17/03/2014

Invitation le mercredi 2 avril à 18 h. 30 pour entendre le Président du Conseil des Droits de l'Homme, l'Ambassadeur B. Ndong Ella (Gabon)

LE CERCLE DES AMITIES INTERNATIONALES, GENÈVE

Fondé en 1920  

vous prie d’assister à une soirée

Le mercredi 2 avril 2014 à 18h 30  

Au Cercle de la Terrasse

Rue Jean-Gabriel Eynard 4 – 1205 Genève  
avec

S.E. Monsieur Baudelaire NDONG ELLA

Ambassadeur du Gabon auprès des Nations Unies à Genève

Président du Conseil des Droits de l’Homme

qui donnera une conférence sur :

« Perspectives sur la 25e session

du Conseil des Droits de l’Homme

(3 – 28 mars 2014)

par son Président »

       

19h00 : Conférence

20h30 : Cocktail dînatoire

Prix : pour les membres du Cercle : CHF 60.-

 pour les non-membres : CHF 70.-

Inscriptions : jusqu’au samedi 29 mars 2014, CP 2096, 1211 Genève 1

     par courriel à : cercleamities@bluewin.ch

         par téléphone: 079 777 00 50

Prière de noter que seul le versement au CCP 12-2320-5 confirmera l’inscription

(IBAN de notre CCP : CH64 0900 0000 1200 2320 5)

http://cercleamitiesinternationales.blogspot.com/

 

AMBASSADEUR BAUDELAIRE NDONG ELLA

Baudelaire Ndong Ella, Représentant Permanent du Gabon auprès des Nations Unies à Genève depuis mai 2011, est actuellement Président du Conseil des Droits de l’Homme depuis cette année.

Avant sa nomination à Genève, M. Ndong Ella avait servi comme Ambassadeur et Représentant permanent adjoint du Gabon auprès de l’Union Africaine (UA),  à Addis-Abeba, depuis novembre 2009.

De 2007 à 2009, il avait été Chargé d’affaires à l’Ambassade du Gabon en Éthiopie, à la Mission Permanente de l’Union Africaine, à la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et pour le Programme des Nations Unies pour l’environnement.

Diplomate de carrière, M. Ndong Ella a occupé divers postes au Ministère des Affaires étrangères, notamment comme Ambassadeur et Directeur général adjoint pour la coopération internationale.

M. Ndong Ella a une maîtrise en droit international de l’Université de Nantes, un diplôme de l’ENA  du Gabon, une maîtrise en droit public de l’Université Omar Bongo au Gabon et un baccalauréat en droit public de la même université.

Il est né le 9 mai 1967 à Oyem, au Gabon, est marié et père de cinq enfants.

LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME DES NATIONS UNIES

Le Conseil des droits de l'homme est un organe intergouvernemental du système des Nations Unies, composé de 47 Etats élus par l’Assemblée générale.

Le Conseil a été créé par l’Assemblée générale le 15 mars 2006, pour succéder à la Commission des Droits de l’Homme.


Le Conseil des Droits de l’Homme tient trois sessions ordinaires annuelles à Genève, en mars, en juin et en septembre. Pour en savoir davantage :

 

http://www.ohchr.org/FR/HRBodies/HRC/Pages/AboutCouncil.a...

06/03/2014

"Le dû à tout homme" : Invitation Mardi 11 mars à 11 h. RSVP info@cuhd.org

%22Le dû à tout homme%22 11 11.jpg

20/01/2014

Universités du Maghreb: une approche basée sur les droits de l’homme

 

 

 

26.jpg
Setif (Algérie) ruines romaines

Le Collège universitaire Henry Dunant lance en 2014 un ambitieux projet interuniversitaire pour contribuer à la modernisation de l’enseignement supérieur au Maghreb par l’intégration de l’approche basée sur les droits de l’homme (ABDH).

