18/05/2018

Slavery yesterday and today

Slavery yesterday and today
Past reflections and future perspectives

Every year on 10 of May, the national commemoration of the memory of the slave trade, slavery and their abolition takes place in Paris. This year, the event was organised on Thursday 10 May 2018 by the Association of the Friends of General Dumas, with the support of the City of Paris, the Centre des Musées Nationaux, and under the high patronage of the President of the French Republic.

The desire to remember the slaves of the past should be applauded, without falling into triumphalism and complacency.  There is indeed an urgent need to make a concrete commitment to the liberation of modern slaves and to the abolition of all contemporary forms of trafficking.

Contemporary resurgence

Slavery has not disappeared. Although it is prohibited by a series of national and international legal instruments, slavery is on the rise throughout the world, including in Europe, even if it is often invisible.

Causes

 Poverty, economic and political instability, conflicts, the demographic explosion of certain countries, climate change, the movement of refugees and migrants, ethnic and religious persecution make millions of women and children, but also men, vulnerable to criminal networks which, by coercion or false promises, reduce these people to servitude even in our countries.

Conditions favouring contemporary slavery have multiplied throughout the world: demographic and economic imbalances, increased vulnerability of millions of people mainly in developing countries.  That vulnerability is linked to armed conflicts, dictatorships, climate change, environmental degradation, natural and technological disasters, lack of education and access to the labour market.

And often, these factors combine with competition exasperated by globalisation and the use of forced labour in agriculture, deforestation, fishing, construction, hotels and restaurants, mining, the clothing industry, not to mention sexual exploitation, child trafficking and the illegal trade in embryos and human organs. The lack of rule of law and corruption guaranteeing impunity to criminal networks and depriving victims of protection. Mass movements of vulnerable populations expose refugees and migrants but also internally displaced persons to false promises by these criminals.

Most contemporary slaves become slaves, not because they are kidnapped, but because they respond positively to a false job offer, a trap towards forced labour, towards forced prostitution.

Medical progress allowing organ transplants creates a considerable demand for donors, voluntary or not, and an international market for organ trafficking. There are also new forms of slavery linked to surrogacy, the purchase and sale of children internationally, not to mention servitudes and traditional cultural slavery practices that have not disappeared.

Slavery is developing today at levels that go beyond what we have known in previous centuries: in 2010, there were an estimated 27 million slaves in the world. This figure represents double the number of all African slaves who were forced to emigrate from Africa to the Americas.  In 2018, the latest estimates produced by international organizations put the number of people deprived of freedoms at over 45 million worldwide, with strong growth between 2010 and 2018. The profits of modern slavery in the world, according to the same sources, exceed 150 billion dollars.

According to the Global Slavery Index (www.globalslaveryindex.org/findings), 58% of victims are in 5 countries: India, China, Pakistan, Bangladesh and Uzbekistan. Women and girls account for 71% of slaves, or nearly 29 million people. One in four victims of modern slavery is a child, or about 10 million. In Europe, estimates are estimated at more than one million, most of them from Romania, Bulgaria and Slovakia, and from Nigeria, China and Brazil. Forced labour and sexual exploitation are the most widespread forms of slavery in Europe. In Italy, there are about 130,000 slaves today according to the "Walk Free" Foundation (www.walkfreefoundation.org).

Remedies

There is a general need for awareness, information and training. A comprehensive effort at national, regional and international levels is needed to address this massive global denial of fundamental human rights.

 This year, as we commemorate the abolition of slavery in the 19th century, we should draw inspiration from the abolitionists of past centuries, their struggles and their values, which are close to ours: 2018 is also the 70th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights and the 20th anniversary of the adoption of the Statute of the International Criminal Court (which qualifies certain slavery practices respectively as war crimes and crimes against humanity). It is a good time for the international community to mobilise and make a renewed call for the abolition of contemporary slavery, directed at Governments, religious and spiritual authorities, international organizations, civil society, not to mention the business community and opinion-leaders.

