Associations

  • Esclavage contemporain et traite de personnes : nécessité d'informer et de former

    http://ethique.unistra.fr/uploads/media/133._Lettre_CEERE_octobre_2019.pdf

    133._Lettre_CEERE_octobre_2019-FR.jpg

    133._Lettre_CEERE_octobre_2019.pdf

    133._Lettre_CEERE_octobre_2019-FR.jpg

  • Esclavage moderne : on ne peut plus dire qu'on ne savait pas... Gouvernements et société civile se doivent d'agir

    Ce matin 17 janvier, la Section « Migrants & Réfugiés » du  Saint-Siège a ouvert un site
    https://migrants-refugees.va    avec un accent sur les victimes du trafic de personnes.
     
    Ce site reflète la politique du Pape François sur les migrants et les réfugiés, insistant sur la solidarité avec les plus faibles et sur la nécessité de traiter les causes de ces migrations désespérées et déstabilisantes.
     
    Le Pape François publie par la même occasion une Lettre sur les orientations pastorales sur la traite de personnes (disponible en anglais « Pastoral Orientations on Human Trafficking »), ainsi qu’en italien et en espagnol. La version française devrait suivre.
     
    Cette lettre aborde le trafic de personnes de la manière suivante :
     
    1. Préface insistant sur l’énorme importance qu’attache le Pape au sort des millions de victimes de la traite et encourageant à l’action vigoureuse
    (« The M&R Section invites everyone to engage vigorously in learning, communication and action about preventing and healing Human Trafficking, nourished by reflection, prayer, and the teachings »).
    2. Définition (reprise du Protocole de Palerme du 15 novembre 2000 à la Convention des Nations Unies contre le criminalité transnationale organisée) et y ajoutant les formes locales d’esclavage.
    3. Compréhension de ce fléau, qui réduit la personne humaine à un objet, une marchandise, et de ses causes, dont la demande de consommateurs inconscients de leurs responsabilités et possibilités d’action par rapport aux victimes de l’esclavage moderne dans l’agriculture, le travail domestique, la prostitution et le travail forcé).
    4. Nécessité d’une prise de conscience (« Acknowledging human trafficking: Out of the Shadows »), car trop de personnes ignorent encore l’ampleur de ce fléau, y compris les forces de l’ordre, les juges, le personnel social et de santé. Le rôle des communautés locales dans les pays d’origine, de transit et de destination est important. Les victimes de trafic peuvent être des sources d’information et de soutien pour les victimes. Il faut avoir des programmes d’éducation pour prévenir et réhabiliter.
    5. Dynamiques des trafiquants et des passeurs (« smugglers »)
    6. Réponses à améliorer (« Responding to Human Trafficking: Room for Improvement ») pour réduire la demande, rendre les consommateurs responsables et poursuivre les trafiquants
    - prévenir la traite, qui touche souvent des personnes sans moyens ni espoir d’avenir : la forme la plus radicale de prévention est d’assurer un développement humain, un droit de rester dans son propre pays, et, si des personnes décident ou sont forcées de quitter leur pays, de s’assurer des possibilités légales et sûres de migration 
    - promouvoir la coopération entre Etats, et aussi avec l’économie privée, les médias, la société civile, les organisations d’inspiration religieuse
    - assister et réintégrer les survivants, ce qui comporte aussi un volet éducatif et professionnel, dans lequel la famille et des congrégations religieuses, particulièrement féminines, ont un rôle important.
     
    Ce texte va certainement,  en France et ailleurs, pousser les Evêques et d’autres à agir davantage contre cette forme moderne d’esclavage.
     
    A relever qu’il y a dix jours, le 7 janvier 2019, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) publiait deux rapports sur le trafic de personnes dans le contexte de conflits armés, dénonçant le trafic d’êtres humains comme un instrument des groupes armés pour financer leurs activités et pour augmenter leurs effectifs. En voici les liens :
     
    http://www.unodc.org/unodc/fr/frontpage/2019/January/le-trafic-dtres-humains--un-instrument-des-groupes-arms-pour-financer-leurs-activits-et-pour-augmenter-leurs-effectifs-_-le-rapport-de-lonudc.html?ref=fs4
     
    http://www.unodc.org/unodc/en/data-and-analysis/glotip.html
     
    • Global Report on Human Trafficking 2018
    http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/glotip/2018/GLOTiP_2018_BOOK_web_small.pdf
     
    • Human Trafficking in the Context of Armed Conflict 2018
    http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/glotip/2018/GloTIP2018_BOOKLET_2_Conflict.pdf
     
    Ces deux rapports de l’ONU dénoncent que, face à l’augmentation du nombre de victimes, les tribunaux laissent la plupart de ces crimes impunis.
     
    Michel Veuthey

  • Partager les richesses

    Le vendredi 2 février de 17h00 à 19h00 aura lieu au cœur de la gare Cornavin à Genève un happening organisé par le CUHD afin de sensibiliser les genevois et passants sur la cause des réfugiés.

    En 2017,  184'169 personnes ont mis leur vie en péril pour atteindre l'Europe en traversant la Mer Méditerranée. 3'116 d'entre eux sont morts en chemin. 

    Plus de 900 petits bateaux en papier seront disposés au sol afin de leur rendre hommage; chaque bateau représentant 200 migrants. Le but est d’ouvrir le dialogue et de faire en sorte que les passants prennent conscience de la difficile situation des migrants qui en ce moment-même traversent la Mer Méditerranée. 

    Gare.jpg