03/05/2016

Protection des civils : le Conseil de sécurité adopte une résolution - Le CICR lance un appel

Après l’adoption de la Résolution S/RES/2286 (2016)  intitulée "Protection des civils en période de conflit armé" ("Protection of civilians in armed conflict ») par le Conseil de sécurité sur la protection des populations civiles, le CICR publie ce mardi 3 mai une lettre ouverte à tous les Membres des Nations Unies pour que cesse la violence contre les hôpitaux. Cette lettre en anglais ("A strong resolve to end violence against health care ») est co-signée par plusieurs Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et d’autres organisations comme l’Association médicale mondiale.
 
https://www.icrc.org/en/document/open-letter-un-strong-resolve-end-violence-against-health-care
 
Michel Veuthey
 
 Texte original anglais 
 

A strong resolve to end violence against health care

03 MAY 2016

An open letter to all United Nations Member States:

We continue to sound the alarm. Scores of health-care workers are being killed or injured while caring for sick and wounded men, women and children during armed conflicts. Countless are prevented from carrying out their duties.

We must do more for them and for the civilian populations affected by this unacceptable situation. It's a matter of life and death.

Firm action is needed to stop the violence against health-care providers, the bombing of hospitals and the destruction of ambulances that prevent entire communities from receiving life-saving services. These acts of violence exacerbate the impact of war on people, bringing more deaths, more disabilities, higher disease rates and greater physical and mental suffering. The consequences of these acts will be felt for decades. It is time to reaffirm that wars have limits.

That is why we, as members of and partners in the Health Care in Danger initiative, welcome the action taken by the UN Security Council to adopt a resolution on this issue. This resolution represents a vital opportunity – one that must not be missed.

Today, 3 May 2016, we call on all UN Member States to wholeheartedly support the measures detailed in UN Security Council Resolution S/RES/2286 and those produced under the Health Care in Danger initiative.

We appeal to all UN Member States, in line with the resolution adopted by the Security Council today, to reaffirm the relevance of international humanitarian law – a sound body of law which seeks to bring humanity to an inhumane situation. In particular, we urge all UN Members to adopt specific measures for the protection of health-care delivery that would ensure greater compliance with international humanitarian law.

Governments should review and, where necessary, introduce domestic legislation to prevent violence against patients, health-care personnel and facilities, and medical vehicles. Health-care staff are present in areas of conflict in order to care for the sick and wounded, regardless of their affiliations and based solely on need. They must not be punished for doing their jobs. These dedicated professionals have a key role in upholding the principle of humanity in war.

It is essential that those attacking or preventing health-care delivery be held accountable and brought to justice. We urge the adoption of specific measures to achieve this. For example, criminal, disciplinary or administrative sanctions could be incorporated into countries' domestic legislation.

We urge States to ensure that other domestic legislation applying to health-care personnel, including criminal laws, is consistent with their ethical duties and that it adequately protects the independence and impartiality of health-care provision.

Another key measure is to revise military rules of engagement and operational practice and procedures to ensure that recommendations and measures for the protection of health-care delivery are included and that military personnel are trained accordingly. We urge States to make this commitment.

The Health Care in Danger initiative is led by the International Red Cross and Red Crescent Movement and supported by experts and professionals from different backgrounds, including those working on the front line, governments, the armed forces, humanitarian agencies, international professional associations and health-care services. Together we have formulated substantive recommendations and identified practical measures that, if implemented by all those concerned, would increase the protection of health-care services in armed conflicts and other emergencies.

We shared with the Security Council members a document outlining the ethical principles of health-care provision in times of armed conflict and other emergencies. It was endorsed last year by six major health-care organizations representing over 30 million professionals and is aimed at protecting patients and those providing health care.

A key objective of the ethical principles is to ensure that health-care workers are not coerced into carrying out work that is contrary to the ethical standards of their profession. Their primary task is to preserve physical and mental health and to alleviate suffering, without discrimination of any kind. Patients are patients, no matter where they come from or what side they are fighting on.

We urge all UN Member States to take the recommendations developed under the Health Care in Danger initiative, and the ethical principles, into consideration for future multilateral initiatives.

The Security Council resolution sends an important signal. It recognizes the importance of international humanitarian law and, in particular, the sanctity of health-care delivery in times of conflict. Through this resolution, the Council members are demonstrating to the world that violence against health care is a serious humanitarian problem that needs to be addressed at the highest level, and that urgent action is needed to reaffirm the Geneva Conventions, to which all States are party.

We urge all UN Member States to respond to our appeal and to join the Council members in affirming their strong resolve to end violence against health care. There is and there must be a place for humanity in time of war.

********

This letter is endorsed by the following organizations:

  • Afghan Red Crescent Society
  • Argentine Red Cross
  • Australian Red Cross
  • Belgian Red Cross
  • Canadian Red Cross
  • Chilean Red Cross
  • Colombian Red Cross
  • Czech Red Cross
  • Egyptian Red Crescent
  • Estonian Red Cross Society
  • International Committee of Military Medicine
  • International Committee of the Red Cross
  • International Council of Nurses
  • International Federation of Medical Students' Associations
  • International Hospital Federation
  • Iranian Red Crescent Society
  • Kazakh Red Crescent
  • Lebanese Red Cross
  • Magen David Adom
  • Mali Red Cross
  • Nigerian Red Cross Society
  • Norwegian Red Cross
  • Palestine Red Crescent Society
  • Qatar Red Crescent
  • Red Cross of Serbia
  • Senegalese Red Cross Society
  • South Sudan Red Cross
  • Spanish Red Cross
  • Swedish Red Cross
  • Swiss Red Cross
  • Timor-Leste Red Cross
  • World Federation for Medical Education
  • World Medical Association
  • Yemeni Red Crescent Society

Sommet humanitaire mondial : une plateforme pour mieux faire respecter le droit humanitaire

APPEL AU RESPECT DES FONDEMENTS DU DROIT INTERNATIONAL HUMANITAIRE

Le Président du CICR lance un appel au respect des Conventions de Genève, face à plusieurs déclarations de candidats à la Présidence des Etats-Unis de les violer en torturant des prisonniers ou écrasant les civils ennemis sous les bombes…

Cet appel s’inscrit dans une campagne du CICR en vue du Sommet humanitaire mondial pour faire respecter le droit international humanitaire par les Etats et par les acteurs armés non-étatiques.

Peter Maurer, Président du CICR, a ainsi évoqué ses contacts avec des Gouvernements, des hommes politiques, des militaires, des responsables religieux musulmans pour leur demander de faire jouer leur influence sur les parties aux conflits d’aujourd’hui - dont on ne voit pas vraiment encore la fin - de protéger blessés, personnel médical, civils et prisonniers…

http://www.thedailybeast.com/…/international-red-cross-ch...

Voir aussi l’Appel du CICR en date du 29 avril à toutes les parties de mettre fin au déferlement de violence aveugle sur Alep

https://www.icrc.org/fr/document/syrie-le-cicr-demande-toutes-les-parties-de-mettre-fin-au-deferlement-de-violence-aveugle 

A vrai dire, l'accent mis sur la Syrie, et sur Alep en particulier, sont bienvenus mais pas exclusifs. De nombreuses violations du droit humanitaire, contre des blessés, des médecins, des hôpitaux, contre des civils, contre des personnes détenues ont lieu à travers le monde.

La Syrie et Alep montrent que le droit humanitaire ne peut être considéré de manière abstraite, hors contexte : les parties en conflit sont les premières responsables, et l'ensemble des Etats Parties aux quatre Conventions de Genève en assument aussi la responsabilité collective. Les Grandes Puissances ont une responsabilité particulière lorsqu'elles appuient ces parties en conflit, et donc qu'elles peuvent exercer une influence directe sur elles. 

Le Conseil de sécurité à New York peut se réunir en tout temps, le Conseil des Droits de l'Homme à Genève tient trois sessions annuelles : la première en mars, les deux prochaines sessions auront lieu en juin et en septembre.i Le Conseil des Droits de l'Homme peut aussi tenir des sessions extraordinaires, comme il l'a fait à plusieurs reprises, si un tiers des Etats Membres le demande : ce fut le cas notamment sur Boko Haram, le Burundi, l'Irak, la Syrie, les territoires palestiniens occupés par Israël.

Le droit international humanitaire, depuis 1949, donne à chaque Etat Partie, même non engagé dans un conflit armé, la juridiction universelle pour poursuivre des criminels de guerre. L'Allemagne vient d'entamer des poursuites contre des requérants d'asile inculpés pour des crimes de guerre en Syrie. C'est une initiative qu'il faut saluer et rendre publique : rappelons que les réfugiés qui auraient commis des crimes de guerre n'ont pas le droit au statut de réfugié. C'est même, en vertu de la Convention de 1951 sur les réfugiés, une raison d'exclusion...

Outre ces approches juridiques, des programmes éducatifs et d'information sont nécessaires pour rappeler les obligations des uns et des autres, et aussi montrer que le droit international humanitaire doit être appliqué, et que toutes les parties ont intérêt à l'appliquer : pour conserver une certaine image, garder l'honneur de leur cause et de leurs troupes, pour aussi garder ouverte la possibilité de négociations mettant fin aux hostilités et au conflit.

Le rôle des formateurs d'opinion est important : trop souvent, les médias se contentent de donner une (trop) grand publicité aux violations du droit, qui peut conduire à une résignation de son manque de respect. Il serait utile de mettre en évidence les cas où des blessés ont été recueillis et soignés, le personnel médical et les hôpitaux respectés, les civils protégés, les prisonniers traités avec humanité.

Et les responsables religieux ont un rôle à jouer pour montrer qu'il ne s'agit pas seulement de normes s'adressant à des spécialistes du droit international, mais des règles qui ont un caractère impératif aussi sur le plan moral et spirituel. 

Le Sommet humanitaire mondial, qui se tiendra à Istanbul les 23 et 24 mai, ne suffira pas à créer la coalition, le réseau d'humanité, le sursaut de la conscience publique mondiale pour rappeler les fondements du droit humanitaire. Ce Sommet sera suivi par le Conseil des Droits de l'Homme à Genève du 13 juin au 1er juillet, par le segment humanitaire de l'ECOSOC à New York les 27, 28 et 29 juin, et par le Sommet sur les réfugiés à New York le 19 septembre, ainsi que par la session ordinaire de l'Assemblée générale.

Ce Sommet ne sera ainsi qu'une étape importante d'une mobilisation d'ensemble et de longue haleine pour rappeler les fondements d'humanité qui nous unissent.

Michel Veuthey

 

 

18/04/2016

Prévention de l’extrémisme violent – une conférence à Genève

Prévention de l’extrémisme violent – une conférence à Genève

Les 7 et 8 avril 2016 s’est tenue à Genève une Conférence sur la prévention de l’extrémisme violent organisée par l’Organisation des Nations Unies en partenariat avec le Gouvernement suisse. Cette conférence a réuni 700 représentants de 120 pays, dont trente au niveau ministériel, de nombreuses agences du système des Nations Unies, des organisations humanitaires comme le CICR et des représentants de la société civile et de l’économie privée,[1] des médias et des réseaux sociaux.

