05/09/2017

Programme Mondial en droits de l'homme: rapport a mi-parcours

 

2.1.jpg

Le Bureau du Haut-Commissaire aux droits de l’homme vient de publier le rapport à mi-parcours de la troisième phase (2015-2019) du Programme mondial d’éducation dans le domaine des droits de l’homme. (Doc A/HRC/36/24). Le rapport  se fonde sur les renseignements reçus de 20 États et de 18 institutions nationales des droits de l’homme.

Selon le rapport des informations réunies dans le présent rapport que des efforts importants ont été faits dans certains pays depuis 2015 dans le domaine de l’éducation et de la formation aux droits de l’homme mais ils ne s’inscrivent pas nécessairement dans une stratégie élaborée dans le contexte spécifique du Programme mondial d’éducation dans le domaine des droits de l’homme.

Par exemple, des stratégies sectorielles globales ont été adoptées quant à l’éducation aux droits de l’homme dans le système scolaire alors que les actions menées, souvent dans le contexte de réformes, ont été au-delà de l’élaboration des programmes et ont touché à la politique éducative, à la formation des enseignants et des autres personnels éducatifs aux droits de l’homme et au développement de la recherche et des activités extrascolaires. De surcroît, certains efforts de formation

aux droits de l’homme ont été faits dans le cadre de stratégies plus larges visant à aborder les questions de droits de l’homme dans des contextes spécifiques, avec des axes thématiques communs (tels que la migration, le genre et la diversité), et l’utilisation de méthodes participatives et centrées sur l’apprenant. La coopération entre les acteurs nationaux − entités gouvernementales, institutions nationales des droits de l’homme, organisations de la société civile et monde universitaire − et entre ceux-ci et les organisations régionales et internationales semble être un élément récurrent et prometteur.

De nouveaux défis sont apparus d’après le rapport, notamment en ce qui concerne la formation des professionnels, par exemple la confrontation entre mise en œuvre d’initiatives de formation ponctuelles et stratégies globales, ou l’évaluation et le suivi inadéquats des processus de formation. En outre, la formation aux droits de l’homme des journalistes et des professionnels des médias semble moins développée que celle de publics plus « traditionnels » tels que les forces de l’ordre.

(Extrait des conclusions du Rapport)

18/07/2017

Un ancien participant nommé au CERD

bakari.png
Monsieur Bakari Sidiki Diaby, diplômé du Collège Universitaire Henry Dunant en 2015, vient d’être nommé membre du Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale.

Il participe actuellement au programme de doctorants mis en place entre le Collège Universitaire Henry Dunant et l’Universitat Internacional de Catalunya.

Né en 1976 en Côte d’Ivoire, il choisit de s’orienter vers des études de droit public fondamental l’Université de Bouaké (Côte d’Ivoire). Dès 2007, il se spécialise dans le domaine des droits de l’Homme avec le Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées en droit de l’Homme et le Certificat en Droits de l’Homme et Culture de la Paix de l’Institut de la Dignité et des Droits Humains du Cerap à Abidjan (Côte d’Ivoire). Il devient très actif en 2011 en promouvant les droits de l’Homme et le droit international au sein des Armées Africaines en tant que coordinateur général de la Coordination National des Droits de l’Homme pour les Armées. La même année, il est le pionnier de l’Institut Africain des Droits de l’homme pour les Armées (IADHA) et de la Coordination Africaine des Droits de l’Homme pour les Armées (Camp Gallieni, Abidjan, Plateau).

Il est actuellement Secrétaire Exécutif Adjoint de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) et le Secrétaire Permanent des Institutions Nationales des Monétaire Ouest Afrique.

Maéva Guyot

13/07/2017

Solidarité internationale : principe ou droit ?

Le séminaire « Rapprochement des cultures – Solidarité internationale : principe ou droit ? » s’est tenu entre le 5 et le 7 Juillet 2017 à Genève. Durant ces trois jours de séminaire, le terme « solidarité » fut analysé dans ses dimensions anthropologiques, économiques et politiques afin de comprendre sa portée et son impact dans la mise en œuvre des droits de l’homme. La question des minorités en Espagne et l’enseignement social catholique furent également abordés dans ce séminaire.

