13/06/2017

Transhumanisme et cyberculture. Science et droits de l'homme

images.jpg

L’objectif de cet événement parallèle est de réfléchir aux relations entre les droits de l’homme et la science et la technique. Cela est d’une importance cruciale lorsque les développements de la biologie, des nanotechnologies et l’informatique notamment posent des défis  fondamentaux aux droits de l’homme. Il s’agit de regarder la science  à la lumière des droits de l’homme et de placer le respect et la protection des droits surtout les droits économiques, sociaux et cultures – notamment des droits culturels - au  centre du développement humain durable.

 La science et la technique renferment des pouvoirs qui doivent être au service de la personne humaine et ne pas être utilisés pour son asservissement. Il faut toujours rappeler la sentence de Rabelais : science sans conscience n’est que ruine de l’âme. Les sociétés, avec la création des  institutions éthiques, sont conscientes des dangers d’une science et d’une technique qui estime nécessaire de faire tout ce qui est techniquement possible. Dépassant une vision purement instrumentale de la raison, les droits de l’homme et l’éthique posent des limites et des régulations.

Mercredi 14 juin 2017 /14h00 15h00

Nouvelle salle Palais des Nations  SALLE I

PREMIER ETAGE

Accueil

Angelamaria Loreto, PrésidenteIUS PRIMI VIRI International

 Panel

Osman El Hajjé, Professeur d’Université, Vice-président, IUS PRIMI VIRI International

Alfred Fernandez, Directeur Général, OIDEL

Juan García, Professeur, Faculté d’éducation, Université Nationale d’Education à Distance (Espagne)