 

Au cœur des discussions était le Plan d’action du Secrétaire général des Nations Unies pour la prévention de l’extrémisme violent (A/70/674)[2] publié le 24 décembre 2015 et dont l’Assemblée générale des Nations Unies a « pris note » (formule diplomatique marquant le désaccord de plusieurs Etats sur ce Plan d’action)[3] dans une résolution (A/RES/70/254)[4] adoptée par consensus le 12 février 2016 à New York.

 

La première journée a réuni des experts de haut niveau. Le deuxième jour, les discussions ont été ouvertes par le Secrétaire général des Nations Unies, M Ban Ki-moon, et par le Conseiller fédéral Didier Burkhalter, Chef du Département fédéral suisse des affaires étrangères.

 

Parmi les points soulevés, relevons

 

  • l’accent mis sur la prévention à long terme, et non seulement la répression, la nécessité de s’attaquer aux racines du mal par une approche globale qui permette de gagner les cœurs et les esprits (« winning people’s hearts and minds ») ;
  • de nombreuses demandes de pays musulmans de ne pas limiter l’extrémisme à l’Islam,[5] et aussi de ne pas utiliser la terminologie d’ « Etat islamique » mais celle de « Daesh » ;
  • l’importance du dialogue entre cultures et religions, notamment dans les interventions de l’Organisation de la Coopération Islamique[6] et de la Jordanie,[7] et la demande de faire la différence entre radicalisme et religion véritable ;
  • la nécessité de trouver un équilibre entre liberté d’expression et limitation de discours extrémistes, y compris sur Internet et sur les réseaux sociaux (des représentants de Microsoft et de Facebook participaient à cette conférence et à un événement parallèle) ;
  • la nécessité de respecter le droit international, à commencer par la Charte des Nations Unies et aussi les droits de l’homme (tant civils et politiques qu’économiques et sociaux), le droit des réfugiés et l’état de droit (« rule of law »), dans la prévention et la répression de l’extrémisme violent : comme le soulignait le CICR, le non-respect des principes du droit international humanitaire contribue trop souvent à une escalade de la violence ;[8]
  • l’utilité de former militaires, policiers et responsables d’établissements pénitentiaires pour éviter des violations amenant à la radicalisation ;
  • le rôle des jeunes, par l’éducation, par la formation professionnelle, et par l’intégration dans la vie sociale et politique,
  • le rôle des femmes, dont le respect des droits constitue une contribution à la prévention de l’extrémisme violent ;
  • l’importance des plans nationaux : le Plan d’action du Secrétaire général demande à chaque État d’élaborer un plan national d’action contre l’extrémisme violent. Ces plans nationaux pourraient aussi s’inscrire dans des plans régionaux d’action avec l’appui des organisations régionales et sous régionales. La France a rappelé qu’elle a adopté en 2014 un plan national de lutte contre la radicalisation violente et les filières terroristes ;[9] la Suisse a présenté à la Conférence un « Plan d’action de politique étrangère de la Suisse pour la prévention de l’extrémisme violent ».[10]
  • le rôle des organisations régionales : l’Union Européenne a ainsi développé, dès 2004, sa propre stratégie de lutte contre l’extrémisme violent, avec la prévention comme pilier principal.  Elle a également élaboré un plan d’action contre le recrutement des combattants terroristes étrangers ;[11]
  • le rôle d’organisations transrégionales comme l’Organisation Internationale de la Francophonie[12] et le Commonwealth:[13] les Secrétaires générales de ces deux organisations ont participé à la Conférence de Genève et toutes deux s’engagent dans des programmes de prévention de l’extrémisme violent ;
  • une succession de conférences internationales traitant de sujets analogues : le Sommet de la Maison Blanche en février 2015, [14] le Colloque annuel de l’Alliance économique internationale sur le thème Culture et lutte contre l’extrémisme violent, organisé au Council on Foreign Relations à New York,[15] suivi d’un Sommet le 29 septembre à New York,[16] une Conférence internationale avait eu lieu à Alger sur la dé-radicalisation et l'extrémisme violent les 22 et 23 juillet 2015,[17] une réunion ministérielle de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) à Belgrade en décembre 2015,[18] le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés convoquait en décembre 2015 à Genève un Dialogue à haut niveau sur les causes profondes des déplacements de populations[19] et, le 30 mars 2016, une réunion pour les réfugiés syriens ;[20] le 5 avril, à Stockholm, le Cinquième « Dialogue international en faveur de la consolidation de la paix, du renforcement de l'État et de la prévention des conflits » traitait du thème « Surmonter la fragilité et consolider la paix dans un monde en mutation »[21] , le 7 avril, également à Genève, l’Initiative pour les migrants en situation de crise (« Migrants in Countries in Crisis Initiative » MICIC) tenait une réunion d’information pour Gouvernements et organisations internationales ;[22] plusieurs délégations à la Conférence ont mentionné le Sommet humanitaire mondial (Istanbul, 23-24 mai 2016),[23] l’Allemagne a annoncé que OSCE prévoit de tenir à Berlin, les 31 mai et 1er juin, une réunion contre le terrorisme mettant l’accent sur la prévention de la radicalisation de la jeunesse ;[24] la Francophonie organisera, du 6 au 8 juin 2016, à Paris, une conférence internationale intitulée « Lutte contre le terrorisme et prévention de la radicalisation : vers une approche francophone intégrée », l’Egypte a annoncé que, lors de sa présidence du Conseil de sécurité en juin, elle organiserait un débat sur la prévention de l’extrémisme violent à New York le 11 juin ; le Plan d’action du Secrétaire général devrait être discuté à nouveau les 23 et 24 juin à New York à l’occasion du dixième anniversaire de l’adoption de la Stratégie des Nations Unies contre le terrorisme.[25]
  • la Suisse a exprimé l’espoir que toutes ces réunions s’inscrivent dans un seul effort et souligné la nécessité d’un effort global et à long terme ;
  • le rôle de la Genève internationale, engagée depuis de nombreuses années dans des négociations visant à trouver des solutions pacifiques à des conflits, des réunions sur la sécurité, sur le désarmement, sur les droits de l’homme, sur le développement (plusieurs interventions ont souligné l’importance des Objectifs durables du développement), sur l’action et le droit international humanitaire, siège aussi d’un Fonds mondial pour l’engagement de la communauté et la résilience (GCERF)[26] et aussi de l’Organisation internationale du travail, du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, du Haut Commissariat pour les réfugiés, de l’Organisation internationale pour les migrations, de l’Union Internationale pour les télécommunications (UIT), du CERN, du CICR, de la Fédération internationale des Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, de l’Union interparlementaire,[27] du Forum Economique Mondial, du Conseil oecuménique des Eglises, et de nombreuses ONG humanitaires et des droits de l’homme, de plusieurs centres de recherche et de formation sur le droit international, la paix et la sécurité.[28]

 

Face à une menace globale, c’est bien une réflexion approfondie, nourrie des leçons de l’histoire, et une mobilisation permanente de tous, Etats, organisations internationales et société civile, qui est nécessaire pour retrouver l’esprit des fondateurs de l’ONU, redonner sa légitimité à la Charte, au droit international, en particulier aux instruments des droits de l’homme et au droit international humanitaire, pour « gagner les cœurs et les esprits » de tous.


  • Michel Veuthey

 


 

 

 

[1] Ainsi le « World Economic Forum », Microsoft, Facebook…

[2] http://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/70/674&Lang=F

[3] Le Directeur du Département des nouveaux défis et menaces au Ministère russe des Affaires étrangères, M. I. Rogachev, devait ainsi insister à Genève le 8 avril sur l’importance que la lutte internationale contre l’extrémisme violent se fonde fermement sur le droit international, en premier lieu sur la Charte de l’ONU, et sur les principes de souveraineté et d’égalité des Etats et de non-ingérence dans leurs affaires intérieures. Il regrettait que le Plan d’action du Secrétaire général ne reflète pas de manière adéquate le rôle premier qui importe aux Etats dans la lutte contre l’extrémisme, ne demande pas un respect du droit international, y compris le principe de non-ingérence, et ne fasse pas le lien entre la lutte contre l’extrémisme et les efforts en cours dans le cadre de la coopération internationale contre le terrorisme.

[4] http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/70/254

[5] Voir aussi cet extrait de la déclaration du Secrétaire général des Nations Unies :
« Bien qu'il soit inévitable que nos discussions s'appuient sur des exemples concernant Daech ou Boko Haram, je veux que nous soyons absolument clairs dès le début : le phénomène de l'extrémisme violent qui favorise le terrorisme n'est pas enraciné ou confiné à une religion, une région, une nationalité ou un groupe ethnique » ajoutant :
« Nous devons admettre qu'aujourd'hui la grande majorité des victimes dans le monde sont des musulmans » […] « L'objectif des extrémistes violents n'est pas nécessairement de se tourner contre nous mais que nous nous tournions les uns contre les autres. Leur principale mission n'est pas l'action, c'est la réaction. L'objectif est de diviser les communautés »

[6] Voir à ce sujet notamment la Résolution A/RES/65/138. Promotion du dialogue, de l’entente et de la coopération entre les religions et les cultures au service de la paix, adoptée le 16 décembre 2010.
Le Représentant de l’Organisation de la Coopération Islamique (OIC) a ainsi mentionné
- l’initiative de la Jordanie pour une « Semaine mondiale de l’harmonie interconfessionnelle » (« World Interfaith Harmony Week ») dans la Résolution A/65/5 de l’Assemblée générale des Nations Unies, « engageant tous les États qui souhaitent le faire à appuyer la diffusion dans les églises, mosquées, synagogues, temples et autres lieux de culte de la planète, la première semaine de février, du message d’harmonie interconfessionnelle et de bonne volonté fondé sur l’amour de Dieu et du prochain, ou sur l’amour du bien et du prochain, chacun selon les traditions ou convictions religieuses qui lui sont propres »
http://www.un.org/en/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/RES/...
- le Centre international pour le dialogue interreligieux et interculturel « King Adbullah bin Aziz International Center for Interreligious and Intercultural Dialogue » (http://www.kaiciid.org )
- l’Observatoire égyptien des fatwas takfiris
- le Centre de réhabilitation fondé par le Prince séoudien Mohammed bin Nayef « Mohammed bin Nayef Center for Counseling and Care (https://en.wikipedia.org/wiki/Care_Rehabilitation_Center). Voir à ce sujet l’article du New York Times du 9 avril 2016 « Inside Saudi Arabia’s Re-education Prison for Jihadists »    en ligne : http://nyti.ms/1RRCCRa
- le Mouvement mondial des modérés (« Global Movement of Moderates » GMM) http://www.gmomf.org

[7] Le Ministre de l’Intérieur de la Jordanie a ainsi mentionné le « Message d’Amman » (« Amman Message ») sur la tolérance et le dialogue entre religions. https://en.wikipedia.org/wiki/Amman_Message

[8] Voir cet extrait de la déclaration du Comité International de la Croix-Rouge (CICR) :
« Disregard for the most basic rules of International Humanitarian Law (IHL) very often contributes to a downward spiral of retaliatory violence. The multiplication of acts of terrorism, as well as the sometimes excessive response by States is a real source of alarm. So too are the everyday deliberate actions we observe against civilian populations and objects – be they destruction of cultural heritage, of health facilities, as well as targeting of civilians, hostage-taking, ill-treatment of detainees and torture. These various abuses demonstrate a worrying rejection of our shared humanity »

[9] http://www.franceonugeneve.org/Participation-de-la-France-a-la-Conference-sur-la-prevention-de-l-extremisme et http://www.risques.gouv.fr/actu-risques-crises/actualites/le-plan-de-lutte-contre-la-radicalisation-violente-et-les-filieres et aussi http://www.education.gouv.fr/cid92084/la-prevention-de-la-radicalisation.html

[10] http://www.news.admin.ch/NSBSubscriber/message/attachments/43586.pdf

[11] http://www.consilium.europa.eu/fr/policies/fight-against-terrorism/

[12] Prenant la parole lors du segment de haut niveau, Madame Michaëlle Jean a souligné qu’il était urgent que la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent aille bien au-delà de l’approche sécuritaire et mette aussi l’accent sur une action de prévention multidimensionnelle se manifestant par des initiatives en faveur du développement, de l’éducation et de la formation pour toutes et pour tous, de l’enracinement de la culture démocratique, de l’Etat de droit et des droits humains, ainsi que de la résolution des crises et conflits.

