22/02/2017

CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME : VERS DES DEBATS ANIMES

CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME : UN MOIS DE DEBATS ANIMES

Le Conseil des droits de l’homme tient sa 34e session ordinaire au Palais des Nations à Genève du lundi 27 février au vendredi 24 mars 2017. Cette session sera ouverte par le Haut-Commissaire aux droits de l’homme, M. Zeid Ra’ad Al Hussein, et par le Président de l’Assemblée générale des Nations unies, M. Peter Thomson.

La principale des trois sessions de cette année, d’une durée de quatre semaines contre trois autres pour les sessions de juin et de septembre, commencera par un débat de haut niveau qui prendra toute la première semaine.

À noter aussi dans les semaines qui suivent :
- mercredi 1er mars, un débat sur la peine de mort et la torture ;
- jeudi 2 mars, les droits de l’homme et les changements climatiques ;
- vendredi 3 mars, sur les droits de l’homme des personnes handicapées ;

- lundi 6 mars, une journée entière de débats sur les droits de l’enfant ainsi qu’un dialogue interactif sur la liberté de religion ;

- le mardi 7 mars débat sur la violence contre les enfants et sur les enfants dans les conflits armés, suivi par la protection de l’environnement et du droit à l’alimentation ; la Russie organisera un événement parallèle sur les Chrétiens d’Orient ;

- le mercredi matin 8 mars le Haut-Commissaire aux droits de l’homme présentera son rapport annuel, qui sera certainement marqué par ses prises de position courageuses et sans ambiguïté, tant à l’égard de petits que de grands Etats. L’après-midi sera abordée la question de l’accès aux médicaments ; le même jour, l’Union Européenne organisera un événement parallèle sur la liberté religieuse ;

- le jeudi 9 mars, rapport du groupe de travail sur les sociétés transnationales ; l’après-midi, racisme, discrimination raciale et xénophobie seront abordés ;
- le vendredi 10 mars se tiendra à un dialogue interactif sur les migrants. Le même soir s’ouvrira, à l’extérieur des Nations Unies, de l’autre côté de la ville, le Festival du film et forum international sur les droits humains, qui proposera tous les soirs des films suivis de débats sur les droits de l’homme dans le monde avec la participation de diplomates, d’ONG, d’artistes, de victimes, de journalistes et du grand public (le programme complet est disponible en ligne www.fifdh.org);

- le lundi 13 mars seront discutées les questions de Droits de l’Homme en Corée du Nord en Iran, au Myanmar, en Érythrée et au Burundi ;

- le mardi 14 mars sera débattu la situation des droits de l’homme en Syrie, qui permettra d’entendre les victimes et des témoins de violation des droits de l’homme ; ce débat sera suivie est du rapport la commission sur les droits de l’Homme au Soudan du Sud ;

- le jeudi 15 mars, l'Algérie organisera un événement parallèle sur l'Islam et la Chrétienté avec notamment la participation de son ancien Ministre des Affaires étrangères, Lakhtar Brahimi. Le même jour, la Délégation du Saint-Siège organise un événement parallèle sur les droits des enfants migrants.

- vendredi 17 mars, débat sur l’incitation à la haine raciale ;

- lundi 20 mars, droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés ;
de 14 à 16 h. , en salle XXII, la Délégation de l'Ordre de Malte organise avec la Fondation Lejeune 
( https://www.fondationlejeune.org ) un événement parallèle sur la trisomie ("Stop Discriminating Down") avec la participation annoncée de
- Peter Harteveld, un Néerlandais atteint de trisomie ;
- Renate Lindeman, mère de deux enfants trisomiques, dirigeant "Down Pride" (https://downpride.com/) et co-fondatrice de la campagne http://stopdiscriminatingdown.com/fr/signer-la-petition-i...
- Clotilde Noël, auteur de deux livres “Tombée du Nid” (2015) and “Petit à Petit” (2016) et mère d’une jeune fille trisomique ;
- Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jerôme Lejeune Foundation, auteur des ouvrages “La trisomie est une tragédie grecque” (2009) et “Les premières victimes du transhumanisme” (2016);

- mardi 21 mars dialogue interactif sur la République Centrafricaine, la République démocratique du Congo, le Mali, Haïti, la Libye ;

- les deux derniers jours de la session, le Conseil se prononcera sur les projets de décisions et résolutions et le Président du Conseil procédera à la nomination d’experts, en particulier sur le droit au développement, sur le droit de réunion pacifique d’association, ainsi que d’un membre du groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires.

