18/07/2017

Un ancien participant nommé au CERD

bakari.png
Monsieur Bakari Sidiki Diaby, diplômé du Collège Universitaire Henry Dunant en 2015, vient d’être nommé membre du Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale.

Il participe actuellement au programme de doctorants mis en place entre le Collège Universitaire Henry Dunant et l’Universitat Internacional de Catalunya.

Né en 1976 en Côte d’Ivoire, il choisit de s’orienter vers des études de droit public fondamental l’Université de Bouaké (Côte d’Ivoire). Dès 2007, il se spécialise dans le domaine des droits de l’Homme avec le Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées en droit de l’Homme et le Certificat en Droits de l’Homme et Culture de la Paix de l’Institut de la Dignité et des Droits Humains du Cerap à Abidjan (Côte d’Ivoire). Il devient très actif en 2011 en promouvant les droits de l’Homme et le droit international au sein des Armées Africaines en tant que coordinateur général de la Coordination National des Droits de l’Homme pour les Armées. La même année, il est le pionnier de l’Institut Africain des Droits de l’homme pour les Armées (IADHA) et de la Coordination Africaine des Droits de l’Homme pour les Armées (Camp Gallieni, Abidjan, Plateau).

Il est actuellement Secrétaire Exécutif Adjoint de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) et le Secrétaire Permanent des Institutions Nationales des Monétaire Ouest Afrique.

Maéva Guyot

30/06/2017

V cours sur la protection des DDHH: l’Amérique du Sud et le CUHD au Palais des Nations

droits humains,cuhd,cours,nnuu

Dans le contexte de la 35ème session du Conseil des Droits de l’Homme, le Collège Universitaire Henry Dunant (CUHD) a offert un cinquième cours sur “La promotion et la protection des droits de l’homme” aux participants d’Amérique du Sud.

Lors de la semaine du 12 au 16 juin, les élèves ont eu la possibilité d’assister aux réunions du Conseil au Palais des Nations et de voir en pratique ce qu’ils avaient appris durant les cours. À la fin, en guise d’examen, ils ont rédigé un rapport sur les changements législatifs, jurisprudentiels et d’opinion publique qui ont servis en matière d’éducation et de santé en 2016 dans chacun de leurs pays. De cette façon, ils ont contribué au projet ObiDESC, que le CUHD développe afin de pouvoir surveiller le progrès que font les États.

À titre personnel, en tant qu’élève, ce qui m’a paru le plus attirant a été le fait de pouvoir voir comment fonctionne le Système des Nations Unies depuis l’intérieur. Des conférences comme celle de Mme. María Vivar Aguirre sur le Haut-Commissaire des Droits de l’Homme ou encore celle de M. Alfred de Zayas sur le nouvel ordre international ont été d’un intérêt immense. Finalement l’ambiance détendue et la diversité de cultures n’ont fait qu’améliorer un déjà très bon séjour.

Eugenia de Lacalle

PS : voici une petite vidéo sur la remise des diplômes

 

07/08/2015

XXI Université d'été: la priorité des droits de l'homme dans le développement

palais_view.jpg

La session francophone démarre lundi 10 août  à Genève. 20 participants de 12 pays d’Afrique, d’Europe et du Maghreb, sélectionnés parmi 105 candidats, participeront à cette session qui se déroulera jusqu’au 14 août. La formation coïncide avec la session du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme. Les participants suivront la présentation du rapport sur les « fonds rapaces » de Jean Ziegler avec lequel ils dialogueront. Les « fonds rapaces » sont des fonds essentiellement spéculatifs qui achètent à bas prix des dettes émises par des Etats en difficulté pour ensuite exiger leur remboursement notamment avec l’aide des juridictions américaines.

2015 est une date charnière dans l’agenda du développement mondial. C’est la fin des Objectifs du Millénaire et le début d’un nouvel agenda international. Depuis 2013 le programme de l'Université d'été des droits de l'homme s’est focalisé sur l'approche des droits pour le développement. Dans le sillage du Document de l’Equipe spéciale des Nations Unies les droits de l’homme « offrent des orientations pratiques pour concevoir et évaluer les stratégies de développement et en préciser la teneur - par exemple, en donnant la priorité à l'accès universel à de l'eau de qualité, à l'alimentation, à l'énergie, à la sécurité monétaire, aux services de santé et autres biens et services publics essentiels ».

Les participants viennent des institutions nationales des droits de l’homme, de la magistrature, des administrations publiques et des ONG. Le but essentiel de la formation est d’établir une stratégie internationale pour que les nouveaux objectifs du développement, au-delà de la seule économie, incorporent surtout la dimension humaine: « droits de l’homme et démocratie ». La formation  aura lieu notamment au Palais des Nations et au Centre d’Accueil de la Genève Internationale.