Le terme provient du latin et signifie « ce qui tient ensemble ». La solidarité est à la base de la construction d’une société : comme l’a rappelé M. Fernandez, tout  être humain se développe dans un réseau naturel. Au niveau international, la solidarité met en lumière les obligations de chaque Etat membre vis-à-vis des droits de l’homme afin de développer «  un esprit d’unité entre les individus, les peuples, les Etats et les organisations internationales. » La déclaration proposée sur la solidarité internationale à l’Assemblée générale fut discutée par les participants.

La solidarité n’est pas une idée nouvelle dans le domaine de l’économie. En effet, les Etats sont interdépendants comme le souligne Monsieur Arot. Des pistes ont été évoquées pour parvenir à un renforcement de la solidarité internationale.

Ainsi, selon une approche centrée sur la politique, la solidarité trouverait plus de forces si elle prenait en compte l’idée de partenariats afin de mettre en commun les ressources existantes comme l’a expliqué Monsieur Rizzi. Un consensus s’est dessiné sur l’importance de la subsidiarité et de l’éducation dans le renforcement de la solidarité au niveau local et international. Ainsi, selon le principe de subsidiarité, les institutions existantes et l’Etat ne devraient pas agir à la place des groupes ou limiter leur liberté lorsqu’ils peuvent agir seuls (Monsieur Rizzi). L’éducation est quant à elle essentielle en ce qu’elle met en valeur l’interdépendance entre chaque membre de la société selon Madame Gandolfi. Plus encore, l’apprentissage de la portée de nos actes, les raisons qui nous ont poussés à agir et nos décisions d’action sont importants pour le développement de la solidarité (Monsieur Ferreira).

Mais faut-il pour autant aller dans le sens d’une normalisation de la solidarité ? Le choix d’une solidarité internationale obligatoire a divisé les intervenants.

Pour Monsieur Fernandez, passer du fait de la solidarité au droit est nécessaire car sans droit, il n’y a pas de société. Au contraire, pour Monsieur Arot, la solidarité se présume plus qu’elle ne se décrète. Enfin, pour Madame Matel Boatca, considérer la solidarité comme une question de droit est possible à condition de définir ce droit.

Maéva Guyot

 

solidarité.jpg

30/06/2017

V cours sur la protection des DDHH: l’Amérique du Sud et le CUHD au Palais des Nations

droits humains,cuhd,cours,nnuu

Dans le contexte de la 35ème session du Conseil des Droits de l’Homme, le Collège Universitaire Henry Dunant (CUHD) a offert un cinquième cours sur “La promotion et la protection des droits de l’homme” aux participants d’Amérique du Sud.

Lors de la semaine du 12 au 16 juin, les élèves ont eu la possibilité d’assister aux réunions du Conseil au Palais des Nations et de voir en pratique ce qu’ils avaient appris durant les cours. À la fin, en guise d’examen, ils ont rédigé un rapport sur les changements législatifs, jurisprudentiels et d’opinion publique qui ont servis en matière d’éducation et de santé en 2016 dans chacun de leurs pays. De cette façon, ils ont contribué au projet ObiDESC, que le CUHD développe afin de pouvoir surveiller le progrès que font les États.

À titre personnel, en tant qu’élève, ce qui m’a paru le plus attirant a été le fait de pouvoir voir comment fonctionne le Système des Nations Unies depuis l’intérieur. Des conférences comme celle de Mme. María Vivar Aguirre sur le Haut-Commissaire des Droits de l’Homme ou encore celle de M. Alfred de Zayas sur le nouvel ordre international ont été d’un intérêt immense. Finalement l’ambiance détendue et la diversité de cultures n’ont fait qu’améliorer un déjà très bon séjour.

Eugenia de Lacalle

PS : voici une petite vidéo sur la remise des diplômes

 

01/06/2017

Human Rights Education: an effective strategy for preventing and addressing global challenges

Blog.jpg

How can Human Rights Education be promoted through the Education 2030 Agenda, especially target 4.7 ? This was the theme of the seminar organized by the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning which took place on 30 May at the Palais des Nations and which was attended by nearly a hundred people. It was co-sponsored by the States Platform on Human Rights Education and Training comprising Brazil, Costa Rica, Italy, Morocco, the Philippines, Senegal, Slovenia and Thailand and the UNESCO Liaison Office in Geneva.

