08/12/2015

Nouvelle formation: l'effectivité des droits économiques, sociaux et culturels

Le Collège Universitaire Henry Dunant a le plaisir de vous informer que les inscriptions sont ouvertes pour la XXIIIème Université d’été.

C’est une formation qui a vu déjà plus de 1800 personnes y participer, provenant de 105 nationalités. Cette année, suite aux précédentes expériences, nous avons décidé de recentrer la formation sur l’effectivité des droits économiques, sociaux et culturels. Cette nouvelle formation se compose d’une partie à distance d’une durée de deux mois, permettant d’acquérir les connaissances suffisantes afin de conclure au mieux la formation avec la partie finale présentielle à Genève.

 

Les cours auront pour thèmes l’histoire des droits de l’homme, les normes et mécanismes internationaux de protection, ainsi que des notions d’économie et de développement durable, avec un accent général sur les droits économiques, sociaux et culturels. La formation présentielle se déroulera en même temps que le Comité Consultatif du Conseil des droits de l’homme, auquel les participants pourront prendre part.

 

La partie en ligne débutera le 1er juin et se terminera le 30 juin 2015, puis la session présentielle aura lieu du 10 au 14 août 2015, à Genève. Le délai d’inscription est fixé au 31 mars 2015.

 

D’après une enquête réalisée auprès des anciens participants l’impact sur leur carrière professionnelle a été déterminante, voire très déterminante. Cette formation leur a en effet non seulement d’acquérir une meilleure maîtrise des sujets professionnels (96%) mais encore d’influencer les politiques publiques (65%). Une grande majorité de nos participants ont pu également obtenir des responsabilités plus importantes au sein de leur profession.


henry

Henry Dunant

Le  programme  et le formulaire d’inscription se trouvent sur notre site à l’adresse

http://cuhd.org/formations-en-droits-lhomme/universite-de...

Pour toutes autres informations, contactez-nous au: info@cuhd.org 

 

Virginie Pache et Flavio Leoni

04/05/2015

Programa de formación de lideresas indígenas

Hoy empieza en Cáceres, el programa de formación de lideresas indígenas para trabajar con el Consejo de Derechos Humanos ( FLICoDH).

El Programa propone reforzar la formación de lideresas mujeres en derechos humanos. Se trata de un Programa de capacitación para trabajar de modo eficaz con los Procedimientos Especiales del Consejo de Derechos humanos y particularmente con el Examen Periódico Universal, órgano del Consejo que permite una participación importante de la sociedad civil.
Este programa da seguimiento a uno previo que desde 2001 à 2010 permitió llevar a cabo una formación inicial de 50 mujeres indígenas de América Latina pertenecientes a la organización regional Enlace Continental de Mujeres Indígenas y a organizaciones nacionales de mujeres.
El proyecto se basa en una estrategia precisa: los problemas de discriminación y pobreza en América Latina hacia la mujer indígena sólo podrán resueltos mediante el “empowerment” de este colectivo y un enfoque de las políticas públicas basado en derechos. Para ello es imprescindible que las mujeres líderes indígenas tengan un conocimiento adecuado de las herramientas que les ofrece el derecho internacional para proteger y promover sus derechos a nivel del Consejo de Derechos Humanos y de sus órganos subsidiarios.

El programa esá disponible en este link

09/02/2015

Images des formations 2014

 

Université d'été , 2014, Images, Genève, formation droits homme

Le CUHD a fêté l'année dernière 20 ans d’existence. Au cours de l’année 2014, malgré la crise mondiale, il a considérablement élargi son offre de formations. Plus de 200 personnes ont participé aux huit sessions qui se sont échelonnées de novembre 2013 à septembre 2014.

Nous vous présentons ci-desous les formations 2014 en quelques images:

Diaporama formations 14.ppsx

Le CUHD organise des formations de niveau universitaire destinées aux acteurs non gouvernementaux et gouvernementaux. Les sessions de ses formations se déroulent principalement aux Nations Unies, pendant les réunions du Conseil des droits de l’homme et de ses organes subsidiaires. Son objectif est de promouvoir une culture des droits de la personne, basée sur le dialogue entre les cultures.

16/09/2014

L'enfant el la religion. Colloque dans la XXe Université d'été

enseignement religieux, droits de l'enfant, religion, droits de l'homme

Selon les dernières données du Pew Institut, 82% des personnes dans le monde sont affiliées à une religion.  Comme le souligne la Déclaration sur l'élimination de toutes formes d'intolérance et de discrimination fondées sur la religion ou la conviction des Nations Unies « la religion ou la conviction constitue pour celui qui la professe un des éléments fondamentaux de sa conception de la vie »  et donc élément central de son identité.