Ce faisant, elle a souligné l’importance des principes et des valeurs universelles humanistes pour combattre l’obscurantisme. Elle a également présenté la plateforme de dialogue en ligne lancée récemment par l’OIF et intitulée « Libres ensemble ». http://www.libresensemble.com

[13] Voir http://thecommonwealth.org/media/press-release/focus-early-intervention-counter-violent-extremism-says-secretary-general. La réunion des Chefs de Gouvernement à Malte en novembre 2015 a décidé de constituer une unité au sein du Secrétariat du Commonwealth pour renforcer l’action de prévention de l’extrémisme violent au niveau national, régional et mondial, dans la ligne du Rapport que le Commonwealth avait publié, en mars 2008, intitulé « Civil Paths to Peace. Report of the Commonwealth Commission on Respect and Understanding »
A lire en ligne :
http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/commonwealth/development/civil-paths-to-peace_9781848590014-en#page1

[14] The White House Summit on Countering Violent Extremism, Washington DC, 17-19 février 2015. Voir :
http://www.state.gov/j/cve/

[15] Voir à ce sujet la déclaration de la Directrice générale de l’UNESCO (« Lutter contre l’extrémisme violent – Mettre un terme au nettoyage culturel ») http://www.unesco.org/new/fr/unesco/about-us/who-we-are/director-general/singleview-dg/news/countering_violent_extremism_halting_cultural_cleansing/#.Vw4PjmOCJGg

[16] Leaders’ Summit on Countering ISIL and Violent Extremism. Voir : htps://www.whitehouse.gov/the-press-office/2015/09/29/leaders-summit-countering-isil-and-violent-extremism

[17] Voir à ce sujet http://www.aps.dz/algerie/26146-une-conférence-internationale-sur-la-lutte-contre-l-extrémisme-et-la-dé-radicalisation-mercredi-à-alger

et http://www.algeria-watch.org/fr/article/mil/conference_extremisme.htm

[18] La 22e réunion du Conseil ministériel de l’OSCE a adopté le 4 décembre 2015 à Belgrade une « Déclaration Ministérielle sur la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation qui conduisent au terrorisme » (http://www.osce.org/fr/cio/212021?download=true )

[19] Huitième Dialogue annuel du Haut Commissaire sur les défis de protection « Comprendre les causes profondes des déplacements et y faire face », les 16 et 17 décembre 2015 au Palais des Nations à Genève.

http://www.unhcr.fr/pages/55e6ff1d6.html

[20] Réunion de haut niveau sur le partage au plan mondial des responsabilités par des voies d'admission des réfugiés syriens http://www.unhcr.fr/pages/5697ad5e6.html

[21] Voir le document en français sur le site du Gouvernement suédois : http://www.government.se/contentassets/8c2491b60d494dd8a2c1046b9336ee52/surmonter-la-fragilite-et-consolider-la-paix.pdf

[22] https://micicinitiative.iom.int

[23] www.worldhumanitariansummit.org

[24] The conference intends to make use of the comprehensive OSCE approach to security allowing a cross-dimensional discussion on current issues of young people and violent extremism and radicalization that lead to terrorism, including in relation to the phenomenon of "Foreign Terrorism Fighters", perspectives for their reintegration into society, and specifically the issue of the terrorist radicalization and de-radicalization of young women. (http://bit.ly/1S3Zt8L )

[25] « La Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies » A/RES/60/288, adoptée le 8 septembre 2006

http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/60/288

[26] http://www.gcerf.org. Voir, sur le rôle des investissements de l’économie privée pour prévenir l’extrémisme violent, la rencontre à haut niveau organisée à New York en septembre 2015 ("Investing in Fragile Environments: The Role of the Private Sector in Countering Violent Extremism.") : http://www.gcerf.org/wp-content/uploads/29Sept_GCERF_UNGA...

[27] http://www.ipu.org/french/home.htm

[28] Mentionnons particulièrement

 
 
 
 
1. Joint Co-Chairs Conclusions (Friday 8 April 2016 6 pm) by. H.E. Mr. Ban Ki-moon, UN SG, and Didier Burkhalter, Head of the Federal Department of Foreign Affairs, Switzerland 
 
 

 

 
2. DIDIER BURKHALTER (SUISSE) «La prévention de l’extrémisme prendra des années» - Le Temps
 
 
 
3. Le Plan d’Action du SG des Nations Unies pour la prévention de l’extrémisme violent (« Plan of Action to Prevent Violent Extremism », A/70/674, du 24 décembre 2015) comprend 70 recommandations, discutées ces 7 et 8 avril 2016 ( et reprises à New York en juin 2016) Le texte français est disponible en ligne : http://www.institutafriquemonde.org/img/Plan%20de%20lutte...
 
 
 
4. « Building a Global Movement To Address Violent Extremism «  Sommet à New York le 29 septembre 2015
 
 
5. CONFERENCE DE GENEVE POUR LA PREVENTION DE L?EXTREMISME VIOLENT - PHOTO (prise par MV )
 
 

IMG_6566.jpg

 
 
 
6. Global Center on Cooperative Security — Building stronger partnerships for a more secure world ( Centre américain de recherche et d’action « Think and Do Tank »)
 
 
 

7. AUTRICHE : PROMOUVOIR L’INTEGRATION PAR UN CENTRE D’INFORMATION SUR L’EXTREMISME  www.boja.at 

 
AUSTRIA
 
HR, rule of law
Integration and social inclusion
 

Extremism Information Centre

Country Austria
Approach Family support; Exit strategies
Target Audience Families; First responders or practitioners; Educators/academics
Organisation bOJA
Address Lilienbrunngasse 18, 1020 Wien, Austria
Contact Verena Fabris
verena.fabris@boja.at 
(+43)-6606338944
http://www.boja.at 
8. COMMONWEALTH : Rapport de la Commission Respect et Compréhension
« Civil Paths to Peace. Report of the Commonwealth Commission on Respect and Understanding » 2007, 98 p. 
 
9. ORGANISATION INTERNATIONALE DE LA FRANCOPHONIE
Plateforme de dialogue en ligne pour les jeunes « Libres ensemble"
 
10. EQUIPE SPECIALE DES NATIONS UNIES POUR LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME (CTITF)

L'Équipe spéciale de lutte contre le terrorisme (CTITF) a été créée par le Secrétaire général en 2005 pour renforcer la coordination et la cohésion des efforts menés par le système des Nations Unies dans la lutte contre le terrorisme.

Tous les deux ans, l'Assemblée générale examine la Stratégie globale pour que le document soit en phase avec les priorités des États Membres en matière de lutte contre le terrorisme. La quatrième révision de la Stratégie a eu lieu en juin 2014 (A/RES/68/276) sur la base du rapport du Secrétaire général des Nations Unies (A/68/841) présentant un état des lieux sur l'évolution de la menace terroriste, des recommendations pour faire face aux défis et menaces ainsi qu'une compilation des mesures prises par les États Membres et les Nations Unies pour combattre le terrorisme.

À l'heure actuelle, l'Équipe spéciale se compose de 36 entités internationales que leur activité amène à intervenir dans les efforts de lutte contre le terrorisme. Chaque entité apporte une contribution qui correspond à son mandat.

La principale responsabilité de la mise en oeuvre de la Stratégie mondiale incombe aux États Membres mais la CTITF veille à ce que le système des Nations Unies soit en phase avec les besoins des États Membres pour leur fournir l'appui nécessaire à leurs politiques et diffuser en profondeur la connaissance de la Stratégie et, s'il y a lieu, hâter la fourniture de l'assistance technique. 

 

16/04/2016

Humanitaire : Un monde en danger: l’action humanitaire à la croisée des chemins

« A World At Risk: Humanitarian response at a crossroads »

Dans la perspective du Sommet Humanitaire Mondial (Istanbul, 23-24 mai 2016), plusieurs ONG humanitaires américaines, avec l’appui de l’Institut américain de la paix (USIP), publient un rapport intitulé « Un monde en danger: l’action humanitaire à la croisée des chemins » (« A World At Risk: Humanitarian response at a crossroads »).

Ces organisations mettent en évidence les défis majeurs suivants :
. des crises prolongées qui continuent de recevoir des réponses à court terme;
. une plus grande cohérence est nécessaire pour mieux répondre aux besoins des populations affectées
. les ressources nationales et locales ne reçoivent pas l’appui adéquat
. une meilleure coordination entre financement et opérations humanitaires et de développement
. les pays d’accueil de réfugiés n’ont souvent pas les ressources nécessaires pour faire face aux besoins de leurs propres populations
. les institutions financières traditionnelles ne sont pas structurées pour faire face à des pays affectés par des crises
. les investissements dans la préparation aux catastrophes ne sont pas adéquats
. l’économie privée, avec son expertise et ses capacités opérationnelles, n’est pas assez mise à contribution
. nécessité de mettre sur pied une stratégie humanitaire d’ensemble, globale.

