24/05/2017

Agenda 2030: the role of Human Rights Education

 

5033625310_5e0b68eeab_z.jpg

The seminar How can Human Rights Education and Training be promoted through the Education 2030 Agenda, especially Target 4.7? is organized by the NGO Working Group on Human Rights Education on Tuesday the 30th of May at the Palais des Nations (Room XXV, 14h30 -16h30).

This meeting was planned with the co-sponsorship of the States Platform on Human Rights Education and Training (Brazil, Costa Rica, Italy, Morocco, The Philippines, Senegal, Slovenia and Thailand) and the UNESCO Liaison Office in Geneva.

 It will focus on Human Rights Education and Global Citizenship Education as established in target 4.7 of the Sustainable Development Goals.

 The organisers  believed useful to bring together various initiatives to update all stakeholders, including the Member States. It will be an occasion to discuss monitoring mechanisms and practices, together with difficulties and obstacles.


OPENING REMARKS
H.E. Mr MAURIZIO ENRICO SERRA, Ambassador, Permanent Representative of Italy

Mr ABDULAZIZ ALMUZAINI, Director, UNESCO Geneva Liaison Office

 PANELISTS
LYDIA RUPRECHT, Team Leader, Education for Sustainable Development & Global Citizenship, UNESCO

GILBERTO DUARTE SANTOS, Crime Prevention & Criminal Justice Officer, Education for Justice, UNODC

ELENA IPPOLITI, Human Rights Officer, Methodology Education & Training  Section, OHCHR

VILLANO QIRIAZI, Head of the Education Policy Division,Council of Europe (tbc)

GIORGIA MAGNI, Junior Researcher, International Bureau of Education, IBE-UNESCO

 MODERATOR
CLAIRE DE LAVERNETTE, Chair of the NGO Working Group on Human Rights Education and Learning
 

23/05/2017

Plateforme mondiale pour la réduction des risques en cas de catastrophes (Cancun, Mexique)

Plateforme mondiale pour la réduction des risques en cas de catastrophes

                    "Global Platform for Disaster Risk Reduction" 

                            Cancún, 22-26 mai 2017

 

Rassemblement mondial pour  la prévention des risques en cas de catastrophes, deux ans après Sendai, en mars 2015, vingt ans après la première réunion en 1998, plus de cinq mille personnes sont venues au Mexique pour faire le point sur la mise en oeuvre de la Déclaration de Sendai (un document non contraignant qui reconnaît le rôle essentiel des Gouvernements dans leur propre pays) et échanger sur les meilleurs moyens de prévenir et de faire face aux catastrophes naturelles 

- moyens techniques d’alerte avancée, de préparation et d’organisation des secours;

- moyens humains, des Gouvernements, des organisations internationales, de la société civile, des communautés affectées;

- moyens modernes, certains coûteux comme les satellites, d’autres répandus et bon marché comme les téléphones portables.

Tous sont venus à Cancún à l'invitation du Gouvernement mexicain et de l'UNRISD (Institut des Nations Unies pour la réduction des risques), basé au Palais des Nations à Genève, pour échanger les bonnes pratiques, les retours d’expérience, renforcer les réseaux régionaux et internationaux : il n’est plus possible d’agir seuls, et les Gouvernements doivent s’assurer de la bonne coopération entre différents Ministères, et aussi avec d’autres Gouvernements, comme avec les organisations du système des Nations Unies, les membres du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (CICR, Sociétés nationales, Fédération internationale), les ONG, les communautés locales, l’économie privée, et s’assurer que les populations affectées sont informées, consultées, associées à la prévention, à la préparation et à l’action.

Le respect des droits des populations touchées, ainsi que des organisations de secours, ne saurait être ignoré. Les droits de l’homme mais aussi, le cas échéant, les droits des réfugiés, des migrants, et, en cas de conflit armé, le droit international humanitaire, doivent être respectés.

La formation - technique et juridique -  fait aussi partie de cet effort et doit contribuer à une prévention efficace qui tienne compte des retours d’expérience et des conditions locales.

Le rôle des organisations religieuses, proches du terrain et jouissant de la confiance des populations locales, présentes avant, pendant et après les crises, a été relevé par l’Ordre de Malte et par d’autres organisations comme Caritas.

Cette diversité d'approches et de compétences et cette volonté de partager fait la valeur de ces rassemblements au moment où les changements climatiques et démographiques et les incertitudes politiques rendent ces catastrophes d'autant plus dangereuses. Le partage des expériences et des compétences au service d'une solidarité locale et internationale est bel et bien une nécessité vitale pour l'humanité d'aujourd'hui et de demain.

Après Sendai en 2015, Cancún en 2017, le prochain rendez-vous sera en 2019 en Suisse, probablement à Genève.

Michel Veuthey

http://www.preventionweb.net