Dans son article 5 la même Déclaration affirme que « les parents ou, le cas échéant, les tuteurs légaux de l'enfant ont le droit d'organiser la vie au sein de la famille conformément à leur religion ou leur conviction et en tenant compte de l’éducation morale conformément à laquelle ils estiment que l'enfant doit être élevé ». (alinéa 1), mais aussi que « les pratiques d'une religion ou d'une conviction dans lesquelles un enfant est élevé ne doivent porter préjudice ni à sa santé physique ou mentale ni à son développement complet » (alinéa 3).

Le sujet et très actuel comme le montrent les sentences de la Cour européenne des droits de l’homme sur le sujet, par exemple: Folgerø et autres c. Norvège,  Appel-Irrgang et autres c. Allemagne,   Lautsi et autres c. Italie,  Zengin c. Turquie, ou le rapport du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté religieuse sur la question de la liberté de religion ou de conviction dans le contexte de l’enseignement scolaire (2010).

Ce colloque se propose les relations entre l’enfant et la religion sous quatre angles : historique, juridique, la transmission et l’enseignement.
Le colloque aura lieu le 18 septembre de 9h à 17h au Bureau International d'Education (Genève)

Programme colloque.pdf

20/01/2014

Universités du Maghreb: une approche basée sur les droits de l’homme

 

 

 

26.jpg
Setif (Algérie) ruines romaines

Le Collège universitaire Henry Dunant lance en 2014 un ambitieux projet interuniversitaire pour contribuer à la modernisation de l’enseignement supérieur au Maghreb par l’intégration de l’approche basée sur les droits de l’homme (ABDH).

 Le montant global du projet financé par le programme TEMPUS de l’Union européenne est de près d’un million d’euros. Douze Universités vont collaborer dans le projet  Approche basée sur les droits dans l’enseignement supérieur au Maghreb (ABDEM): l’Université de La Rioja, leader du projet, ainsi que l’Université de Bergame, l’Université de Westminster, l’Université de Zaragoza, l’Université de Extremadura, l’Université de A Coruña, l’Université Mohamed V Soussi, l’Université Hassan 2 Mohammedia-Casablanca, l’Université Sétif 2, l’Ecole Nationale Supérieure de Sciences Politiques d’Alger, l’Institut National du Travail et des Etudes Sociales de Tunis, et l’Institut de Presse et de Sciences de l’Information de l’Université de la Manouba.

 Le projet ABDEM comporte trois phases :

 ·        Etat des lieux et défis de l’ABDH dans les pays partenaires du Maghreb

·        Une formation de formateurs sur l’ABDH

·        Création d’un Master interuniversitaire et interdisciplinaire sur l’ABDH dans les politiques publiques.

 Ce projet propose de contribuer à une réforme des programmes d’enseignement dans la région du Maghreb en introduisant l’approche basée sur les droits de l’homme. Cette approche – très neuve dans presque tous les pays - introduira un changement fondamental dans l’institution universitaire. Comme le signale le Programme mondial en faveur de l’éducation aux droits de l’homme, cette approche prévoit à la fois une « éducation à travers les droits de l’homme » (où l’on assure que tous les éléments et processus d’éducation – notamment les programmes, matériaux, méthodes et formations – sont bien propices à l’apprentissage des droits de l’homme, et « les droits de l’homme dans l’éducation » (où l’on s’assure que les droits de tous les membres de la communauté universitaire : enseignants et étudiants, sont bien respectés).

Alfred Fernandez

 

17/06/2013

Développement humain: une nouvelle gouvernance des systèmes éducatifs

sen.jpg

 

Il faut un changement radical dans les systèmes éducatifs pour relever le défi du développement humain. Dans l’Union européenne « les prévisions du CEDEFOP tablent sur une progression des emplois nécessitant un diplôme de niveau tertiaire de 29 % en 2010 à 34 % en 2020, tandis que la proportion des emplois faiblement qualifiés devrait passer de 23 % à 18 % sur la même période. Les compétences transversales comme l'esprit critique, l'esprit d'initiative ainsi que la capacité de résolution de problème et de collaboration prépareront les individus aux carrières variées et imprévisibles d'aujourd'hui »

 Avec la multiplication des sources d’information et des technologies de la communication (ICTs), les connaissances et les valeurs deviennent de plus en plus diversifiées et accessibles au-delà des systèmes d’éducation formelle. C’est pourquoi le rôle des professeurs devrait évoluer de « dispensateurs » d’information et connaissance à « facilitateurs » de l’apprentissage. L’agenda post 2015 doit accorder une plus grande priorité au rôle des enseignants et leur formation doit être une formation de qualité. En plus, le rôle des familles et des communautés doit être renforcé dans ce même but.