Leurs recommandations sont :
- un meilleur financement, dans la durée, prévisibles, avec une base plus large de bailleurs de fonds
- des ressources adaptables aux besoins
- faire le lien entre action humanitaire d’urgence, reconstruction, résilience, préparation, réduction des risques en cas de catastrophes, et développement, pour mieux répondre aux besoins des populations affectées
- faire un meilleur usage des ressources financières, des compétences et capacités de l’économie privée pour contribuer à l’effort humanitaire et à la création d’emplois
- augmenter l’aide aux pays et communautés fragiles et de première ligne
- mieux inclure, soutenir et responsabiliser les autorités nationales et locales
- impliquer les banques de développement pour aider les pays à avoir accès à des ressources pour faire face aux dépenses occasionnées par les crises
- promouvoir des programmes durables de protection sociale dans des pays fragiles et sujets à des crises
- prévoir des programmes d’éducation et de formation professionnelle pour les réfugiés (en vue de promouvoir leur autonomie) et pour les populations qui les accueillent
- améliorer la complémentarité et l’efficacité des diverses activités d’assistance
- mieux évaluer les risques, en tenant compte des causes des crises aiguës et chroniques affectant les populations
- mieux intégrer acteurs humanitaires et de développement
- et, finalement, donner aux populations affectées la possibilité de s’exprimer dans la définition et la mise en oeuvre de programmes d’aide et de protection. Ces personnes devraient aussi pouvoir donner leur évaluation de l’action humanitaire dont elles bénéficient. La protection des femmes (qui devraient pouvoir prendre un r’ole plus actif dans ces opérations humanitaires), des enfants et des adolescents devrait recevoir la priorité.

Le rapport original anglais (44 pages) peut être librement téléchargé en ligne :

http://reliefweb.int/…/…/wfp_policy_paper_crossroads_wfp....

Michel Veuthey

 

English text:

Greater Voice of Crisis-Affected Populations: Vulnerable people must have more say and control in shaping assistance to their needs and local contexts and established channels to provide feedback on assistance and protection provision. Women’s empowerment and the protection of children and adolescents must be strengthened while pursuing these actions.
A group of leading U.S. humanitarian relief and advocacy organizations came together to review current international relief efforts and propose a set of recommendations designed to better meet the needs of the people a ected by the growing number of crises. The organizations are

- CARE,
- International Rescue Committee,
- Mercy Corps,
- Oxfam America,
- Save the Children U.S.,
- U.S. Fund for UNICEF and
- World Food Program USA.
- USIP, an independent, national institute dedicated to managing conflict so it doesn’t become violent, and resolving it when it does, has also contributed to the preparation of this report (April 2016)

Key Challenges Include:

• Protracted crises continue to be addressed with primarily short-term approaches.

• Greater coherence among those responding to humanitarian crises is essential to better meet the needs of affected populations.

• National and local response capacities are not being adequately supported.

• Greater alignment of humanitarian and development capacities and funding is overdue.

• Refugee-hosting countries often do not have the resources needed to meet refugee requirements while also meeting the basic needs of their own populations.

• Traditional development financing and concessional loan arrangements by the International Financial Institutions were not structured to meet the needs of crisis-affected countries.

• Investments in preparedness in disaster-prone countries, such as national safety net systems are not adequate.

• Private sector expertise, capacity and technical assistance is not sufficiently leveraged.

• Toward a Comprehensive Humanitarian Strategy

Over the past decade, front-line humanitarian organizations have moved beyond “business as usual” approaches evolving from traditional “care and maintenance” models to more market-based approaches to self-reliance. The humanitarian community now draws from a more mixed toolkit of assistance instruments based on needs assessments and market analysis. We need to build on that progress.

While additional resources are essential, there is broad agreement that the humanitarian community needs to work in parallel on other measures to help ensure that assistance reaches the maximum number of crisis-a ected people in the most timely and cost-effective manner.

Recommendations

Better Financing

Flexible Resources: More predictable, timely, multi-year and flexible resources from an expanded donor base.

Coordinated Funding: Greater focus on aligning relief, recovery, resilience, preparedness, disaster risk reduction and development funds to better meet the assessed needs of affected populations.

Private Sector Engagement: Better use of financial resources, skills and capacities of the private sector and incentives for private sector investments to contribute to job creation.

Stepped Up Support to Fragile and Front Line Countries and Communities

National and Local Capacities: Better inclusion, support of and accountability to national and local leadership.

Greater Engagement of the International Financial Institutions: The development banks have a valuable role to play in helping countries access development financing to address crisis-related burdens.

Enhanced Safety Net Programs: Greater investment in sustainable social protection and safety net systems in fragile and conflict-prone countries.

Jobs and Education: Employment opportunities for refugees should be expanded within a broader framework for promoting refugee self-reliance including access to education while also meeting the needs of host-country populations.

Strengthening Program Coherence and Performance

Better Risk Assessment: Joint analyses of vulnerability and risk assessments must be supported to better understand the underlying factors contributing to the chronic and acute vulnerability of populations within a country.

Integrated Approaches: Greater alignment of the capacities and experience of humanitarian and development actors.

Greater Voice of Crisis-Affected Populations: Vulnerable people must have more say and control in shaping assistance to their needs and local contexts and established channels to provide feedback on assistance and protection provision. Women’s empowerment and the protection of children and adolescents must be strengthened while pursuing these actions.

http://reliefweb.int/…/…/wfp_policy_paper_crossroads_wfp.... ( Rapport sur le site Reliefweb )

www.oxfamamerica.org/…/me…/files/policy_paper_crossroads....(Rapport sur le site OXFAM USA)

http://wfpusa.org/sites/default/files/resources/faq.pdf (FAQ)

12/04/2016

Des valeurs communes pour faire face à l’extrémisme violent

Des valeurs communes pour faire face à l’extrémisme violent

Sous l'égide de I'Unesco, s'est tenue à Sofia (Bulgarie) les 11 et 12 mars 2016 une conférence sur le thème Quelles sont les valeurs qui nous unissent aujourd'hui ? (« Which Values Unite Us Today ?»).

Organisé par le Vice-Président de l'Appel spirituel de Genève (www.aasg.ch), M. Ventzeslav Sabev, cette conférence a réuni des dirigeants religieux, des défenseurs des droits de l'homme, des juristes, des philosophes, des journalistes de plus de 20 pays (Allemagne, Bulgarie, Etats-Unis, France, Hongrie, Indonésie, Royaume-Uni, Russie, Suisse, Timor oriental, etc.) pour discuter de valeurs communes pour faire face à la violence motivée par l'extrémisme religieux.[1]

À relever l’intervention du Ministre indonésien de l'éducation et de la culture, S.E. M. Anies Basswedan, qui a souligné que dans son pays, à 88 % musulman, l'éthique nationale est basée sur le Pencasila.

Le Prix Nobel de la paix José Ramos Horta, ancien Président du Timor oriental, a souligné dans son intervention le besoin pour l'Europe de s'ouvrir et de garder vivantes ses traditions de solidarité.

Madame Olga Zinovieva, de l'Université d'Etat de Moscou, veuve de l’écrivain Alexandre Zinoviev, [1] rappelle la contribution de la Russie aux valeurs traditionnelles

S.E.I. Georg von Habsburg, Ambassadeur et Conseiller du Premier Ministre de Hongrie, évoque les valeurs européennes de tolérance.

Le Dr. Horst Mahr, Président de la Société allemande pour la politique étrangère (« Gesellschaft fur Aussenpolitik »),[2] développe la contribution de cette association, fondée en 1948, pour développer un réseau international de dialogue entre responsables politiques, économistes et juristes pour traiter de la coopération internationale en Europe et dans le monde, comme le récent colloque organisé sur « Migration et terrorisme en Afrique ».[3]

Le Professeur Nicolas Offenstadt (Paris, Sorbonne), auteur d’un article « Paix de Dieu et paix des hommes »[4] met l’accent sur le rôle de l’éducation pour faire face à l’extrémisme violent.

Le Professeur Mohammed Shahrour a mis en évidence la nécessité d'interpréter de manière ouverte les textes de l'Islam.

Le Rabbin Jeffrey Newman, du Royaume-Uni, partage son expérience avec les organisations « Search for Common Ground »[2] et la Charte de la Terre (« Earth Charter »).[3]

Un représentant de la Communauté bahaïe (EBBF), mettant en dialogue religions et milieux d’affaires.

Madame Hermien Y. Kleden, Rédactrice en chef de l'hebdomadaire indonésien paraissant en anglais « Tempo »[5]
a rappelé que
trop souvent les médias ont été utilisés pour attiser la haine et non pour la contrer.

A un moment où le monde occidental ignore ou évacue la religion, suis intervenu pour souligner la nécessité de recourir aux valeurs traditionnelles, aux religions, afin de soutenir les principes fondamentaux protégeant la vie et la dignité humaine en droit international (droit international humanitaire, droits des réfugiés, droits de l'homme, etc.), dont les instruments juridiques et mécanismes de mise en œuvre sont aujourd’hui trop souvent contestés par des Etats et des acteurs non étatiques.[6]

L'Appel spirituel de Genève (ASG) a été fondé à Genève en 1999 par des dirigeants spirituels et humanitaires dont Cornelio Sommaruga, Kofi Annan, Mary Robinson, et Sadako Ogata dans le but de s'opposer à l'usage de la religion pour justifier la haine et la violence, la discrimination et l'exclusion, l'exploitation et la domination. Un de ses fondateurs, le Pasteur William McComish, Président d’honneur de l’ASG, en a lu les paragraphes essentiels :

  • Parce que nos religions ou nos convictions personnelles ont en commun
le respect de la dignité de la personne humaine
Parce que nos religions ou nos convictions personnelles ont en commun
  • le refus de la haine et de la violence
Parce que nos religions ou nos convictions personnelles ont en commun
  • l'espoir d'un monde meilleur et juste

    Nous, représentants de communautés religieuses et
  • représentants de la société civile, demandons aux décideurs
  • planétaires, quel que soit leur champ d'activité, de respecter de manière absolue les trois préceptes suivants:
  • Ne pas invoquer une force religieuse ou spirituelle pour justifier la violence, quelle qu’elle soit
  • Ne pas se référer à une force religieuse ou spirituelle
  • pour justifier toute discrimination et exclusion
Ne pas user de sa force, de sa capacité intellectuelle ou spirituelle, de sa richesse ou de son statut social, pour exploiter ou dominer l'autre
  • Notre Appel, qui s'inscrit dans la tradition d'accueil, d'asile et de compassion de Genève, est ouvert à toute personne.

La Conférence de Sofia a été la première activité internationale de l'Appel spirituel de Genève pour promouvoir un dialogue international entre religions et société civile. D'autres conférences analogues sont prévues par l’Appel spirituel en collaboration avec des Gouvernements et des institutions académiques

  • en septembre 2016 au Palais des Nations à Genève  et à la Sorbonne à Paris;
  • à des dates à fixer en Indonésie, au Liban et en Russie.

Michel Veuthey

 

 

[1] Voir la liste des intervenants : http://www.unitingvalues.org/en/participants/

[2] http://www.foreign-affairs.info

[3] http://www.foreign-affairs.info/vergangene-veranstaltunge... (African Security Panel „Terrorism and Migration in Africa“)

[4] Offenstadt Nicolas. « Paix de Dieu et paix des hommes. L'action politique à la fin du Moyen Age » . In: Politix, vol. 15, n°58, Deuxième trimestre 2002. pp. 61-81.

http://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_2002_num_15_58_998

[5] http://www.unitingvalues.org/en/hermien-y-kleden

[6] Voir notamment l’article de l’auteur « Religions et droit international humanitaire : histoire et actualité d’un dialogue nécessaire », in Anne-Sophie MILLET-DEVALLE (Ed.) Religions et Droit International Humanitaire. Paris, Pedone, 2008, pp. 9-45, en ligne :
http://www.aiesc.net/blog/2014/08/23/religions-et-droit-i...

