06/11/2018

Le rôle des acteurs religieux dans la prévention et la solution des conflits

Le rôle des acteurs religieux dans la prévention et la solution des conflits : une rencontre ce vendredi de 1045 à 1200 au Palais des Nations (Salle XI) dans le cadre de la "Geneva Peace Week"

 

INTERFAITH-5.jpg

30/10/2018

Hommage à Alfred Fernandez

Le Centre Universitaire Henry-Dunant a l’immense tristesse de faire part du décès de M. Alfred FERNANDEZ, 
Directeur général et Co-fondateur du Collège Universitaire Henry Dunant (CUHD).

Alfred Fernandez s’est éteint, le lundi 29 octobre à Genève des suites d’un cancer.

Alfred Fernandez était membre de la Chaire UNESCO de l’Université de la Rioja (Espagne), et de l’Université de Bergame  (Italie) ; Professeur d’éducation comparée à l’Université de Genève, et directeur du Bureau de l’UNED (Université nationale d'enseignement à distance - Espagne) en Suisse. Il était également le coordinateur de Plateformes à l’ONU pour le Droit à l’éducation et de la Plateforme  pour la Diversité et les Droits Culturels.

Alfred a travaillé toute sa vie, professionnelle et personnelle, pour la promotion et protection des droits de l’homme¸ notamment pour le droit à l'éducation et la liberté d’enseignement, un droit humain fondamental pour le développement de la personne. Alfred  a participé comme expert ou représentant de la société civile à des centaines de réunions internationales sur le droit à l’éducation, les droits économiques, sociaux et culturels dans le cadre des Nations Unies, de l’UNESCO, du Conseil de l’Europe, de l’Union Européenne.  Au cours de sa fructueuse et longue carrière, il a créé plus d’une vingtaine de programmes de formation en droits de l’homme et formé plus de 2000 participants de plus de 110 pays différents.

Pour celles et ceux qui ont eu l’immense honneur et bonheur de travailler ou collaborer avec lui, nous gardons le souvenir d’une personne humble, lumineuse, d’une grande ouverture d’esprit.  Alfred était toujours à l’écoute. Pourvu d’une intelligence hors pair, d’une bonté naturelle, d’une gentillesse et d’une sensibilité exquise, Alfred était naturellement très respecté de tous.

La bonne humeur , l'entregent et l’optimisme d’Alfred vont beaucoup nous manquer.

Les équipes du CUHD et de l’OIDEL continuent leurs activités respectives et rendent ainsi hommage à Alfred Fernandez. 

Les obsèques auront lieu à l'Eglise Sainte Thérèse, (Avenue Peschier 12, CH-1206, à Genève) le vendredi 2 Novembre à 14h00.

A partir de mardi après midi on peut veiller sa dépouille à la chapelle funéraire Murith (Boulevard de la Cluse, n°89 CH-1205, Genève).

 

Voila_Capture 2018-10-30_01-07-11_PM.png

 

18/05/2018

Slavery yesterday and today

Slavery yesterday and today
Past reflections and future perspectives

Every year on 10 of May, the national commemoration of the memory of the slave trade, slavery and their abolition takes place in Paris. This year, the event was organised on Thursday 10 May 2018 by the Association of the Friends of General Dumas, with the support of the City of Paris, the Centre des Musées Nationaux, and under the high patronage of the President of the French Republic.

The desire to remember the slaves of the past should be applauded, without falling into triumphalism and complacency.  There is indeed an urgent need to make a concrete commitment to the liberation of modern slaves and to the abolition of all contemporary forms of trafficking.

Contemporary resurgence

Slavery has not disappeared. Although it is prohibited by a series of national and international legal instruments, slavery is on the rise throughout the world, including in Europe, even if it is often invisible.

Causes

 Poverty, economic and political instability, conflicts, the demographic explosion of certain countries, climate change, the movement of refugees and migrants, ethnic and religious persecution make millions of women and children, but also men, vulnerable to criminal networks which, by coercion or false promises, reduce these people to servitude even in our countries.

Conditions favouring contemporary slavery have multiplied throughout the world: demographic and economic imbalances, increased vulnerability of millions of people mainly in developing countries.  That vulnerability is linked to armed conflicts, dictatorships, climate change, environmental degradation, natural and technological disasters, lack of education and access to the labour market.