On 2 December 2014, at Casina Pio IV, the headquarters of the Pontifical Academy of Sciences and Social Sciences, Catholic, Anglican, Muslim, Hindu, Buddhist, Jewish and Orthodox religious leaders signed a Joint Declaration against Modern Slavery as a public declaration of their commitment to work together in spiritual and practical action to eradicate this crime against humanity and restore the dignity and freedom of its victims.

The text of the declaration signed by Pope Francis and other religious leaders states:

"We, the undersigned, are gathered here today for an historic initiative to inspire the spiritual and practical action of all world religions and people of good will throughout the world to eradicate modern slavery in the world by 2020 and forever.

In the eyes of God, every human being is a free person, girl, boy, woman or man, and is destined to exist for the good of all in equality and brotherhood. Modern slavery, in terms of human trafficking, forced labour and prostitution, organ trafficking, and any relationship that does not respect the fundamental belief that all human beings are equal and have the same freedom and dignity, is a crime against humanity.

We pledge here today to do everything in our power, within our faith communities and beyond, to work together for the freedom of all those who are enslaved and trafficked, so that their future may be restored. Today, we have the opportunity, the conscience, the wisdom, the innovation and the technology to realize this human and moral imperative."

 

In everyday reality, the victims of slavery living alongside us need reception, protection and reintegration structures. The victims are invisible, unlike other periods in the history of slavery. This real invisibility contributes to an inadequate awareness of our authorities and our aid structures, whether public or private.

The most urgent and necessary action is to promote knowledge of the facts and development processes of modern slavery. Governments and civil society must also take measures to help and rehabilitate the victims of modern slavery. Finally, prevention through education and other economic, social and political measures that restore the rule of law, ensure the protection and rehabilitation of survivors and the prosecution of criminals are needed. 

On the occasion of the Forum held in Buenos Aires from 5 to 8 May 2018 on modern slavery, "Old Problems of the New World", Pope Francis expressed his support and concern for the victims of modern slavery:

"No one can wash their hands of this tragic reality, if they do not want to be complicit in this crime against humanity”

Michel Veuthey
Ambassador of the Sovereign Order of Malta to monitor and combat trafficking in persons
Deputy Permanent Observer of the Order of Malta at the U.N. in Geneva 

http://diplomatie-humanitaire.org/en/slavery-yesterday-and-today-past-reflections-and-future-perspectives/

 

 

Esclavages d’hier et d’aujourd’hui - Mémoires et perspectives

Le 10 mai chaque année a lieu à Paris la Commémoration nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Cette journée était organisée ce jeudi 10 mai 2018 par l’association des amis du général Dumas, avec le soutien de la Ville de Paris, du Centre des Musées nationaux, et sous le haut patronage du Président de la République.

Il faut saluer cette volonté de faire mémoire des esclaves du passé, sans tomber dans le triomphalisme et l’autosatisfaction. L’urgence est en effet de s’engager concrètement pour la libération des esclaves modernes et pour l’abolition de toutes les formes contemporaines de traite.

Résurgence contemporaine

Même si l’esclavage est interdit par une série d’instruments juridiques au niveau national et international, l’esclavage se développe partout dans le monde, y compris en Europe. L’esclavage n’a en effet pas disparu. Il est même en pleine croissance, même s’il est souvent invisible.

Causes

La pauvreté, l’instabilité économique et politique, les conflits, l’explosion démographique de certains pays, les changements climatiques, les mouvements de réfugiés et de migrants, les persécutions ethniques et religieuses rendent des millions de femmes et d’enfants, mais aussi des hommes, vulnérables à des réseaux criminels qui, par la contrainte ou par de fausses promesses, réduisent ces personnes à la servitude jusque dans nos pays.