 De nombreux événements parallèles auront lieu pendant ces quatre semaines, organisé par des Gouvernements, des organisations humanitaires et des organisations non-gouvernementales.

Ce Conseil des Droits de l’Homme est aussi l’occasion de très multiples contacts informels dans la salle du Conseil mais aussi dans les couloirs et même à l’extérieur du Palais des Nations. La tenue simultanée des pourparlers de paix sur la Syrie ainsi que de négociations sur le désarmement devraient amener à Genève plusieurs Ministres des Affaires étrangères sans parler de spécialistes qui viendront des capitales. [1]

Michel Veuthey

 

[1] Les documents de cette session sont disponibles en ligne ( www.ohchr.org   ou http://bit.ly/2lMmPdx ou encore sur l’Extranet http://bit.ly/2kMDkTf , avec l’identifiant « hrc extranet » et le mot de passe « 1session ») et les travaux peut être suivis en direct ou a posteriori sur la télévision en ligne de l’ONU (http://bit.ly/1KhKCTe ).

13/02/2017

CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME - 34e session (27 février - 24 mars 2017)

Le Conseil des Droits de l'Homme des Nations Unies tiendra sa 34e session du lundi 27 février au vendredi 24 mars au Palais des Nations. Le programme provisoire de ses travaux vient d'être rendu public.

Le Conseil commencera par un débat à haut niveau, les 27, 28 et 29 février (matin).

Plusieurs panels auront lieu :

1. Lundi 27 février, sur la contribution des Droits de l'Homme à la paix, avec, notamment, la participation du Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme et de Jean Ziegler.

2. Mercredi 1er mars sur la peine de mort en lien avec la torture et les traitements inhumains et dégradants avec, notamment, la participation du Rapporteur spécial contre la torture, Nils Melzer

3. Jeudi 2 mars, sur les droits de l'homme et les changements climatiques

4. Vendredi 3 mars, sur les personnes handicapées

5. Lundi 6 mars, sur les droits de l'enfant

6. Mercredi 8 mars, sur l'accès aux médicaments.

Le même jour, l'Union Européenne organisera un événement parallèle sur la liberté de religion et 

le Haut Commissaire des Nations Unies présentera son Rapport annuel à 9 h. 

7. Jeudi 9 mars, sur la mortalité maternelle

8. Mardi 14 mars, sur la situation en Syrie

9. Vendredi 17 mars sur la discrimination raciale.

Plusieurs dialogues interactifs auront lieu sur des pays :

- RPDK

- Erythrée

- Iran

- Syrie

- Burundi

- Sud Soudan.

et un dialogue interactif étendu aura lieu le vendredi matin 10 mars sur les droits des migrants.

En outre, en vue de l'anniversaire, l'an prochain, de la Convention contre le génocide de 1948, l'Arménie va présenter un projet de résolution.

Le Groupe africain, les 24 et 25 mars, organisera un événement parallèle en souvenir des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique.

Les Philippines organiseront un événement parallèle sur l'éducation des enfants le mardi 16 mars de 13 à 15 h.

L'Algérie organisera le 15 mars un événement parallèle sur l'Islam et la Chrétienté avec notamment la participation de son ancien Ministre des Affaires étrangères, Lakhtar Brahimi.

Le même jour, la Délégation du Saint-Siège organise un événement parallèle sur les droits des enfants de 11 à 13 h. en salle XXIV.