[1] http://zinoviev.info/fr/

[2] https://www.sfcg.org/fr/

[3] http://earthcharter.org

30/03/2016

Génocide, du devoir de mémoire à l’action

Le génocide n’implique pas seulement un devoir de mémoire, mais bien plus une obligation d’action : action judiciaire, militaire, politique, économique, d’information publique et d’éducation. L’actualité du génocide interpelle aujourd’hui non seulement la responsabilité des Etats, mais aussi celle des organisations intergouvernementales et de la société civile : des dirigeants spirituels, des universités et instituts de recherche, des médias, des artistes, des communautés locales et des diasporas, des organisations humanitaires, des médecins, psychiatres et psychologues, des artisans de paix et de réconciliation.

La récente condamnation pour crime de génocide de Radovan Karadzic par le Tribunal pénal international sur l’ex-Yougoslavie (TPIY)[1] a rappelé que l’Europe du XXe siècle a connu plusieurs génocides. C’est même en Europe que le terme de « génocide » a été utilisé pour la première fois,[2] à la suite de la Shoah, extermination systématique des Juifs perpétrée par le régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale

 Le Secrétaire d’Etat, John Kerry, vient de déclarer, le 17 mars 2016,[3] « Daesh » génocidaire, coupable de génocide contre Chrétiens et autres minorités.[4] Et de conclure sa déclaration en disant qu’il est certes important de nommer et définir ces crimes, mais qu’il est essentiel de les faire cesser. Il faudra pour cela, ajoute-t-il, faire l’unité aux Etats-Unis et avec d’autres pays, et agir avec détermination contre le génocide, les « nettoyages ethniques » et d’autres crimes contre l’humanité.[5] 

 L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, dans la résolution 2091, intitulée « Les combattants étrangers en Syrie et en Irak » du 27 janvier 2016)[6] et l’Union Européenne, par la résolution adoptée par le Parlement Européen le 4 février 2016 ("Massacre systématique des minorités religieuses par le groupe "EIIL/Daech »)[7] ont, de leur côté, déjà reconnu le génocide des Chrétiens et autres minorités par « Daesh ».

 Le génocide fait partie de notre histoire et de notre actualité. Comment l’éviter au mieux à l’avenir ? Pour prévenir le génocide, nous devons adopter une approche qui permette de défendre en profondeur et à plusieurs niveaux, la vie et la dignité humaine de toute personne sans discrimination.

Nous considérerons trois approches :

– une approche juridique ;

- une approche médiatique ;

- une approche morale et religieuse.

L’approche juridique commence en 1948, quand l’Assemblée générale des Nations Unies adopte à New York à la fois de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et la Convention pour la prévention the crime de génocide.

D’autres instruments internationaux suivront, à commencer par les quatre Conventions de Genève de 1949 sur la protection des victimes de la guerre, et particulièrement la quatrième Convention sur la protection des personnes civiles, mais aussi en 1950 la Convention européenne des Droits de l’Homme, en 1951 la Convention sur les réfugiés, en 1954 la Convention de La Haye sur la protection des biens culturels, en 1966 les deux Pactes internationaux des droits de l’Homme, en 1994 le Statut du Tribunal international sur l’ex-Yougoslavie, en 1995 le Statut du Tribunal international sur le Rwanda, et en 1998 le Statut de la Cour pénale internationale, ces trois Statuts prévoyant la poursuite des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et du crime de génocide.

Les mécanismes de mise en œuvre sont d’abord les Etats Parties à ces instruments et aussi les Nations Unies[8] à commencer par le Conseil de sécurité[9] ainsi que, dans leurs domaines de compétences respectives, l’Unesco,[10] le Haut-Commissariat pour les Réfugiés, les instances universelles et régionales des Droits de l’Homme, le CICR, et, sans mandat particulier mais dans leur domaine d’influence, l’Union interparlementaire[11] et les ONG internationales
[12] et nationales.[13]

 L’approche médiatique doit être comprise au sens large : artistes, cinéastes, écrivains, chercheurs, éducateurs, historiens, experts militaires, psychologues, psychiatres, concepteurs de jeux vidéo, journalistes, qui peuvent tous influencer l’opinion publique et les preneurs de décisions pour prévenir le génocide.[14]

L’approche morale et religieuse doit s’étendre au-delà des communautés religieuses, inclure toutes les personnes dans le respect de leur vie et de leur dignité, appartenant à ces communautés, croyantes ou non. Il faut à cet effet convaincre chaque religion de faire face à ses propres extrémistes, et de prendre en compte, individuellement et collectivement, les valeurs essentielles d’humanité qui nous unissent tous. Comme le disait Martin Luther King, si nous n’apprenons pas à vivre en frères (et sœurs), nous périrons tous comme des insensés[15]… Un proverbe africain nous montre aussi la nécessité d’aller à la source de notre humanité commune : « Quand les branches se disputent, les racines se réconcilient ».
Comme l’affirmait le Pape François le 20 juin 2014 aux participants au Congrès international « La liberté religieuse selon le droit international et le conflit mondial des valeurs » :

« Au lieu du conflit mondial des valeurs, devient ainsi possible, à partir d’un noyau de valeurs universellement partagées, une collaboration mondiale en vue du bien commun ».[16]

 

 En attendant cette nécessaire convergence des valeurs et une mobilisation de la conscience publique, il est urgent que Gouvernements et organisations internationales prennent des mesures de protection, de prévention[17] et de répression, dans la perspective de phases en cours ou à venir de reconstruction et de réconciliation.

 Les résolutions adoptées par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe et par le Parlement Européen donnent des indications d’actions à entreprendre.

La résolution de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe du 27 janvier 2016 affirme le devoir d’agir au titre de la Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide de 1948 et donne les exemples suivants d’actions :

- empêcher leurs propres ressortissants de prendre part à des actes de génocide ;

- n’octroyer en aucun cas le statut de réfugié aux combattants qui peuvent avoir perpétré des actes de génocide et/ou d’autres crimes graves interdits par le droit international et cherchent à obtenir une protection internationale à leur retour en Europe ;

- mettre davantage l’accent sur les facteurs sous-jacents de radicalisation ainsi que sur des politiques de prévention, de dissuasion et de réinsertion qui peuvent donner des résultats à long terme.

- apporter une contribution résolue à la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation conduisant au terrorisme en adoptant pour 2015-2017 un Plan d’action qui vise à accroître la capacité des sociétés européennes à rejeter toutes les formes d’extrémisme ;

- en particulier, prendre des mesures concrètes de prévention de la radicalisation par l’éducation, dans les prisons et sur internet ;

- promouvoir des approches intégrées au niveau local afin de s’assurer de la participation de tous les acteurs: la société civile, les organisations confessionnelles, les services sociaux et éducatifs et les institutions policières et judiciaires.

- élaborer des mesures efficaces pour détecter et juguler la diffusion de la propagande extrémiste violente sur internet, les réseaux sociaux et les médias;

- renforcer le dialogue interculturel et interconfessionnel avec les chefs des diverses communautés en mettant tout particulièrement l’accent sur la prévention de la radicalisation et la nécessité de contrer le discours de haine et la propagande extrémiste violente;

- donner un degré de priorité élevé aux programmes de déradicalisation destinés aux combattants de retour dans leur pays

- renforcer la coopération internationale entre les autorités nationales et locales compétentes et les agences spécialisées en vue d’assurer un échange rapide d’informations utiles, d’expériences et de bonnes pratiques pour établir le contact avec les combattants étrangers dans un but de prévention, de sensibilisation, de réadaptation et de réinsertion, le cas échéant après qu’une peine ait été purgée.

Et, finalement, de rappeler le rôle des dirigeants religieux, car « les combattants étrangers portent réellement préjudice aux communautés religieuses auxquelles ils prétendent appartenir ».

 La résolution du Parlement Européen du 4 février 2016 se réfère aux orientations de l'Union Européenne (UE) relatives à la promotion et à la protection de la liberté de religion ou de conviction, les lignes directrices de l'UE concernant la promotion du droit humanitaire international, les lignes directrices de l'UE sur les violences contre les femmes et la lutte contre toutes les formes de discrimination à leur encontre, les orientations pour la politique de l'UE à l'égard des pays tiers en ce qui concerne la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, les orientations de l'UE sur les enfants face aux conflits armés, les orientations de l'UE pour la promotion et la protection des droits de l'enfant, les orientations de l'UE dans le domaine des droits de l'homme relatives à la liberté d'expression en ligne et hors ligne.

Elle demande que

- le génocide, les crimes contre l'humanité et les crimes de guerre, quel que soit l'endroit ou le moment où ils ont lieu, soient effectivement poursuivis par des mesures adoptées à l'échelon national, par le renforcement de la coopération internationale ainsi que par la Cour pénale internationale et la justice pénale internationale,

- la Syrie et à l'Iraq acceptent la compétence de la Cour pénale internationale;

- les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies soutiennent la saisine de la Cour pénale internationale par le Conseil de sécurité afin d'enquêter sur les violations commises en Iraq et en Syrie par le soi-disant groupe "EIIL/Daech" contre les chrétiens, les Yézidis et les minorités religieuses et ethniques;

- les autorités compétentes des pays qui, de quelque manière directe ou indirecte que ce soit, soutiennent ces crimes de guerre, ces crimes contre l'humanité et ces crimes de génocide, y coopèrent, les financent ou en sont complices, respectent pleinement leurs obligations juridiques en vertu du droit international et mettent un terme à ces agissements inacceptables qui causent d'immenses préjudices aux sociétés iraquienne et syrienne et qui déstabilisent gravement les pays voisins ainsi que la paix et la sécurité internationales;

- rappelle que la résolution 2253 (2015) du Conseil de sécurité des Nations Unies impose aux États Membres des Nations unies l'obligation juridique d'interdire toute assistance au soi-disant groupe "EIIL/Daech" et à d'autres organisations terroristes, notamment par la fourniture d'armes et d'une assistance financière, y compris le commerce illicite de pétrole, et les prie instamment d'ériger toute assistance de cet ordre en infraction dans leur législation nationale; rappelle que l'inaction de certains États membres des Nations Unies constituerait une violation du droit international et que les autres États Membres seraient dès lors dans l'obligation d'appliquer la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies en prenant des mesures visant à traduire les individus et entités responsables en justice;

- dénonce avec la plus grande fermeté la destruction des sites et des symboles religieux et culturels par le soi-disant groupe "EIIL/Daech", qui sont autant d'agressions envers le patrimoine culturel de toutes les populations de Syrie et d'Iraq et de l'humanité en général; appelle tous les États à l'intensification de leurs enquêtes pénales et à une coopération judiciaire en vue d'identifier l'ensemble des groupes qui se livrent au trafic illicite de biens culturels et à l'endommagement ou à la destruction d'un patrimoine culturel qui appartient à l'humanité toute entière, en Syrie, en Iraq, ainsi qu'au Moyen-Orient et en Afrique du Nord au sens large;