Les conditions favorisant l’esclavage contemporain se sont multipliées dans le monde entier

  • déséquilibres démographiques et économiques, vulnérabilité accrue de millions de personnes principalement dans les pays en développement (vulnérabilité liée aux conflits armés, aux dictatures, aux changements climatiques, aux dégradations infligées à l’environnement, aux catastrophes naturelles et technologiques, à l’absence d’éducation et d’accès au marché du travail). Et souvent, ces facteurs se conjuguent.
  • concurrence exacerbée par la mondialisation et par le recours au travail forcé dans l’agriculture, la déforestation, la pêche, le bâtiment, l’hôtellerie et la restauration, les mines, l’industrie du vêtement, sans oublier l’exploitation sexuelle, le trafic d’enfants, le commerce illicite d’embryons et d’organes humains.
    absence d’état de droit (« rule of law ») et corruption garantissant l’impunité aux réseaux criminels et privant les victimes de protection
  • mouvements de masse de populations dans un état de vulnérabilité exposant réfugiés et migrants mais aussi personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays aux contraintes ou aux promesses fallacieuses de criminels : la plupart des esclaves contemporains deviennent esclaves, non pas parce qu’ils sont kidnappés, mais parce qu’ils répondent positivement à une offre d’emploi mensongère, un piège vers le travail forcé, vers la prostitution imposée
  • progrès de la médecine permettant des transplantations d’organes et créant une demande considérable de donneurs, volontaires ou non, et créant un marché sur le plan international de trafic d’organes
  • nouvelles formes d’esclavage liée à la gestation pour autrui, à l’achat et à la vente d’enfants sur le plan international
  • sans oublier servitudes et pratiques esclavagistes culturelles traditionnelles qui n’ont pas disparu (ainsi les castes).

L’esclavage se développe aujourd’hui à des niveaux qui dépassent ce que nous avons connu aux siècles précédents :

  • En 2010, on estimait à environ 27 millions le nombre d’esclaves dans le monde. Ce chiffre représente le double de tous les esclaves africains qui ont été forcés à émigrer d’Afrique aux Amériques.
  • En 2018, les dernières estimations produites par les organisations internationales estiment à plus de 45 millions de personnes privées de libertés dans le monde, avec une forte croissance entre 2010 et 2018.

Les profits de l’esclavage moderne dans le monde, selon les mêmes sources, dépassent les 150 milliards de dollars.

Selon le Global Slavery Index , 58% des victimes sont répartis dans 5 pays: Inde, Chine, Pakistan, Bangladesh et Ouzbékistan. Femmes et filles représentent 71% des esclaves, soit près de 29 millions de personnes. Une victime de l’esclavage moderne sur quatre est un enfant, soit environ 10 millions. En Europe, les estimations seraient de plus d’un million, dont la plupart de Roumanie, Bulgarie et Slovaquie, et du Nigéria, de la Chine et du Brésil. Le travail forcé et l’exploitation sexuelle sont les formes les plus répandues de l’esclavage en Europe. En Italie, il y aurait environ 130.000 esclaves aujourd’hui selon la Fondation « Walk Free » .

Remèdes

Il y a un besoin général de prise de conscience, d’information et de formation.

C’est un effort d’ensemble, sur le plan national, régional et international qui est nécessaire pour faire face à cette négation massive mondiale des droits fondamentaux de la personne humaine.

En cette année où nous commémorons l’abolition de l’esclavage au XIXe siècle, nous devrions nous inspirer des abolitionistes des siècles passés, de leurs luttes et de leurs valeurs, qui sont proches des nôtres : 2018 est aussi le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et le 20e de l’adoption du Statut de la Cour Pénale Internationale (qui qualifie certaines pratiques esclavagistes respectivement de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité). C’est le moment favorable pour la communauté internationale de lancer une mobilisation pour une nouvelle abolition de l’esclavage, en faisant appel aux Gouvernements, aux Autorités religieuses et spirituelles, aux organisations internationales, à la société civile, sans oublier milieux d’affaires et formateurs d’opinion.

Le 2 décembre 2014, à la Casina Pio IV, le siège de l’Académie pontificales des sciences et des sciences sociales, des responsables religieux catholiques, anglicans, musulmans, hindous, bouddhistes, juifs et orthodoxes ont signé une Déclaration commune contre l’esclavage moderne comme une déclaration publique de leur engagement à travailler ensemble dans l’action spirituelle et pratique pour éradiquer ce crime contre l’humanité et restaurer la dignité et la liberté de ses victimes.