 L’éducation aux droits de l’homme doit être reconsidérée et promue dans l’agenda post 2015. De la même façon, l’éducation pour une citoyenneté active doit être au cœur des nouveaux objectifs, puisque « l’éducation doit mettre tout personne en mesure de jouer un rôle utile dans une société libre ». L’éducation aux droits de l’homme tel que définie par le Programme mondial sur l’éducation aux droits de l’homme joue un rôle essentiel, car elle suppose une modification à l’échelle du système éducatif tout entier. En effet, l’éducation aux droits de l’homme implique délégation de pouvoir, gouvernance démocratique, autonomie des écoles et partage de responsabilités.

Plateforme d'ONG sur le droit à l'éducation

 

 

09/06/2013

Le développement est la qualité d'éducation

post2015_logo.png

 

Comprendre le développement en termes d’épanouissement de la personne n’est rien d’autre que réaffirmer  les finalités de l’éducation de l’article 26 de la Déclaration universelle: L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Dans une formulation plus précise l’article 13 du Pacte des droits économiques sociaux et culturels ajoute: l'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et du sens de sa dignité (…) l'éducation doit mettre toute personne en mesure de jouer un rôle utile dans une société libre.

Pour cette raison nous pouvons affirmer clairement que le développement humain durable coïncide avec l’éducation tel que définie par les instruments internationaux. En effet, si l’éducation devient ce que les instruments internationaux prévoient, le développement est garanti, car le développement consiste en des personnes qui vivent une vie conforme à leur dignité.

 Le défi majeur de l’après 2015 dans le domaine de l’éducation est, comme le signale opportunément l’initiative L’éducation avant tout du Secrétaire général, la qualité. Dans ce contexte, il faut développer «un cadre conceptuel global pour une éducation de qualité».

 Ce cadre conceptuel doit comprendre, comme le suggère le Rapporteur spécial sur le droit à l’éducation : «  i) un niveau minimal d’acquisition de connaissances, de valeurs, de qualifications et de compétences par les élèves; ii) une infrastructure, des installations et un environnement scolaires adéquats; iii) un corps enseignant qualifié; et iv) une école ouverte à tous élèves, parents et communauté. ».

23/11/2012

Education: Pink Floyd ou l'ONU

Pink-Floyd-Pig-Children-Wall.png


Dans nos sociétés multiculturelles que les migrations rendent de plus en plus métissées, il est opportun de se demander quel est le rôle de l’éducation et si ce rôle restera le même par le passé. A la fin des années ‘70, le groupe de musique rock Pink Floyd portait sur cette question un regard critique, voire même féroce et, face à l’éducation, il résumait son attente en ces termes :

 “We don’t need no education
We don’t need thought control…
Teachers them kids alone…
All in all it's just another brick in the wall…”

C’est ainsi en effet que Pink Floyd critiquait le rôle classique de l’instruction publique, rôle qui pour lui ne consisterait ni plus ni moins qu’à consolider l’Etat-nation. Plus d’un siècle auparavant, en 1805 déjà, cette conception ressortait clairement d’une note rédigée par Napoléon qui déclarait: “Il n’y aura pas d’Etat politique fixe s’il n’existe pas un corps de professeurs avec des principes fixes. Tant qu’on n’enseignera pas dès l’enfance qu’il faut être républicain ou monarchiste, catholique ou irréligieux, l’Etat ne formera pas une nation” (Napoléon, 1939: 213).
 
De nos jours, la Déclaration sur la diversité culturelle propose une formulation du droit à l’éducation radicalement opposée à cette conception de l’empereur et même aux idées républicaines du début du XIXe siècle. Ainsi dispose-t-elle dans son article 5: “Toute personne à droit à une éducation et une formation de qualité qui respecte pleinement son identité culturelle” (UNESCO, 2001).

L’approche napoléonienne se fondait sur la notion de citoyenneté républicaine qui, selon Albala-Bertrand (1996), met l’accent sur l’individu en tant que membre d’une société politique par rapport à certains principes fondamentaux: le sentiment d’appartenance à une communauté politique, la loyauté envers la patrie et la prédominance des devoirs civiques sur les intérêts individuels. Pour mieux cerner le contenu, cette notion peut être opposée à celle de citoyenneté libérale. L’idée centrale de celle-ci est que tous les individus sont égaux et dépositaires de droits inaliénables qui ne peuvent être annulés par l’Etat. Cette idée est à l’origine des droits de l’homme tels que nous les connaissons (droits civils et politiques).

