de l’homme et l’intégration de l’éducation aux droits de l’homme dans l’enseignement supérieur. Les deux thèmes semblent prioritaires. Le premier répond à la préoccupation exprimée par différends acteurs quant au déficit de  l’appropriation de l’éducation aux droits de l’homme par les différentes cultures. Le second thème aura comme objet de prolonger la réflexion de la Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur de l’UNESCO qui a eu lieu à Paris en juillet 2009.

Programme du colloque

Colloque EDH 1a.pdf

.