Le texte de la déclaration signée par Pape Francis et d’autres chefs religieux stipule ce qui suit :

« Nous, les soussignés, sommes réunis ici aujourd’hui pour une initiative historique visant à inspirer l’action spirituelle et pratique de toutes les religions mondiales et des personnes de bonne volonté partout dans le monde afin d’éradiquer l’esclavage moderne dans le monde d’ici 2020 et pour toujours. Aux yeux de Dieu, chaque être humain est une personne libre, fille, garçon, femme ou homme, et est destiné à exister pour le bien de tous dans l’égalité et la fraternité. L’esclavage moderne, en termes de trafic d’êtres humains, de travail forcé et de prostitution, de trafic d’organes, et toute relation qui ne respecte pas la conviction fondamentale que tous les êtres humains sont égaux et ont la même liberté et la même dignité, est un crime contre l’humanité. Nous nous engageons ici aujourd’hui à faire tout ce qui est en notre pouvoir, au sein de nos communautés de foi et au-delà, à travailler ensemble pour la liberté de tous ceux qui sont réduits en esclavage et victimes de la traite, afin que leur avenir soit restauré. Aujourd’hui, nous avons l’occasion, la conscience, la sagesse, l’innovation et la technologie pour réaliser cet impératif humain et moral. »

Dans la réalité de tous les jours, les victimes de l’esclavage vivant à nos côtés ont besoin de structures d’accueil, de protection et de réinsertion. Les victimes sont invisibles, contrairement aux autres époques de l’histoire de l’esclavage. Cette réelle invisibilité contribue à une inadéquation de la prise de conscience de nos autorités et de nos structures d’aides, qu’elles soient publiques ou privées.

L’activité la plus urgente et nécessaire est de promouvoir la connaissance des faits et des processus de développement de l’esclavage moderne. Il faut aussi que Gouvernements et société civile prennent des mesures pour aider et réhabiliter les victimes de l’esclavage moderne. Il faut enfin prévenir par l’éducation et d’autres mesures économiques, sociales et politiques qui permettent de rétablir l’état de droit, d’assurer la protection et la réhabilitation des survivants et la poursuite des criminels.

A l’occasion du Forum qui s’est tenu à Buenos Aires du 5 au 8 mai 2018 sur l’esclavage moderne, «Vieux problèmes du nouveau monde», le Pape François a tenu à faire part de son soutien et de sa préoccupation pour les victimes de l’esclavage moderne.

Michel Veuthey,
Ambassadeur chargé de la lutte contre le trafic d’êtres humains
Observateur Permanent Adjoint
Mission Permanente d’Observation de l’Ordre Souverain de Malte auprès de l’Office des Nations Unies à Genève

16/02/2018

Migrants : que puis-je faire ?

c976bad3-13de-4e01-a326-a8fddabffee9.JPG

Plus de 200 entretiens avec des passants dont plusieurs réfugiés qui avaient traversé la Méditerranée sur des bateaux de fortune… Comme ces « héros de l’ordinaire » symbolisés par les origamis placés sur le sol de la gare : c’est le résultat de notre après-midi de sensibilisation à la gare Cornavin.

« Que puis-je faire ? » : c’était l’interrogation la plus fréquente de la part des passants. Comme réponse, nous avons évoqué le Global Compact sur les migrants actuellement en négociation ou bien la responsabilité que le droit de vote donne à chacun.

L’intérêt était tel que les 500 flyers explicatifs ont disparus en l’espace d’à peine deux heures. Ces flyers informaient de l’ampleur de la catastrophe : rien qu’en 2017, près de 200 000 personnes ont mis leur vie en péril pour atteindre l'Europe en traversant la Mer Méditerranée. Plus de 3000 d'entre eux sont morts en chemin.

En retour, les passants nous ont communiqué le chiffre du jour que nous ne connaissions pas : 90 disparus pour la seule journée du 2 février.

Lors de cet événement, nous avons réalisé un petit film qui sera disponible sur le blog dans quelques jours.