Lundi 20 mars, de 14 à 16 h., en salle XXII, la Délégation de l'Ordre de Malte organise avec la Fondation Lejeune
( https://www.fondationlejeune.org ) un événement parallèle sur la trisomie ("Stop Discriminating Down") avec la participation annoncée de

- Peter Harteveld, Dutch man with Down syndrome (confirmé)

- Renate Lindeman, mère de deux enfants trisomiques, dirigeant "Down Pride" (https://downpride.com/) et co-fondatrice de la campagne http://stopdiscriminatingdown.com/fr/signer-la-petition-i...

- Clotilde Noël (French), author of the books “Tombée du Nid” (2015) and “Petit à Petit” (2016) and mother of a young girl with Down syndrome (confirmée)

- Jean-Marie Le Méné (French), President of the Jerome Lejeune Foundation, author of the books “La trisomie est une tragédie grecque” (2009) and “Les premières victimes du transhumanisme” (2016) (confirmé)

ADF (https://adflegal.org/) et le Centre Catholique d'Etudes de Genève (http://www.cceg.ch) appuient cet événement. D'autres Missions permanentes et d'autres organisations s'y joindront certainement. Les personnes intéressées sont cordialement invitées. 

 Michel Veuthey 

10/02/2017

Renouveler la diplomatie humanitaire : une initiative (HNPW) et une perspective (ECOSOC)

Une rencontre d’une semaine entre humanitaires de tous bords (Gouvernements, ONU, Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ONG, communautés locales, universitaires, sans oublier l’Ordre de Malte et Malteser International, qui y ont participé)  se termine aujourd’hui vendredi 10 février à Genève au CICG. 
 
La journée interactive de mercredi 8 février de cette semaine (« Humanitarian Networks and Partnerships Week ») a été particulièrement riche en échanges formels et informels. 
 
Certains organisateurs, dont la Suisse et le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (OCHA), espèrent reprendre un format analogue lors de la prochaine session du segment humanitaire de l’ECOSOC à Genève, du 21 au 23 juin 2017. 
 
Ayant assisté à cette réunion, qui, par plusieurs aspects, donnait suite à de fructueux échanges informels à Sendai (mars 2015) sur la réduction des risques en cas de catastrophes et au Sommet humanitaire mondial d’Istanbul (mai 2016), nous pensons l’idée très intéressante : il faut en effet renouveler la diplomatie humanitaire, élargir le cercle de ses acteurs, permettre un dialogue en lien avec la réalité des besoins des bénéficiaires.
 
Comme le disait un des participants, l’essentiel sera en effet d’obtenir que ces réunions, quelle que soient la qualité des échanges à Genève ou ailleurs, puissent se traduire rapidement en résultats effectifs pour les bénéficiaires sur le terrain.
 
Michel Veuthey
 
 

Capture d’écran 2017-02-10 à 09.48.29.png

03/02/2017

Formations en droits de l’homme : un intérêt en hausse

Près de 200 personnes de pays d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Europe et du Maghreb, sont inscrits à la XXIVème Université d’été des droits de l’homme organisée par le Collège Universitaire Henry Dunant. Le nombre exceptionnellement élevé de candidats provenant en sa grande majorité de la société civile prouve l’intérêt suscité pour les formations en droits de l’homme. Cet engouement témoigne de l’importance du système international des Nations Unies et de ses mécanismes pour protéger les droits de l’homme au niveau national.

Dans le contexte de la globalisation, les instruments des droits de l’homme sont des outils indispensables pour comprendre les différences et œuvrer pour une meilleure cohésion sociale.

La formation de l’Université d’été se centre principalement sur l’effectivité des droits économiques et culturels, l’universalité des droits, les mécanismes de surveillance et le dialogue interculturel.

Une sélection seulement des candidats participera à cette session qui se déroulera du 1 juin au 11 août. La formation coïncide avec une session des mécanismes internationaux des droits de l’homme que les participants suivront comme observateurs.

Structure de la formation

  • 1 juin- 28 juillet 2017 : formation en ligne
  • 7-11 août 2017 : formation présentielle à Genève

Délai d’inscription en cliquant ici : 28 février

0 (85).jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Alfred Fernandez, Directeur