 Le montant global du projet financé par le programme TEMPUS de l’Union européenne est de près d’un million d’euros. Douze Universités vont collaborer dans le projet  Approche basée sur les droits dans l’enseignement supérieur au Maghreb (ABDEM): l’Université de La Rioja, leader du projet, ainsi que l’Université de Bergame, l’Université de Westminster, l’Université de Zaragoza, l’Université de Extremadura, l’Université de A Coruña, l’Université Mohamed V Soussi, l’Université Hassan 2 Mohammedia-Casablanca, l’Université Sétif 2, l’Ecole Nationale Supérieure de Sciences Politiques d’Alger, l’Institut National du Travail et des Etudes Sociales de Tunis, et l’Institut de Presse et de Sciences de l’Information de l’Université de la Manouba.

 Le projet ABDEM comporte trois phases :

 ·        Etat des lieux et défis de l’ABDH dans les pays partenaires du Maghreb

·        Une formation de formateurs sur l’ABDH

·        Création d’un Master interuniversitaire et interdisciplinaire sur l’ABDH dans les politiques publiques.

 Ce projet propose de contribuer à une réforme des programmes d’enseignement dans la région du Maghreb en introduisant l’approche basée sur les droits de l’homme. Cette approche – très neuve dans presque tous les pays - introduira un changement fondamental dans l’institution universitaire. Comme le signale le Programme mondial en faveur de l’éducation aux droits de l’homme, cette approche prévoit à la fois une « éducation à travers les droits de l’homme » (où l’on assure que tous les éléments et processus d’éducation – notamment les programmes, matériaux, méthodes et formations – sont bien propices à l’apprentissage des droits de l’homme, et « les droits de l’homme dans l’éducation » (où l’on s’assure que les droits de tous les membres de la communauté universitaire : enseignants et étudiants, sont bien respectés).

Alfred Fernandez

 

20/12/2009

Réponse aux minarets

En guise de réponse aux commentaires suscités par notre note sur les minarets, nous proposons à nos lecteurs ce texte du rapport "Notre diversité créatrice", produit par la Commission des NationsAvicenne.jpg Unies sur la Culture et le Développement. Ce texte de 1996 n'a pas pris une ride:

«Depuis l’apparition de l’homo sapiens, les groupes humains n’ont cessé d’échanger découvertes et innovations, institutions et connaissances. Les sociétés ont évolué à la faveur de la coopération entre des peuples appartenant à des cultures dissemblables, et il importe d’encourager cette convivialité culturelle par de nouveaux accords sociopolitiques qui devront être négociés dans le cadre d’une éthique universelle. La coopération entre différents peuples ayant des intérêts et des cultures différentes sera facilitée, et les conflits circonscrits, si les participants s’estiment liés et motivés par des engagements communs. Aussi est-il impératif d’identifier un noyau de valeurs et de principes éthiques partagés par tous. A n’en pas douter, la clef d’un changement positif se trouve dans les valeurs qui inspirent notre comportement.

[..].“Il existe dans la quasi-totalité des traditions culturelles un certain nombre de thèmes récurrents dont il est possible de s’inspirer pour formuler une éthique à caractère universel. Le premier de ces thèmes est l’idée de la vulnérabilité de l’être humain et de l’impulsion morale qui pousse à alléger sa propre souffrance et la souffrance d’autrui chaque fois que possible et à permettre à chacun d’être en sécurité. Cette idée existe dans la doctrine morale de toutes les cultures. Ainsi le maître confucianiste Meng- Tseu remarquait-il voici bien longtemps que « tout homme est saisi de crainte et d’horreur, de compassion et de pitié, à la vue soudaine d’un enfant sur le point de tomber dans un puits… nul n’est indifférent au bien et au mal. De même, l’idée qu’il faut traiter autrui comme on voudrait soi-même être traité est présente dans les enseignements moraux de toutes les grandes traditions religieuses.

Cette « règle d’or » est, sous une forme ou une autre, formulée explicitement par le confucianisme, le taoïsme, l’hindouisme, le bouddhisme, le zoroastrisme, le judaïsme, le christianisme et l’islam, et implicitement reconnue par d’autres confessions. [..] Aujourd’hui, l’idée des droits de l’homme, bien qu’encore contestée par des gouvernements récalcitrants, est un principe de conduite politique fermement établi et s’impose comme l’une des pierres angulaires de toute éthique universelle. »

(Le portrait qui illustre la note est celui d'Avicenne, un des plus importans philosophes et théologiens musulmans)