Lors de la séance de clôture Pastor Elias Murillo, membre du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale et promoteur de la Décennie des Nations Unies des afro-descendants prononcera l’allocution finale. En proclamant cette Décennie, la communauté internationale distingue les personnes d'ascendance africaine comme groupe dont les droits humains doivent être promus et protégés et qui est souvent le plus discriminé. Pour pouvoir accroître leur visibilité et donc promouvoir la réalisation de leurs droits de l’homme et de leurs libertés fondamentales, il est essentiel de reconnaître que les personnes d’ascendance africaine constituent un groupe distinct. En Amérique, ce sont environ 200 millions de personnes qui se considèrent d’ascendance africaine. Des millions d’autres vivent dans diverses régions du monde, et ce, en dehors du continent africain.

Alfred Fernandez

30/01/2015

Nouveau programme: Université d’été des droits de l’homme 2015

 
 

 Université d'été, 2015, Formation droits homme, Genève, CUHD

Table ronde clôture session 2014


Les inscriptions pour la XXIe Université d'été des droits de l'homme de Genève s’ouvrent aujourd’hui.

 Ce Diplôme de spécialisation en droits économiques, sociaux et culturels, conçu avec un réseau de Chaires UNESCO et soutenu par le Programme de participation de l’UNESCO, a été créé pour former tant des agents publics que des responsables d’ONG dans les droits économiques sociaux et culturels.

 Plus de 1700 personnes de 103 nationalités ont déjà pris part à cette formation unique en son genre. D’après une enquête réalisée auprès des anciens participants l’impact sur sa carrière professionnelle a été déterminante voire très déterminante. Cette formation leur a en effet permis une meilleure maîtrise des sujets professionnels (96%) mais aussi d’influencer les politiques publiques (65%). Une grande majorité a pu également obtenir des responsabilités plus importantes au sein de sa profession.

 La formation se compose d’une partie en ligne et d’une partie présentielle.

  • La partie en ligne débutera le 1er juin et se terminera le 30 juin 2015.
  • La session présentielle aura lieu du 10 au 14 août 2015 à Genève lors de la réunion du Comité Consultatif du Conseil des droits de l’homme.

 Le  programme  et le formulaire d’inscription se trouvent sur notre site à l’adresse

http://cuhd.org/formations-en-droits-lhomme/xxieme-universite-droits-homme/

 Le délai d’inscription est fixé au 31 mars 2015.

30/07/2012

Droits économiques et sociaux: l'urgence de la formation

 

P1050505.jpg

Le Collège universitaire Henry Dunant avec la Faculté de Médecine de l’Université de Genève a réalisé  une enquête sur les besoins de formation dans le domaine des droits économiques sociaux et culturels (DESC) au niveau international. Le questionnaire de l’enquête a été envoyé à des personnes directement concernées par les thématiques des DESC dans leur activité professionnelle et appartiennent aux régions Afrique, Amériques, Australie et Europe.

A la question centrale: Selon vous, existe-t-il des besoins de ressources humaines formées dans la protection et la promotion des droits économiques, sociaux et culturels?, la quasi-totalité des personnes ont répondu oui (98,1%).

Selon l’enquête, cette formation devrait en premier lieu s’adresser aux défenseurs des droits de l’homme, aux membres d’ONG, aux cadres des agences de développement et aux chercheurs des droits de l’homme.

D’après l’enquête, il semble que les buts de la formation doivent s’orienter vers la délivrance de connaissances et d’outils qui permettront: de renforcer la participation à l’élaboration de politiques nationales basées sur les DESC et d’appuyer la promotion et la recherche dans ce domaine.  En ce qui concerne les connaissances, il apparaît un besoin de développer des connaissances pratiques et jurisprudentielles en matière de violations et de justiciabilité des DESC. Afin de mieux évaluer les politiques, il est suggéré de développer des connaissances sur les organes de surveillance et les méthodes de collecte et d’analyse de données des DESC.

La méthode de travail la plus appropriée à cette formation doit, sans équivoque d’après les réponses récoltées (68%), se baser sur une combinaison des méthodes évoquées dans le sondage. La validation des acquis au terme de la formation est perçue comme nécessaire. Enfin, pour ce qui fait référence au lieu de la formation, 48% des participants estiment que la formation doit se tenir de manière alternée localement et à l’étranger.

Paul Gaullier, collaborateur scientifique, CUHD

On peut se procurer un résumé de l’enquête auprès du Collège universitaire Henry Dunant : info@cuhd.org

Photo: Conseil des droits de l'homme 2012 / Side event sur la qualité de l'éducation