 Human Rights Education (HRE) is an effective strategy for preventing and addressing current global challenges, including conflict and violent extremism. This increasing recognition has led to various initiatives at the international level and the seminar was an opportunity to:

 - Bring together Representatives of different programmes to update the participants on their status and examine their readability, content and complementarity

- See how Human Rights Education is promoted within these initiatives, particularly through SDG Target 4.7

 After opening remarks by H.E. Ambassador Maurizio Serra, Permanent Representative of Italy representing the States Platform for HRET and Mr Almuzaini, Director of the UNESCO Geneva Liaison Office, 4 panellists took the floor.

 First, Ms Lydia Ruprecht, Team Leader for Global Citizenship Education at UNESCO Headquarters in Paris, then Gilberto Duarte Santos from UNODC in Vienna, who presented the brand new initiative Education for Justice. Followed Elena Ippoliti, Human Rights Officer at the OHCHR who presented and made an update on the World Programme for HRE and the UN Declaration on HRET and lastly Giorgia Magni from BIE-UNESCO who talked about implementing Global Citizenship Education at the national level.

 These very rich presentations and the debate which followed highlighted the complementarity of these different initiatives and concepts, stressing though the need to ensure stronger synergies between initiatives of UN agencies, intergovernmental entities and governments and monitoring mechanisms. Civil society proved to be a great partner when it comes to bridge between all these different entities.

Claire de Lavernette, Chair of the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning

 

16/11/2016

Monitoring des droits de l’homme : un nouvel instrument

PIDESC.jpg

Le Collège Universitaire Henry Dunant vient de créer un Observatoire international des législations et politiques sur les droits économiques sociaux et culturels (ObIDESC) avec des points focaux dans une vingtaine de pays.

Le but est d’accroître l’effectivité des DESC en créant un Observatoire des législations et politiques.

L’Observatoire est un mécanisme international de surveillance qui analysera cinq domaines spécifiques :

  • Législations et politiques publiques. Nouvelles lois adoptées et/ou nouveaux plans de politique publique.
  • Suivi des recommandations faites à l’Etat par le Comité des DESC et l’EPU
  • Suivi de la jurisprudence nationale. Cour constitutionnelle et/ou Cour suprême
  • Suivi des débats publics (media et réseaux sociaux) sur les politiques
  • Activités dans le cadre du programme mondial d’éducation aux droits de l’homme

Chaque année l’Observatoire publiera un Rapport comprenant une fiche par pays qui résumera les nouvelles concernant les 5 domaines ci-dessus. Le Rapport comportera aussi une vision d’ensemble globale et une bonne pratique.

Ce rapport qui sera présenté au Conseil des droits de l’homme en mars s’intéressera à deux droits fondamentaux : droit à l’éducation (comprenant l’éducation aux droits de l’homme) et le droit à la santé.

 

Camille Gervaix, coordonnatrice des activités

03/03/2015

Demande massive de formation en droits de l’homme

 

 

624306Human_Rights.jpg

 

A un mois de la clôture des inscriptions, près de cent personnes se sont déjà inscrites pour participer à la XXIe session de l’Université des droits de l’homme qui aura lieu en 2015.

 Cette forte demande montre clairement la nécessité d’accroître massivement les formations en droits de la personne humaine notamment à Genève. C’est la meilleure prévention contre les violations - massives elles aussi -  que la société civile nous révélera lors de la présente session du Conseil des droits de l’homme.

 La formation de l’Université d’été se propose de donner des outils pour aider à mettre en place une culture des droits de l'homme au sein d'une société globalisée. Cette culture des droits de la personne humaine se fondera sur un vrai dialogue entre les cultures et les civilisations, car seule une inculturation des droits énoncés dans la Charte des droits de l’homme pourra les rendre vraiment universels.

 Partant de la Charte des droits de l'homme, la formation met l’accent sur les droits économiques, sociaux et culturels (DESC) qui constituent une partie essentielle d’un développement humain durable.