Isabel Marquez de Prado

31/01/2018

Partager les richesses

Le vendredi 2 février de 17h00 à 19h00 aura lieu au cœur de la gare Cornavin à Genève un happening organisé par le CUHD afin de sensibiliser les genevois et passants sur la cause des réfugiés.

En 2017,  184'169 personnes ont mis leur vie en péril pour atteindre l'Europe en traversant la Mer Méditerranée. 3'116 d'entre eux sont morts en chemin. 

Plus de 900 petits bateaux en papier seront disposés au sol afin de leur rendre hommage; chaque bateau représentant 200 migrants. Le but est d’ouvrir le dialogue et de faire en sorte que les passants prennent conscience de la difficile situation des migrants qui en ce moment-même traversent la Mer Méditerranée. 

Gare.jpg

 

07/12/2016

Le rôle des ONG en faveur de la liberté religieuse

istock-lentreprise-religion-fait-religieux-1_5478260.jpg

Les ONG qui travaillent au sein du système de protection des droits de l’homme ont un rôle essentiel dans la protection de la liberté religieuse. Nous pouvons citer cinq actions majeures:

 1. Favoriser une approche des libertés basée en évidences. Les ONG avec les Universités doivent effectuer des recherches pour établir des faits sur lesquels sont établis des politiques. Pour ce faire, la mise en place d’observatoires internationaux comme celui de AED sont fondamentaux tout comme le travail au niveau national en créant des indicateurs et autres outils de mesure.

 2. Favoriser une approche du religieux avec des catégories propres à la religion. L’analyse doit se faire avec rigueur scientifique.

 3. Une troisième approche que les ONG peuvent promouvoir c’est l’approche basée sur les droits de l’homme. Aux Nations Unies nous avons un corpus important de normes qui encadrent la liberté religieuse et l’action des ONG doit se fonder sur ces nomes, notamment l’article 18 du Pacte de droits civils et politiques.

 4. Les ONG doivent faire du plaidoyer auprès des instances internationales en développant quelques idées centrales. La radicalisation naît des identités menacées, de la violation des droits culturels. La religion est un élément central dans la construction de l’identité. Mais ce n’est pas l’unique : la science, les convictions, les idéologies politiques ou la mentalité dominante peuvent faire l’objet de radicalisations et déboucher sur la violence.

 5. Enfin les ONG doivent devenir des artisans du dialogue. Il nous semble convenable d’utiliser un instrument de l’UNESCO qui décrit un ensemble de compétences nécessaires pour le dialogue interculturel. Les voici :

  • le respect (« valorisation d’autrui ») ;
  • la conscience  de  soi/l’identité  («  comprendre  le  prisme  à  travers lequel chacun de nous perçoit le monde ») ;
  • l’aptitude à regarder les choses sous un angle/point de vue différent (« en reconnaissant les similitudes et les différences entre ces points de vue ») ;
  • l’écoute (« participer à  un  dialogue  interculturel  authentique ») ;
  • l’adaptation (« être capable d’adopter temporairement une autre manière de voir ») ;
  • l’aptitude à établir des relations (« nouer des liens personnels transculturels durables ») ;
  • l’humilité culturelle  («  combiner  respect  et  conscience  de  soi »)

Les ONG peuvent promouvoir des déclarations, des études et des actions conjointes entre les diverses religions montrant ainsi la convergence des cultures.

 

Alfred Fernandez, Directeur

20/09/2016

Human Rights Education: the challenges of implementation

conseil droits de l'homme,education aux droits de l'homme,déclaration sur l'éducation aux droits de l'homme,objectives du développement durable, education à la citoyenneté

The wider international community recognizes that human rights education plays a key role in building inclusive societies and a sustainable future, strengthening social cohesion, especially in situations where the physical and psychological uprooting, casualization of families and disorientation occur in an extensive and stronger way such as today. Investing in human rights education serves as a sustainable strategy for a people-centred human, social and economic development.