Pour K. Tomasevski, ancienne rapporteuse des Nations Unies sur le droit à l'éducation,  la réalisation progressive du droit à l’éducation passe par les trois principales étapes suivantes de la lutte contre l’exclusion:
•    “La première étape consiste à accorder le droit à l’éducation à ceux qui en étaient traditionnellement privés (comme les peuples autochtones ou les non-ressortissants) ou à ceux qui n’y ont toujours pas accès (…)
•    La deuxième étape consiste à lutter contre la ségrégation en matière d’éducation et à favoriser l’intégration (…)
•    La troisième étape nécessite une adaptation de l’enseignement aux divers sujets du droit à l’éducation, c’est-à-dire que ce ne sont plus les nouvelles catégories d’individus ayant accès à l’enseignement qui devront s’adapter aux conditions existantes, mais plutôt le système éducatif qui devra être mis en conformité avec les principes du droit de chacun à l’éducation et de l’égalité de droits dans ce domaine”

Alfred Fernandez

03/09/2012

XVIIIème Université d'été des droits de l'homme: Rousseau et la démocratie

 

Dans une liberté plus grande, titre emprunté au rapport de Koffi Annan (voir post précedant) est le leitmotiv de la XVIIIème Université d’été des droits de l’homme qui s’ouvre le lundi 3 septembre à Genève au siège de la Fondation Jeantet.

 Pendant quinze jours les participants se pencheront sur les relations entre démocratie et droits de l’homme en prenant comme point de départ les textes de la philosophie politique de Rousseau (voir notre blog http://droitshumains.blog.tdg.ch). L’objectif est de dépasser l’opposition fréquente entre démocratie et développement. Les participants auront la possibilité de débattre du premier rapport présenté au Conseil sur le nouvel ordre démocratique international par l’expert indépendant M. de Zayas.

 Un thème central de la session sera la réflexion sur la solidarité internationale et le développement. La solidarité a été définie par les Nations Unies comme une des valeurs fondamentales communes. Peut-elle débloquer les problèmes où est enlisé le droit au développement ? Les participants suivront un colloque organisé par la Plateforme des ONG sur le droit au développement et l’experte indépendante sur la solidarité internationale, Mme Dandan.

30/07/2012

Droits économiques et sociaux: l'urgence de la formation

 

P1050505.jpg

Le Collège universitaire Henry Dunant avec la Faculté de Médecine de l’Université de Genève a réalisé  une enquête sur les besoins de formation dans le domaine des droits économiques sociaux et culturels (DESC) au niveau international. Le questionnaire de l’enquête a été envoyé à des personnes directement concernées par les thématiques des DESC dans leur activité professionnelle et appartiennent aux régions Afrique, Amériques, Australie et Europe.

A la question centrale: Selon vous, existe-t-il des besoins de ressources humaines formées dans la protection et la promotion des droits économiques, sociaux et culturels?, la quasi-totalité des personnes ont répondu oui (98,1%).

Selon l’enquête, cette formation devrait en premier lieu s’adresser aux défenseurs des droits de l’homme, aux membres d’ONG, aux cadres des agences de développement et aux chercheurs des droits de l’homme.

D’après l’enquête, il semble que les buts de la formation doivent s’orienter vers la délivrance de connaissances et d’outils qui permettront: de renforcer la participation à l’élaboration de politiques nationales basées sur les DESC et d’appuyer la promotion et la recherche dans ce domaine.  En ce qui concerne les connaissances, il apparaît un besoin de développer des connaissances pratiques et jurisprudentielles en matière de violations et de justiciabilité des DESC. Afin de mieux évaluer les politiques, il est suggéré de développer des connaissances sur les organes de surveillance et les méthodes de collecte et d’analyse de données des DESC.

La méthode de travail la plus appropriée à cette formation doit, sans équivoque d’après les réponses récoltées (68%), se baser sur une combinaison des méthodes évoquées dans le sondage. La validation des acquis au terme de la formation est perçue comme nécessaire. Enfin, pour ce qui fait référence au lieu de la formation, 48% des participants estiment que la formation doit se tenir de manière alternée localement et à l’étranger.

Paul Gaullier, collaborateur scientifique, CUHD

On peut se procurer un résumé de l’enquête auprès du Collège universitaire Henry Dunant : info@cuhd.org

Photo: Conseil des droits de l'homme 2012 / Side event sur la qualité de l'éducation