And often, these factors combine with competition exasperated by globalisation and the use of forced labour in agriculture, deforestation, fishing, construction, hotels and restaurants, mining, the clothing industry, not to mention sexual exploitation, child trafficking and the illegal trade in embryos and human organs. The lack of rule of law and corruption guaranteeing impunity to criminal networks and depriving victims of protection. Mass movements of vulnerable populations expose refugees and migrants but also internally displaced persons to false promises by these criminals.

Most contemporary slaves become slaves, not because they are kidnapped, but because they respond positively to a false job offer, a trap towards forced labour, towards forced prostitution.

Medical progress allowing organ transplants creates a considerable demand for donors, voluntary or not, and an international market for organ trafficking. There are also new forms of slavery linked to surrogacy, the purchase and sale of children internationally, not to mention servitudes and traditional cultural slavery practices that have not disappeared.

Slavery is developing today at levels that go beyond what we have known in previous centuries: in 2010, there were an estimated 27 million slaves in the world. This figure represents double the number of all African slaves who were forced to emigrate from Africa to the Americas.  In 2018, the latest estimates produced by international organizations put the number of people deprived of freedoms at over 45 million worldwide, with strong growth between 2010 and 2018. The profits of modern slavery in the world, according to the same sources, exceed 150 billion dollars.

According to the Global Slavery Index (www.globalslaveryindex.org/findings), 58% of victims are in 5 countries: India, China, Pakistan, Bangladesh and Uzbekistan. Women and girls account for 71% of slaves, or nearly 29 million people. One in four victims of modern slavery is a child, or about 10 million. In Europe, estimates are estimated at more than one million, most of them from Romania, Bulgaria and Slovakia, and from Nigeria, China and Brazil. Forced labour and sexual exploitation are the most widespread forms of slavery in Europe. In Italy, there are about 130,000 slaves today according to the "Walk Free" Foundation (www.walkfreefoundation.org).

Remedies

There is a general need for awareness, information and training. A comprehensive effort at national, regional and international levels is needed to address this massive global denial of fundamental human rights.

 This year, as we commemorate the abolition of slavery in the 19th century, we should draw inspiration from the abolitionists of past centuries, their struggles and their values, which are close to ours: 2018 is also the 70th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights and the 20th anniversary of the adoption of the Statute of the International Criminal Court (which qualifies certain slavery practices respectively as war crimes and crimes against humanity). It is a good time for the international community to mobilise and make a renewed call for the abolition of contemporary slavery, directed at Governments, religious and spiritual authorities, international organizations, civil society, not to mention the business community and opinion-leaders.

On 2 December 2014, at Casina Pio IV, the headquarters of the Pontifical Academy of Sciences and Social Sciences, Catholic, Anglican, Muslim, Hindu, Buddhist, Jewish and Orthodox religious leaders signed a Joint Declaration against Modern Slavery as a public declaration of their commitment to work together in spiritual and practical action to eradicate this crime against humanity and restore the dignity and freedom of its victims.

The text of the declaration signed by Pope Francis and other religious leaders states:

"We, the undersigned, are gathered here today for an historic initiative to inspire the spiritual and practical action of all world religions and people of good will throughout the world to eradicate modern slavery in the world by 2020 and forever.

In the eyes of God, every human being is a free person, girl, boy, woman or man, and is destined to exist for the good of all in equality and brotherhood. Modern slavery, in terms of human trafficking, forced labour and prostitution, organ trafficking, and any relationship that does not respect the fundamental belief that all human beings are equal and have the same freedom and dignity, is a crime against humanity.

We pledge here today to do everything in our power, within our faith communities and beyond, to work together for the freedom of all those who are enslaved and trafficked, so that their future may be restored. Today, we have the opportunity, the conscience, the wisdom, the innovation and the technology to realize this human and moral imperative."

 

In everyday reality, the victims of slavery living alongside us need reception, protection and reintegration structures. The victims are invisible, unlike other periods in the history of slavery. This real invisibility contributes to an inadequate awareness of our authorities and our aid structures, whether public or private.

The most urgent and necessary action is to promote knowledge of the facts and development processes of modern slavery. Governments and civil society must also take measures to help and rehabilitate the victims of modern slavery. Finally, prevention through education and other economic, social and political measures that restore the rule of law, ensure the protection and rehabilitation of survivors and the prosecution of criminals are needed. 