- prie instamment tous les pays de la communauté internationale, dont les États Membres de l'Union européenne, de lutter activement contre la radicalisation et d'améliorer leurs systèmes juridiques et juridictionnels afin d'empêcher leurs ressortissants et citoyens d'être en mesure de rejoindre les rangs du soi-disant groupe "EIIL/Daech" pour participer à des violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire, ainsi que de s'assurer que ceux qui le font sont poursuivis en justice dès que possible, y compris les personnes s'étant rendues coupables d'incitation à commettre ces crimes, notamment sur internet, ou de soutien à ces actes;

- demande à l'Union européenne d'instituer un Représentant spécial permanent pour la liberté de religion et de conviction;

- reconnaît, promeut et demande le respect par tous du droit inaliénable, dont peut se prévaloir toute minorité religieuse et ethnique, ou autre, d'Iraq et de Syrie de continuer à vivre sur ses terres d'origine traditionnelles et historiques dans la dignité, sur un pied d'égalité et en sécurité et de pratiquer librement sa religion et ses convictions, sans aucune contrainte, violence ou discrimination; estime que pour soulager les souffrances et endiguer l'exode massif des chrétiens, des Yézidis et d'autres communautés de la région, il est impératif que les responsables politiques et religieux régionaux se déclarent clairement et sans équivoque en faveur du maintien de leur présence et de l'exercice plein et entier de leurs droits de citoyens de leurs pays en toute égalité;

- demande à la communauté internationale et à ses États membres, dont l'Union européenne et ses États membres, de garantir les perspectives et conditions de sécurité nécessaires pour tous ceux qui ont été obligés de quitter leur terre d'origine ou ont été déplacés de force, de concrétiser dans les meilleurs délais leur droit au retour dans leur terre d'origine, de préserver leurs demeures, leurs terres, leurs propriétés et leurs biens, ainsi que leurs églises et leurs sites religieux et culturels, et de leur permettre de mener une vie et d'avoir un avenir dignes;

- constate que la persécution incessante des groupes religieux et ethniques au Proche-Orient est l'une des causes de la migration de masse et des déplacements internes;

- souligne qu'il importe que la communauté internationale apporte, conformément au droit international, une protection et une assistance, y compris militaires, à tous ceux qui sont ciblés par le soi-disant groupe "EIIL/Daech" et d'autres organisations terroristes au Proche-Orient, notamment les minorités ethniques et religieuses, et qu'il importe que ces personnes participent à l'élaboration de solutions politiques durables pour l'avenir;

- demande à toutes les parties au conflit de respecter les droits de l'homme universels et de faciliter la fourniture d'aide et d'assistance humanitaire par tous les moyens possibles; demande la mise en place de couloirs humanitaires; est d'avis que des refuges sûrs, protégés par des forces mandatées par les Nations unies, pourraient constituer un élément de la réponse à apporter si l'on veut relever le défi de taille que représente la fourniture d'une protection provisoire à des millions de réfugiés, victimes du conflit qui sévit en Syrie et en Iraq;

- confirme son soutien actif et intégral aux efforts diplomatiques internationaux et à l'action de l'Envoyé spécial des Nations Unies, Staffan de Mistura.

 

La résolution charge finalement son Président de transmettre la présente résolution au Conseil, à la Commission, à la Vice-présidente de la Commission et Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, au Représentant spécial de l'Union pour les Droits de l'Homme, aux Gouvernements et aux Parlements des États membres, au Gouvernement et au Parlement de la République arabe syrienne, au Gouvernement et au Conseil des représentants de la République d'Iraq, au Gouvernement régional du Kurdistan, aux institutions de l'Organisation de la coopération islamique, au Conseil de coopération pour les États arabes du Golfe (Conseil de coopération du Golfe), au Secrétaire général des Nations Unies, à l'Assemblée générale des Nations Unies, au Conseil de sécurité des Nations Unies et au Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies.

D’autres organisations, comme l’Union Africaine, pourraient aussi être engagées.

Quant au Conseil de sécurité, après avoir reconnu dans sa résolution 2249 (2015) que « Daesh » constituait une menace à la sécurité internationale, il devrait aller plus loin que sa résolution 2253 (2015) interdisant de fournir toute assistance militaire et financière à « Daesh » et prendre des mesures efficaces pour éviter de retomber dans la passivité qui a permis les génocides de Srebrenica[18] et du Rwanda.[19]
 

Michel Veuthey

 

[1] La Chambre de première instance III du Tribunal pénal international pour l’exYougoslavie (le « TPIY ») a déclaré le 24 mars 2016 Radovan Karadžić, ancien Président de la Republika Srpska et commandant suprême de ses forces armées, coupable de génocide, de crimes contre l’humanité et de violations des lois ou coutumes de la guerre, pour les crimes commis par les forces serbes durant le conflit armé en BosnieHerzégovine (la « BiH »), de 1992 à 1995. Il a été condamné à une peine de 40 ans d’emprisonnement. Le résumé du jugement est disponible en ligne : http://www.icty.org/x/cases/karadzic/tjug/en/160324_judgement_summary.pdf

[2] Voir l’article du Professeur Raphaël Lemkin, "Le crime de génocide," Revue de Droit International, de Sciences Diplomatiques et Politiques 24 (octobre -décembre 1946): 213-222. Disponible en ligne (28 mars 2016)
http://www.preventgenocide.org/fr/lemkin/legenocide1946.htm

[3] Lien pour la déclaration du Secrétaire d’Etat américain :

http://www.state.gov/secretary/remarks/2016/03/254782.htm

[4] Voir aussi le rapport (« Genocide against Christians in the Middle East. A report submitted to Secretary of State John Kerry
by the Knights of Columbus and In Defense of Christians ») soumis le 9 mars 2016 http://indefenseofchristians.org/wp-content/uploads/2016/03/Genocide-report.pdf

[5] "Naming these crimes is important. But what is essential is to stop them. That will require unity in this country and within the countries directly involved, and the determination to act against genocide, against ethnic cleansing, against the other crimes against humanity must be pronounced among decent people all across the globe".

[6] Lien vers la résolution de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe du 27 janvier 2016

http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-FR.asp?fileid=22482&lang=FR

[7] Lien vers la résolution du Parlement Européen du 4 février 2016 :

www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P8-TA-2016-0051+0+DOC+XML+V0//FR

[8] L’ONU a regroupé dans la même structure le Bureau du Conseiller spécial pour la prévention du génocide,
M. Adama Dieng, et la Conseillère spéciale pour la responsabilité de protéger, Madame Jennifer Welsh :
http://www.un.org/fr/preventgenocide/adviser/

[9] L’action du Conseil de sécurité, en ex-Yougoslavie et au Rwanda, a essentiellement constitué dans l’adoption des Statuts des Tribunaux internationaux sur l’ex-Yougoslavie (1994) et sur le Rwanda (1995)

[10] La Directrice générale de l’UNESCO, Madame Irina Bokova, a parlé de « nettoyage culturel » en Afghanistan, en Bosnie-Herzégovine, en Irak, au Mali, en Syrie : « Leur objectif n’est pas seulement de tuer des personnes, mais plus radicalement, de briser la liberté et l’âme d’un peuple. Le patrimoine n’est pas une victime collatérale, mais une cible délibérée ». Et de rappeler que selon le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie, « la destruction intentionnelle d’édifices particulièrement sacrés équivaut à un génocide culturel ». (Intervention d’Irina Bokova au dîner du Cercle de la Revue des Deux Mondes du 18 décembre 2014 à l’Hôtel George V. Publié dans la Revue des Deux Mondes en février 2015. Disponible en ligne : http://bit.ly/1Uqb5sj )

[11] http://www.ipu.org/french/home.htm

[12] Comme Human Rights Watch, en particulier ce rapport : Leave None to Tell the Story : Genocide in Rwanda : https://www.hrw.org/reports/1999/rwanda/ et Amnesty International www.amnesty.org ( voir plus loin pour Srebrenica )

[13] A relever le rôle de trois organisations américaines dans la prise de conscience du génocide des Chrétiens et des autres minorités au Proche-Orient : le « Simon-Skjodt Center for the Prevention of Genocide » du UNITED STATES HOLOCAUST MEMORIAL MUSEUM, qui a publié un rapport intitulé OUR GENERATION IS GONE. The Islamic State’s Targeting of Iraqi Minorities in Ninewa BEARING WITNESS TRIP REPORT (28 pages) (https://www.ushmm.org/m/pdfs/Iraq-Bearing-Witness-Report-111215.pdf ) et les « Knights of Columbus » qui, avec « In Defense of Christians » ont soumis en date du 9 mars 2016 au Secrétaire d’Etat un rapport très documenté de 278 pages intitulé Genocide against Christians in the Middle East ( (http://indefenseofchristians.org/wp-content/uploads/2016/03/Genocide-report.pdf ).

[14] Voir notamment le travail de la « Fondation Hirondelle », ONG de journalistes et de professionnels de l’action humanitaire. Depuis 1995, elle crée ou soutient des médias d’information généralistes, indépendants et citoyens, dans des zones de guerre, des situations de crise endémique ou des situations de post-conflit. http://www.hirondelle.org/

[15] “Either we live together as brothers, or we perish as fools.” (Martin Luther King, Strength to Love. 1963)

[16] https://w2.vatican.va/content/francesco/fr/speeches/2014/june/documents/papa-francesco_20140620_liberta-religiosa.html

[17] Voir notamment le document des Nations Unies Framework of Analysis for Atrocity Crimes. A tool for prevention. New York, July 2014, 32 p. (www.un.org/en/preventgenocide/adviser/pdf/framework%20of%20analysis%20for%20atrocity%20crimes_en.pdf) et aussi Madeline K. Albright & William S. Cohen Preventing Genocide. Blueprint for U.S. Policymakers. Washington DC, 2008, 147 p. Voir à ce sujet en ligne  https://www.ushmm.org et :
http://www.usip.org/publications/genocide-prevention-task-force

 

[18] Voir notamment le rapport de La mission d'information commune sur les événements de Srebrenica, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 22 novembre 2001 : www.assemblee-nationale.fr/11/rap-info/i3413-01.asp

et aussi le rapport d’Amnesty International Srebrenica: No justice or truth for victims of genocide and their families

11 juillet 2015, en ligne : https://www.amnesty.org/en/latest/news/2015/07/srebrenica-no-justice-or-truth-for-victims-of-genocide-and-their-families/

[19] Voir notamment Roméo Dallaire, J’ai serré la main du diable. La faillite de l’humanité au Rwanda.

 

17/03/2016

Génocide des Chrétiens et autres minorités en Irak et en Syrie : reconnaissance des faits. A quand l'action ?

Le Secrétaire d’Etat, John Kerry, vient de déclarer, le 17 mars 2016,  « Daesh » génocidaire, coupable de génocide contre Chrétiens et autres minorités. Et de conclure sa déclaration en disant qu’il est certes important de nommer et de définir ces crimes, mais qu’il est essentiel de les faire cesser. Il faudra pour cela faire l’unité aux Etats-Unis et avec d’autres pays, et agir avec détermination contre le génocide, les « nettoyages ethniques » et d’autres crimes contre l’humanité. 

