Migrations et populismes

Migrants et populismes - Un panel de discussion au Palais des Nations, ce mercredi 20 mars 2019 de 15 à 16 h.

1. L'Ambassadrice de Djibouti souligne que les migrations africaines sont essentiellement à l'intérieur de l'Afrique

2. L'Ambassadrice de l'Ordre Souverain de Malte rappelle la participation de l'Ordre à l'élaboration du Pacte mondial sur les migrations, engagement collectif de coopérer sur tous les aspects de la migration, sur le plan bilatéral, régional et universel

3. Stéphane Jaquemet, Directeur de ICMC, représentant la société civile dans le négociation du Pacte mondial sur la migration, est à la fois heureux et frustré sur le résultat. Ce qui a permis à l'extrême-droite de grandir, c'est la réaction timide des Gouvernements devant la migration.Les Etats européens ont manqué l'opportunité d'expliquer à leur population la négociation; il y a eu une absence totale de communication des négociateurs face aux parlements et à la population, qui n'ont pas compris ce silence...

4. Patrick Taran, President, Global Migration Policy Associates, est préoccupé de voir que le Pacte mondial ne contribue pas à l'application et mise en oeuvre des instruments juridiques internationaux existants en soulignant sa nature non contraignante ("non-binding"), que ce soit pour les droits de l'homme, le droit du travail et le droit des réfugiés. L'objectif du Pacte n'est pas suffisant, est même dangereux : "Slave trade used to be safe, orderly and regular..." "The GCM expands the space for de-constructing [...] back-sliding on the rule of law [...], includes provisions authorizing criminalization, detention of migrants, contrary to ECOWAS, MERCOSUR, even the European Union itself... The ambiguity of presenting the GCM as an "authoritative" instrument... Switzerland said that if ot is a commitment, it should be reviewed by the Parliament...
5. Emmanuel Deonna, Chercheur et Journaliste, parle du rôle de Genève dans le Pacte mondial, qui propose un cadre global très intéressant : la mobilité ne devrait pas être contrainte mais choisie... Un très grand nombre de migrants n'ont aujourd'hui pas la possibilité de migrer légalement.

Dans la discussion, avons rappelé que le Pacte mondial (GCM) n'était que le début d'un effort international et non un point final. Il faut que la société civile continue ses efforts d'explication de la nécessité d'un dialogue et d'une coopération sur la migration.

Michel Veuthey

L’image contient peut-être : 6 personnes

Les commentaires sont fermés.