 La formation intègre le droit au développement et se propose de réfléchir sur les moyens à mettre en œuvre pour inclure une approche basée sur les droits de l’homme dans la perspective du post 2015. Les questions de genre et les discriminations sont abordées de façon transversale.

http://cuhd.org/formations-en-droits-lhomme/xxieme-universite-droits-homme/


 

26/02/2015

Religions Ensemble pour l'Action Humanitaire 27 mai au Palais des Nations

 

P1040918.JPG


Le mercredi 27 mai, de 13 à 18 h. l'Ordre de Malte, en coopération avec le Secrétariat du Sommet Humanitaire Mondial, organise au Palais des Nations, Salle XVII, un Symposium sur les "Religions ensemble dans l'action humanitaire".

Inscrivez-vous dès maintenant:  http://lc.cx/z4X

The Symposium "Religions Together for Humanitarian Action" - organized by the Order of Malta in cooperation with the World Humanitarian Summit Secretariat - shall focus on the specific contribution of Faith-based actors to humanitarian action and how they could improve assistance and protection to victims of armed conflicts, as well as facilitate reconciliation. Please register: http://lc.cx/z4X

 Michel Veuthey


09/02/2015

Images des formations 2014

 

Université d'été , 2014, Images, Genève, formation droits homme

Le CUHD a fêté l'année dernière 20 ans d’existence. Au cours de l’année 2014, malgré la crise mondiale, il a considérablement élargi son offre de formations. Plus de 200 personnes ont participé aux huit sessions qui se sont échelonnées de novembre 2013 à septembre 2014.

Nous vous présentons ci-desous les formations 2014 en quelques images:

Diaporama formations 14.ppsx

Le CUHD organise des formations de niveau universitaire destinées aux acteurs non gouvernementaux et gouvernementaux. Les sessions de ses formations se déroulent principalement aux Nations Unies, pendant les réunions du Conseil des droits de l’homme et de ses organes subsidiaires. Son objectif est de promouvoir une culture des droits de la personne, basée sur le dialogue entre les cultures.

15/09/2014

L’Université d’été des droits de l’homme fête son XXe anniversaire

 

598876.jpg

L’Université d’été des droits de l’homme fête cette année son vingtième anniversaire. Depuis 1995 elle a formé 1598 personnes de 98 nationalités. La session francophone démarre lundi 15 à Genève. 23 participants de 15 pays d’Afrique, d’Europe et du Maghreb, sélectionnés parmi 114 candidats, participeront à cette session qui se déroulera jusqu’au 19 septembre. La formation coïncide avec la 27ème  session du Conseil des droits de l’homme.

2015 est une date charnière dans l’agenda du développement mondial. C’est la fin des Objectifs du Millénaire et le début d’un nouvel agenda international. A partir de 2013 le programme de l'Université d'été des droits de l'homme s’est focalisé sur l'approche des droits pour le développement. Dans le sillage du Document de l’Equipe spéciale des Nations Unies les droits de l’homme « offrent des orientations pratiques pour concevoir et évaluer les stratégies de développement et en préciser la teneur - par exemple, en donnant la priorité à l'accès universel à de l'eau de qualité, à l'alimentation, à l'énergie, à la sécurité monétaire, aux services de santé et autres biens et services publics essentiels ».

Les participants sont pour la plupart membres d’ONG mais on compte aussi parmi eux des représentants des administrations publiques, des organisations internationales et du secteur privé. Le but essentiel de la formation est d’établir une stratégie internationale pour que les nouveaux objectifs du développement, au-delà de la seule économie, incorporent surtout la dimension humaine: droits de l’homme et démocratie. La formation aura lieu notamment au Palais des Nations et au Bureau International d’Education.

Pour cette seule année 2014, le Collège universitaire Henry Dunant, institution qui organise l’Université d’été, a déjà formé 104 personnes dans quatre autres programmes de formation en collaboration avec les Universités de Bergamo, Extremadura, Fribourg, Genève, La Rioja, Maltepe (Istambul) et Shahid Behesti (Teheran).

Alfred Fernandez, directeur

Photo: Ouverture de la 27ème session du Conseil. source: un.org