"Naming these crimes is important. But what is essential is to stop them. That will require unity in this country and within the countries directly involved, and the determination to act against genocide, against ethnic cleansing, against the other crimes against humanity must be pronounced among decent people all across the globe".

Rappelons que l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (par la résolution 2091, intitulée « Les combattants étrangers en Syrie et en Irak ») du 27 janvier 2016) et l’Union Européenne (Parlement Européen, le 4 février 2016) ont, de leur côté, déjà reconnu le génocide des Chrétiens et autres minorités par « Daesh ».

1. Le lien pour la déclaration du Secrétaire d’Etat américain du 17 mars 2016

http://www.state.gov/secretary/remarks/2016/03/254782.htm

2. Le lien vers la résolution du Parlement Européen du 4 février 2016 ("Massacre systématique des minorités religieuses par le groupe "EIIL/Daech ») :

http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//E...

3. Le lien vers la résolution de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe du 27 janvier 2016

http://assembly.coe.int/nw/xml/XRef/Xref-XML2HTML-FR.asp?... 

Le Conseil de sécurité, dans sa plus récente résolution sur la Syrie, a passé comme chat sur braise sur le génocide, dans le souci d'obtenir la cessation des hostilités. Il ne pourra pas longtemps ignorer ses responsabilités pour faire face aux génocides en cours en Irak et en Syrie.


Michel Veuthey

06/03/2016

Enfants-soldats, acteurs et victimes de conflits armés

Enfants et conflits armés
 
Enfants soldats : l’Allemagne nazie avait ses " Jeunesses hitlériennes "
(« Hitler Jugend »), Charles Taylor au Libéria pratiquait le recrutement forcé d’enfants ( voir l’excellent roman fondé sur des faits réels « Allah n’est pas obligé » d’Ahmadou Kourouma, Prix Renaudot 2000 ), Saddam Hussein avait sa « Futuwah » (Avant-garde armée) d’enfants, et maintenant un rapport britannique, qui sera publié le 9 mars 2016, documente l’endoctrinement d’enfants par Daesh (l’ »Etat islamique »).
 
Le Conseil de sécurité des Nations Unies avait adopté à l'unanimité, le 18 juin 2015, une résolution 2215 (2015) condamnant les enlèvements d'enfants, dont l'immense majorité est perpétrée par des acteurs non-étatiques, dont des organisations terroristes comme Daesh et Boko Haram. C'était une étape pour protéger les 250 millions d'enfants qui vivent dans des situations de conflit. Le Conseil de sécurité, sous la présidence de la France, avait organisé le 25 mars 2015 un débat public sur les enfants dans les conflits armés, en présence du Secrétaire général des Nations Unies et du Directeur général de l'UNICEF, M. Anthony Lake. La France avait alors invité les Etats qui ne l'avaient pas encore fait à endosser les "Principes et engagements de Paris" en vue de protéger les enfants contre une exploitation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armées.
 
Le Conseil des Droits de l'Homme examinera ce lundi 7 et mardi 8 mars la question des enfants victimes de conflits armés.
 
Deux Représentantes spéciales du Secrétaire général des Nations Unies y présenteront leur rapport annuel :
 
1. La Représentante spéciale du Secrétaire général pour le sort des enfants en temps de conflit armé, Madame Leïla Zerrougui (Algérie), présente un rapport ( A/HRC/31/19 ) qui couvre la période allant de décembre 2014 à décembre 2015. La Représentante spéciale décrit les activités qu’elle a menées en application de son mandat et les progrès réalisés en matière de lutte contre les violations graves commises à l’égard d’enfants, notamment l’action menée auprès des parties aux conflits afin de prévenir et de faire cesser ces violations. La Représentante spéciale y étudie également les difficultés liées au renforcement de la protection des enfants touchés par les conflits armés, et traite notamment des effets de l’extrême violence, de la privation de liberté des enfants en temps de conflit et du déplacement d’enfants du fait d’un conflit armé. La Représentante spéciale met en lumière les progrès réalisés dans le cadre de la campagne « Des enfants, pas des soldats », qui vise à prévenir et à faire cesser l’enrôlement et l’utilisation d’enfants par les forces nationales de sécurité, et met en évidence les éléments clefs à prendre en considération pour progresser. En outre, elle évoque les faits nouveaux concernant l’établissement des responsabilités concernant les violations graves commises à l’égard d’enfants. En dernier lieu, elle formule des recommandations à l’intention du Conseil des droits de l’homme et des États Membres pour améliorer encore la protection des droits de l’enfant.
 
2. La Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l'égard des enfants, Madame Marta Santos Pais (Portugal) demande dans son rapport (A/HRC/31/20 ) de promouvoir une culture de respect des droits de l'enfant et de tolérance zéro pour la violence. Elle relève à juste titre que l'année 2016 pourrait être le début d'une nouvelle ère de la protection de l'enfant grâce à une meilleure articulation entre engagements internationaux et acteurs locaux.
 
Ces deux excellents rapports se complètent. Ils convergent sur un thème : les enfants en détention...
 
C'est une approche globale, couvrant toutes les situations, utilisant tous les instruments et mécanismes du droit international, du droit national, des organisations régionales, de la société civile, y compris de l'économie privée, des centres de recherche et de formation (civils et militaires), des formateurs d'opinion (médias, artistes), des dirigeants spirituels, des communautés locales qui doit être adoptée avec détermination.
 
De nombreux instruments du droit international, universels et régionaux, protègent les enfants contre la violence : droits de l’homme, droit international humanitaire, droits des réfugiés, droit pénal international, droit du travail. La mise en œuvre de ces normes et d’abord de la responsabilité des Etats, individuellement et collectivement. .
 
C’est aussi le mandat d’organisations internationales humanitaires comme l’UNICEF, le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’Organisation Internationale du travail (OIT), le Haut Commissariat aux Droits de l’Homme, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), sans oublier le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). C’est aussi la responsabilité de la société civile : O.N.G. internationales et nationales, organisations religieuses, souvent actives dans la réhabilitation et la réinsertion, communautés locales, en soulignant le rôle essentiel des familles dans la prévention et la réinsertion des enfants victimes de la violence. La réinsertion est aussi l’affaire des systèmes éducatifs et de l’économie privée pour leur donner une formation et une place de travail. C’est enfin, le cas échéant, la tâche de celles et ceux qui vont leur prodiguer des soins physiques, psychologiques voire psychiatriques nécessaires.
 
Considérant la complexité de la tâche et la multitude d’acteurs impliqués, il est important d’avoir une vue d’ensemble et d’assigner les moyens nécessaires pour faire face à ses défis, qui ne sont pas seulement humanitaires mais aussi économiques et sécuritaires. Nous voudrions souligner la valeur de la justice réparatrice, et rappeler le rôle souvent irremplaçable d’organisations religieuses pour la réinsertion, l’éducation et la formation professionnelle. L’Ordre de Malte en France depuis de nombreuses années a en projet éducatif pour des enfants détenus à Madagascar. De même l’Ordre de Malte a un programme en République démocratique du Congo avec Malteser International et agit depuis des années en faveur d’enfants syriens fuyant la violence déplacés dans leur propre pays ou réfugiés au Liban et en Turquie.
 
Une campagne mondiale (« Des enfants, pas des soldats») a été lancée il y a exactement deux ans, le 7 mars 2014, à New York. Comme le relève une des Représentantes spéciales du Secrétaire général, cette campagne progresse. Nous espérons qu’elle recevra les ressources et les appuis politiques nécessaires à sa mise en œuvre.
 
La protection des enfants victimes de la violence et des conflits armés nécessite l'engagement complémentaire de la communauté internationale à New York avec le Conseil de sécurité et à Genève avec le Conseil des Droits de l'Homme, tout comme des organisations régionales et des communautés locales, sans oublier la société civile, économie privée, systèmes éducatifs, médias, artistes et dirigeants spirituels.
 
Michel Veuthey
 
 
 
Voir cet extrait d'un article du "Guardian" (Londres), intitulé "How Islamic State is training child killers in doctrine of hate. At least 50 UK youngsters are growing up in the Isis "caliphate", where education means watching videos of murders":
 
“The aim is to prepare a new, stronger, second generation of mujahideen, conditioned and taught to be a future resource for the group,” the report adds. “The area of most concern is that Islamic State is preparing its army by indoctrinating young children in its schools and normalising them to violence through witnessing public executions, watching Islamic State videos in media centres and giving children toy weapons to play with.”
 
The focus on youth bears similarities, according to the report, to the forced recruitment of child soldiers in Liberia in the 1990s, when Charles Taylor seized power in 1997 with a rebel army filled with children.
 
The authors conclude that Isis also appears to have studied the Nazi regime, which created the Hitler Youth to indoctrinate children. The UN has received credible but unverified reports about an Isis youth wing, Fityan al-Islam, meaning boys of Islam.
 
The authors also point to the precedent of the Baathist regime in Iraq, which in the late 1970s established the Futuwah (Youth Vanguard) movement with the most important Iraqi child soldier units known as Ashbal Saddam, or Saddam’s Lion Cubs, made up of boys aged 10 to 15."
 
1. http://www.theguardian.com/world/2016/mar/05/islamic-state-trains-purer-child-killers-in-doctrine-of-hate
 
 
2. http://www.quilliamfoundation.org ( site sur lequel sera publié un rapport sur Daesh le 9 mars 2016 )
 
3. http://www.theguardian.com/world/2009/jul/12/liberia-child-soldiers ( Charles Taylor )
 
4. https://documents-dds-ny.un.org/doc/UNDOC/GEN/G15/292/73/PDF/G1529273.pdf?OpenElement
 
Rapport annuel 2015 de la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le sort des enfants en temps de conflit armé, présenté le 8 mars 2016 à la 31e session du Conseil des Droits de l’Homme à Genève
 
5. Principes et engagements de Paris : http://www.unicef.org/french/protection/57929_58012.html
 
6. Union Interparlementaire : Manuels sur la protection des enfants 

COMBATTRE LA VIOLENCE CONTRE LES ENFANTS Elaboré conjointement par l’UNICEF et l’UIP, ce guide formule des recommandations et donne des exemples de bonnes pratiques destinés à aider les parlementaires à suivre les orientations de l’étude du Secrétaire général de l’ONU sur la violence contre les enfants parue récemment. Le Guide a été officiellement présenté le 2 mai 2007 lors de la 116ème Assemblée de l'UIP à Bali (Indonésie). A l’occasion du lancement, les parlementaires ont été encouragés à se servir du guide, à le faire connaître au sein de leurs parlements et à le faire traduire dans leurs langues nationales http://www.ipu.org/PDF/publications/violence_fr.pdf
 
GUIDE A L'USAGE DES PARLEMENTAIRES SUR LA LUTTE CONTRE LA TRAITE DES ENFANTS
Produit conjointement avec l'UNICEF, ce guide met l'accent sur les mesures concrètes que les parlementaires pourraient mettre en œuvre pour combattre le trafic des enfants. En donnant des exemples concrets des moyens employés pour créer des conditions propices à la protection de l'enfance et des réponses données par les parlementaires aux défis de cette protection, il devrait les inciter à passer à l'action.
http://www.ipu.org/PDF/publications/childtrafic_fr.pdf
 