On the occasion of the Forum held in Buenos Aires from 5 to 8 May 2018 on modern slavery, "Old Problems of the New World", Pope Francis expressed his support and concern for the victims of modern slavery:

"No one can wash their hands of this tragic reality, if they do not want to be complicit in this crime against humanity”

Michel Veuthey
Ambassador of the Sovereign Order of Malta to monitor and combat trafficking in persons
Deputy Permanent Observer of the Order of Malta at the U.N. in Geneva 

http://diplomatie-humanitaire.org/en/slavery-yesterday-and-today-past-reflections-and-future-perspectives/

 

 

16/02/2018

Migrants : que puis-je faire ?

c976bad3-13de-4e01-a326-a8fddabffee9.JPG

Plus de 200 entretiens avec des passants dont plusieurs réfugiés qui avaient traversé la Méditerranée sur des bateaux de fortune… Comme ces « héros de l’ordinaire » symbolisés par les origamis placés sur le sol de la gare : c’est le résultat de notre après-midi de sensibilisation à la gare Cornavin.

« Que puis-je faire ? » : c’était l’interrogation la plus fréquente de la part des passants. Comme réponse, nous avons évoqué le Global Compact sur les migrants actuellement en négociation ou bien la responsabilité que le droit de vote donne à chacun.

L’intérêt était tel que les 500 flyers explicatifs ont disparus en l’espace d’à peine deux heures. Ces flyers informaient de l’ampleur de la catastrophe : rien qu’en 2017, près de 200 000 personnes ont mis leur vie en péril pour atteindre l'Europe en traversant la Mer Méditerranée. Plus de 3000 d'entre eux sont morts en chemin.

En retour, les passants nous ont communiqué le chiffre du jour que nous ne connaissions pas : 90 disparus pour la seule journée du 2 février.

Lors de cet événement, nous avons réalisé un petit film qui sera disponible sur le blog dans quelques jours.

Isabel Marquez de Prado

05/09/2017

Programme Mondial en droits de l'homme: rapport a mi-parcours

 

2.1.jpg

Le Bureau du Haut-Commissaire aux droits de l’homme vient de publier le rapport à mi-parcours de la troisième phase (2015-2019) du Programme mondial d’éducation dans le domaine des droits de l’homme. (Doc A/HRC/36/24). Le rapport  se fonde sur les renseignements reçus de 20 États et de 18 institutions nationales des droits de l’homme.

Selon le rapport des informations réunies dans le présent rapport que des efforts importants ont été faits dans certains pays depuis 2015 dans le domaine de l’éducation et de la formation aux droits de l’homme mais ils ne s’inscrivent pas nécessairement dans une stratégie élaborée dans le contexte spécifique du Programme mondial d’éducation dans le domaine des droits de l’homme.

Par exemple, des stratégies sectorielles globales ont été adoptées quant à l’éducation aux droits de l’homme dans le système scolaire alors que les actions menées, souvent dans le contexte de réformes, ont été au-delà de l’élaboration des programmes et ont touché à la politique éducative, à la formation des enseignants et des autres personnels éducatifs aux droits de l’homme et au développement de la recherche et des activités extrascolaires. De surcroît, certains efforts de formation

aux droits de l’homme ont été faits dans le cadre de stratégies plus larges visant à aborder les questions de droits de l’homme dans des contextes spécifiques, avec des axes thématiques communs (tels que la migration, le genre et la diversité), et l’utilisation de méthodes participatives et centrées sur l’apprenant. La coopération entre les acteurs nationaux − entités gouvernementales, institutions nationales des droits de l’homme, organisations de la société civile et monde universitaire − et entre ceux-ci et les organisations régionales et internationales semble être un élément récurrent et prometteur.

De nouveaux défis sont apparus d’après le rapport, notamment en ce qui concerne la formation des professionnels, par exemple la confrontation entre mise en œuvre d’initiatives de formation ponctuelles et stratégies globales, ou l’évaluation et le suivi inadéquats des processus de formation. En outre, la formation aux droits de l’homme des journalistes et des professionnels des médias semble moins développée que celle de publics plus « traditionnels » tels que les forces de l’ordre.

(Extrait des conclusions du Rapport)

18/07/2017

Un ancien participant nommé au CERD

bakari.png
Monsieur Bakari Sidiki Diaby, diplômé du Collège Universitaire Henry Dunant en 2015, vient d’être nommé membre du Comité de l'ONU pour l'élimination de la discrimination raciale.

Il participe actuellement au programme de doctorants mis en place entre le Collège Universitaire Henry Dunant et l’Universitat Internacional de Catalunya.