The UN Declaration on HRET, at the initiative of Switzerland and Morocco, was adopted by the General Assembly in December 2011, motivated by the desire to send a strong signal to the international community to strengthen all efforts in human rights education and training through a collective commitment by all stakeholders.

 If the UN General Assembly had already recognized the significance of HRE as a growing discipline when it proclaimed the period 1995-2004 the Decade for Human Rights Education, followed by Resolution 59/113 which established in 2005 the “World Program for Human Rights Education” in its consecutive, on-going phases, the UN Declaration on HRET was very welcome although the challenges of its implementation and monitoring still remain.

 Before then, UNESCO made a remarkable work, especially by clarifying extensively the concept of human rights education. The UNESCO Recommendation concerning Education for International Understanding, Co-operation and Peace and Education relating to Human Rights and Fundamental Freedoms adopted in 1974 is a useful tool and we encourage States to submit to the UNESCO mechanism by sending quality reports.

 We also wish to mention the Council of Europe Charter on Education for Democratic Citizenship and Human Rights Education, adopted in 2010 by the Organisation’s 47 member States in the framework of Recommendation CM/Rec(2010)7. The publication of Guidelines aimed at supporting States efforts in this domain is also remarkable. We would recommend the last updated one, containing the Committee of Ministers’ guidelines to member States on the protection and promotion of human rights in culturally diverse societies (13 June 2016).

 Since then, many other initiatives were born. The adoption a year ago of the Sustainable Development Goals (SDGs) by the General Assembly and of the Education 2030, Framework for Action by UNESCO opens up new opportunities for the implementation of Human Rights Education at all levels as it has brought Human Rights Education to the highest level of policy making. 

 Goal 4 in its target 7 is particularly relevant to Human Rights Education as it states: By 2030, ensure that all learners acquire the knowledge and skills needed to promote sustainable development, including, among others, through education for sustainable development and sustainable lifestyles, human rights, gender equality, promotion of a culture of peace and non-violence, global citizenship and appreciation of cultural diversity and of culture’s contribution to sustainable development.

 Likewise, the Incheon Declaration para.9 stresses the importance of Human Rights Education and Training in order to achieve the post-2015 sustainable development agenda, notably through the implementation of the dedicated UNESCO Programmes “Education for Sustainable development” (ESD) and “Global Citizenship Education” (GCED)

 Claire de Lavernette, Chair of the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning (UN)

 

 

15/07/2016

Rapprochement des cultures : Famille humaine, solidarité et fraternité

 

Le 14 juillet dernier, à Genève, s'est clôturé le cours de « Rapprochement des cultures : Famille humaine, solidarité et fraternité » organisé par le Collège Universitaire Henry Dunant en collaboration avec l’Université de la Rioja et de Zaragoza (Espagne), l’Université « Dimitri Cantemir » (Roumanie) et l’Université Sétif 2 (Algérie). 

Le cours s’est organisé sous forme de tables rondes où professionnels et participants pouvaient librement débattre sur les notions de solidarité et fraternité. Parmi ces professionnels, se trouvaient Ocatavia Costea, Professeure à l’Université de Cant

image2.JPG

emir (Roumanie), Naouel Abdellatif Mami, Vice-rectrice à l’Université de Sétif 2 (Algérie), Jorge Ferreira, Représentant permanent auprès des Nations Unies de New Humanity, Jan Marejko, Philosophe et écrivain.

Le cours n’a pas seulement donné l’opportunité aux participants d’échanger avec des professionnels, mais les a également permis de suivre le Mécanisme d’Experts des peuples autochtones organisé par les Nations Unies au Palais des Nations où la question du droit à la santé des enfants et jeunes autochtones a été abordée. Par ce biais, ils ont pu bénéficier d’une visite du Palais des Nations.

Tout au long de cette semaine, les participants, issus de cultures différentes, ont fait preuve d’un grand intérêt, partageant leurs expériences et leur vision sur la solidarité et la fraternité. Les échanges et débats ont permis à chacun de regarder au-delà de leur vision de base, ce qui est l’un des principaux objectif de cette formation.

 Jessica Pelissier