GUIDE SUR LA PROTECTION DE L'ENFANCE
Produit conjointement avec l'UNICEF, ce guide couvre un large éventail de thèmes liés à la protection de l'enfance, notamment le trafic des enfants, les violences dont ils sont victimes, les mutilations sexuelles féminines, l'exploitation sexuelle des enfants, les enfants et la guerre, et la justice des mineurs. En donnant des exemples concrets des moyens employés pour créer des conditions propices à la protection de l'enfance et des réponses données par les parlementaires aux défis de cette protection, il devrait les inciter à passer à l'action.
http://www.ipu.org/PDF/publications/childprotection_fr.pdf
 
 GUIDE PARLEMENTAIRE ERADIQUER LES PIRES FORMES DE TRAVAIL DES ENFANTS :
Guide pour la mise en oeuvre de la Convention N° 182 de l'OIT
Ce guide offre une présentation très pédagogique de la complexité du sujet et de la Convention N° 182, qui constitue la pièce maîtresse de l'action internationale pour lutter contre les pires formes de travail des enfants. Il présente des exemples de bonne pratique et donne aux parlementaires un aperçu des dispositions qu'ils sont à même de prendre pour prévenir et éradiquer le fléau des diverses formes d'abus auxquels les jeunes travailleurs sont exposés. Il propose également des instruments modèles et des éléments de référence, outils qui devraient faciliter le travail des législateurs.
http://www.ipu.org/PDF/publications/childlabour_fr.pdf
 
GUIDE PARLEMENTAIRE PROTECTION DES REFUGIES : GUIDE SUR LE DROIT INTERNATIONAL RELATIF AUX REFUGIES
Ce guide offre une présentation très complète et pédagogique du droit international relatif aux réfugiés et de son évolution en cours 50 ans après l'adoption de la Convention des Nations Unies relative au statut des réfugiés qui constitue la pièce maîtresse du régime international en la matière. Il donne un aperçu des multiples enjeux et de ce que les parlementaires sont à même de faire pour assurer la protection des réfugiés et des personnes déplacées. Il propose également des instruments modèles et des éléments de référence, outils qui devraient faciliter le travail des législateurs. http://www.ipu.org/PDF/publications/refugee_fr.pdf
 
GUIDE PARLEMENTAIRE RESPECTER ET FAIRE RESPECTER LE DROIT INTERNATIONAL HUMANITAIRE
Ce guide - le premier de la série inaugurée en 1999 - offre une présentation très vivante et pédagogique du droit international humanitaire et un aperçu de ce que les parlementaires sont à même de faire pour oeuvrer à son respect. Il propose également des instruments modèles et des éléments de référence, outils qui devraient faciliter le travail des législateurs s'agissant de l'adhésion aux traités du droit international humanitaire et du travail de suivi. https://www.icrc.org/fre/assets/files/other/icrc_001_1090.pdf
 
 
7. UNICEF : Ressources en ligne pour la protection des enfants :
http://www.unicef.org/french/protection/57929_58022.html
 
8. Déclaration de M. A. Lake, Directeur général de l'UNICEF, le 1er mars après une visite en Syrie : "il y a plus de huit millions d'enfants victimes de la guerre en Syrie, six en Syrie et deux millions à l'étranger". ("There are more than eight million children who need assistance: six million inside Syria and more than two million who have fled the violence to neighboring countries") http://www.unicef.org/media/media_90359.html
 
9. Principes directeurs relatifs à la mise en oeuvre nationale d'un système complet de protection des enfants associés à des forces ou à des groupes armés (CICR)
https://www.icrc.org/fr/document/domestic-implementation-comprehensive-system-protection-children-associated-armed-forces-or
 
10. Site sur lequel peuvent être téléchargés les documents de la 31e session du Conseil des Droits de l'Homme
http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/RegularSessions/Session31/Pages/ListReports.aspx
 
 

 

 

04/03/2016

Syrie – une semaine de cessation d’hostilités

 Syrie - Les perspectives de l’émissaire du Secrétaire général des Nations unies, Staffan de Mistura.

 Ce vendredi 4 mars au Palais des Nations à Genève, l’Ambassadeur Staffan de Mistura faisait le point.

 Il commence par dire : hier quatre personnes ont été tuées en Syrie. Auparavant le chiffre était de 60 à 70 chaque jour.  Il ajoute : je suis religieux et chaque matin je prie pour ceux et celles qui meurent en Syrie.

 Tout a commencé avec le « Printemps arabe ». La réaction a été brutale  et la militarisation des deux côtés a suivi avec l’appui de Puissances extérieures.

L’histoire sera notre juge un jour : en 5 ans de conflit, 300 à 500 000 personnes ont perdu la vie, 4 millions sont devenues des réfugiés,  1 million des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.  Et ce conflit a affecté durement non seulement la Syrie mais aussi les pays voisins et également l’Europe.

Deux conférences à Genève n’ont produit rien d’autre qu’un constat d’absence de dialogue. Le conflit syrien se passait dans un vide d’intérêt et d’espoir, un peu comme la Somalie après l’incident du Faucon noir (« Black Hawk Down »).  La Somalie a été oubliée pendant des années et la Syrie courait le même risque. Il fallait donc, même s’il n’y avait pas de perspective de règlement politique, garder la Syrie à l’ordre du jour. 

 Staffan de Mistura a donc décidé de se concentrer sur la ville d’Alep,  deuxième ville de la Syrie  après Damas, ville symbolique par son histoire et par son multiculturalisme.

L’élément déclencheur a probablement été le discours très fort du Secrétaire général des Nations unies à Charm el-Cheikh en juillet 2015. Il y a déclaré sa honte de voir se dérouler la plus grande tragédie humanitaire depuis la second guerre mondiale. Ce discours a amené les consultations de Genève,  qui n’ont pas été très loin car les deux parties espéraient toujours gagner militairement. Mais ces 132 réunions au Palais des Nations ont permis aux Syriens de se faire entendre : en particulier les femmes de Syrie…

 Trois facteurs ont changé la donne (« game changers ») et ont permis de passer de la politique idéaliste (« Idealpolitik ») à la « Realpolitik » :

- les réfugiés tout d’abord, qui ont quitté leur pays en masse,  ne voyant pas de perspective au bout de cinq ans de  guerre,  et qui ont affecté les pays voisins et européens,  allant jusqu’à mobiliser des premiers ministres et mettre en jeu l’unité européenne ;

–l’intervention militaire russe qui a  qui a changé la donne (« game changer ») et été un coup de clairon (« wake-up call ») ;

- Daesh, qui, en devenant de plus en plus agressif, en gagnant du terrain, en attaquant un avion russe dans le Sinaï, en provoquant des attaques terroristes en Australie, au Canada, à Istanbul, à San Bernardino (en Californie) et à Paris, a montré la nécessité de réagir.

 Les rencontres de Vienne du 30 octobre et du 14 novembre 2015  (« Déclaration du Groupe international d’appui pour la Syrie ») ont permis la constitution d’un groupe de contact (« contact group ») et mené aux conversations de Genève.  Il a fallu les convoquer et les suspendre,  pour bien montrer aux parties qu’il ne s’agissait pas de rencontres procédurales pour échanger des discours vides (« hot air  meetings»). La suspension a permis de s’engager sur deux dossiers essentiels : l’aide humanitaire  et la cessation des hostilités. Deux équipes spéciales (« task forces ») ont été créées, l’une chargée des questions humanitaires et l’autre chargée du cessez-le-feu.   Et deux résolutions  adoptées à l’unanimité par le Conseil de sécurité : la Résolution 2254 et  la Résolution 2268. 

 La Résolution 2254 du 18 décembre 2015 fixe le cadre des négociations :

– un gouvernement inclusif,  crédible et non sectaire;

– une nouvelle constitution;

– des élections parlementaires et présidentielles.

 La résolution 2268 du 26 février 2016 a exigé la cessation des hostilités à compter de minuit (heure de Damas) le 27 février 2016.  Elle salue l’action menée par les Etats-Unis et la Fédération de Russie pour parvenir à un accord sur cette cessation des hostilités  qui doit constituer un pas vers l’instauration d’un cessez-le-feu durable,  réaffirmant le lien étroit entre ce cessez-le-feu et un processus politique parallèle.

Staffan de Mistura souligne que, en 2016,  224 camions chargés de secours humanitaires ont pu atteindre 200 000 personnes. La cessation des hostilités est fragile mais elle existe. Nous devons la protéger et c’est essentiellement la responsabilité des deux Grandes Puissances.

La date de la reprise des pourparlers est fixée au 9 mars à neuf heures  Mais le temps peut être flexible. Certaines délégations arriveront dans les jours qui suivront. Le Salon de l’Auto  mobilise toutes les chambres d’hôtel à Genève jusqu’au 13 mars.  Il faudra donc peut-être patienter jusqu’au 14.

 En réponse à des questions, Staffan de Mistura relève

– plus de la cessation des hostilités durera, plus les Nations Unies et les humanitaires seront à même d’apporter de l’aide…  Le 4 février à Londres, beaucoup de promesses ont été faites ; il faut maintenant que ces promesses de dons se concrétisent  et que les bailleurs de fonds se rendent compte qu’il est meilleur marché d’aider les Syriens en Syrie que de les accueillir comme réfugiés en Europe. Une fois Daesh vaincu, il serait possible d’avoir un Plan Marshall pour la reconstruction de la Syrie

– il a beaucoup d’admiration et de respect pour le CICR et son Président Peter Maurer,  pour leur flexibilité, leur travail discret et remarquable ;

- pour la poursuite des crimes de guerre, il faudra y penser  en temps utile sans mettre en péril les négociations en cours ;

- pour le contrôle du cessez-le-feu, il compte essentiellement sur la Fédération de Russie et sur les Etats-Unis ainsi que sur les Syriens. Ce n’est que plus tard qu’une véritable opération de maintien de la paix pourra être envisagée…

Michel Veuthey

 

03/03/2016

Diplomatie humanitaire - un nouveau site francophone

La Fondation Française de l'Ordre de Malte vient de mettre en ligne un site sur la diplomatie humanitaire.

www.diplomatie-humanitaire.org

Ce site est pour l'instant francophone et devrait, dans un avenir proche, comprendre des pages en anglais et en espagnol.

Les thèmes abordés sont les suivants :

Diplomatie et  médiations
Aide humanitaire et solidarité internationale
Catastrophes naturelles
Migrants et réfugiés
Culture et religions

Vous pourrez aussi accéder aux différences conférences, rencontres et publications qui ont été réalisées par l’Ordre Souverain de Malte sur ces sujets à Genève, à Bruxelles, à Chypre (sur la protection des biens culturels), à Paris à l’Unesco avec la Marine nationale,  et à l’Institut des Etudes Politiques de Santé.

Nous vous le recommandons particulièrement. N'hésitez pas à le faire connaître autour de vous.

Michel Veuthey