Né en 1976 en Côte d’Ivoire, il choisit de s’orienter vers des études de droit public fondamental l’Université de Bouaké (Côte d’Ivoire). Dès 2007, il se spécialise dans le domaine des droits de l’Homme avec le Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées en droit de l’Homme et le Certificat en Droits de l’Homme et Culture de la Paix de l’Institut de la Dignité et des Droits Humains du Cerap à Abidjan (Côte d’Ivoire). Il devient très actif en 2011 en promouvant les droits de l’Homme et le droit international au sein des Armées Africaines en tant que coordinateur général de la Coordination National des Droits de l’Homme pour les Armées. La même année, il est le pionnier de l’Institut Africain des Droits de l’homme pour les Armées (IADHA) et de la Coordination Africaine des Droits de l’Homme pour les Armées (Camp Gallieni, Abidjan, Plateau).

Il est actuellement Secrétaire Exécutif Adjoint de la Commission Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI) et le Secrétaire Permanent des Institutions Nationales des Monétaire Ouest Afrique.

Maéva Guyot

13/07/2017

Solidarité internationale : principe ou droit ?

Le séminaire « Rapprochement des cultures – Solidarité internationale : principe ou droit ? » s’est tenu entre le 5 et le 7 Juillet 2017 à Genève. Durant ces trois jours de séminaire, le terme « solidarité » fut analysé dans ses dimensions anthropologiques, économiques et politiques afin de comprendre sa portée et son impact dans la mise en œuvre des droits de l’homme. La question des minorités en Espagne et l’enseignement social catholique furent également abordés dans ce séminaire.

Le terme provient du latin et signifie « ce qui tient ensemble ». La solidarité est à la base de la construction d’une société : comme l’a rappelé M. Fernandez, tout  être humain se développe dans un réseau naturel. Au niveau international, la solidarité met en lumière les obligations de chaque Etat membre vis-à-vis des droits de l’homme afin de développer «  un esprit d’unité entre les individus, les peuples, les Etats et les organisations internationales. » La déclaration proposée sur la solidarité internationale à l’Assemblée générale fut discutée par les participants.

La solidarité n’est pas une idée nouvelle dans le domaine de l’économie. En effet, les Etats sont interdépendants comme le souligne Monsieur Arot. Des pistes ont été évoquées pour parvenir à un renforcement de la solidarité internationale.

Ainsi, selon une approche centrée sur la politique, la solidarité trouverait plus de forces si elle prenait en compte l’idée de partenariats afin de mettre en commun les ressources existantes comme l’a expliqué Monsieur Rizzi. Un consensus s’est dessiné sur l’importance de la subsidiarité et de l’éducation dans le renforcement de la solidarité au niveau local et international. Ainsi, selon le principe de subsidiarité, les institutions existantes et l’Etat ne devraient pas agir à la place des groupes ou limiter leur liberté lorsqu’ils peuvent agir seuls (Monsieur Rizzi). L’éducation est quant à elle essentielle en ce qu’elle met en valeur l’interdépendance entre chaque membre de la société selon Madame Gandolfi. Plus encore, l’apprentissage de la portée de nos actes, les raisons qui nous ont poussés à agir et nos décisions d’action sont importants pour le développement de la solidarité (Monsieur Ferreira).

Mais faut-il pour autant aller dans le sens d’une normalisation de la solidarité ? Le choix d’une solidarité internationale obligatoire a divisé les intervenants.

Pour Monsieur Fernandez, passer du fait de la solidarité au droit est nécessaire car sans droit, il n’y a pas de société. Au contraire, pour Monsieur Arot, la solidarité se présume plus qu’elle ne se décrète. Enfin, pour Madame Matel Boatca, considérer la solidarité comme une question de droit est possible à condition de définir ce droit.

Maéva Guyot

 

solidarité.jpg

30/06/2017

V cours sur la protection des DDHH: l’Amérique du Sud et le CUHD au Palais des Nations

droits humains,cuhd,cours,nnuu

Dans le contexte de la 35ème session du Conseil des Droits de l’Homme, le Collège Universitaire Henry Dunant (CUHD) a offert un cinquième cours sur “La promotion et la protection des droits de l’homme” aux participants d’Amérique du Sud.

Lors de la semaine du 12 au 16 juin, les élèves ont eu la possibilité d’assister aux réunions du Conseil au Palais des Nations et de voir en pratique ce qu’ils avaient appris durant les cours. À la fin, en guise d’examen, ils ont rédigé un rapport sur les changements législatifs, jurisprudentiels et d’opinion publique qui ont servis en matière d’éducation et de santé en 2016 dans chacun de leurs pays. De cette façon, ils ont contribué au projet ObiDESC, que le CUHD développe afin de pouvoir surveiller le progrès que font les États.

À titre personnel, en tant qu’élève, ce qui m’a paru le plus attirant a été le fait de pouvoir voir comment fonctionne le Système des Nations Unies depuis l’intérieur. Des conférences comme celle de Mme. María Vivar Aguirre sur le Haut-Commissaire des Droits de l’Homme ou encore celle de M. Alfred de Zayas sur le nouvel ordre international ont été d’un intérêt immense. Finalement l’ambiance détendue et la diversité de cultures n’ont fait qu’améliorer un déjà très bon séjour.

Eugenia de Lacalle

PS : voici une petite vidéo sur la remise des diplômes

 

01/06/2017

Human Rights Education: an effective strategy for preventing and addressing global challenges

Blog.jpg

How can Human Rights Education be promoted through the Education 2030 Agenda, especially target 4.7 ? This was the theme of the seminar organized by the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning which took place on 30 May at the Palais des Nations and which was attended by nearly a hundred people. It was co-sponsored by the States Platform on Human Rights Education and Training comprising Brazil, Costa Rica, Italy, Morocco, the Philippines, Senegal, Slovenia and Thailand and the UNESCO Liaison Office in Geneva.

 Human Rights Education (HRE) is an effective strategy for preventing and addressing current global challenges, including conflict and violent extremism. This increasing recognition has led to various initiatives at the international level and the seminar was an opportunity to:

 - Bring together Representatives of different programmes to update the participants on their status and examine their readability, content and complementarity

- See how Human Rights Education is promoted within these initiatives, particularly through SDG Target 4.7

 After opening remarks by H.E. Ambassador Maurizio Serra, Permanent Representative of Italy representing the States Platform for HRET and Mr Almuzaini, Director of the UNESCO Geneva Liaison Office, 4 panellists took the floor.

 First, Ms Lydia Ruprecht, Team Leader for Global Citizenship Education at UNESCO Headquarters in Paris, then Gilberto Duarte Santos from UNODC in Vienna, who presented the brand new initiative Education for Justice. Followed Elena Ippoliti, Human Rights Officer at the OHCHR who presented and made an update on the World Programme for HRE and the UN Declaration on HRET and lastly Giorgia Magni from BIE-UNESCO who talked about implementing Global Citizenship Education at the national level.

 These very rich presentations and the debate which followed highlighted the complementarity of these different initiatives and concepts, stressing though the need to ensure stronger synergies between initiatives of UN agencies, intergovernmental entities and governments and monitoring mechanisms. Civil society proved to be a great partner when it comes to bridge between all these different entities.

Claire de Lavernette, Chair of the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning

 

16/11/2016

Monitoring des droits de l’homme : un nouvel instrument

PIDESC.jpg

Le Collège Universitaire Henry Dunant vient de créer un Observatoire international des législations et politiques sur les droits économiques sociaux et culturels (ObIDESC) avec des points focaux dans une vingtaine de pays.

Le but est d’accroître l’effectivité des DESC en créant un Observatoire des législations et politiques.

L’Observatoire est un mécanisme international de surveillance qui analysera cinq domaines spécifiques :

  • Législations et politiques publiques. Nouvelles lois adoptées et/ou nouveaux plans de politique publique.
  • Suivi des recommandations faites à l’Etat par le Comité des DESC et l’EPU
  • Suivi de la jurisprudence nationale. Cour constitutionnelle et/ou Cour suprême
  • Suivi des débats publics (media et réseaux sociaux) sur les politiques
  • Activités dans le cadre du programme mondial d’éducation aux droits de l’homme

Chaque année l’Observatoire publiera un Rapport comprenant une fiche par pays qui résumera les nouvelles concernant les 5 domaines ci-dessus. Le Rapport comportera aussi une vision d’ensemble globale et une bonne pratique.

Ce rapport qui sera présenté au Conseil des droits de l’homme en mars s’intéressera à deux droits fondamentaux : droit à l’éducation (comprenant l’éducation aux droits de l’homme) et le droit à la santé.

 

Camille Gervaix, coordonnatrice des activités