14/09/2015

CONSEIL DES DROITS DE L'HOMME - 30e SESSION - OUVERTURE

La 30e session du Conseil des Droits de l'Homme s'est ouverte ce matin à 9 h. au Palais des Nations.

Le programme provisoire de travail de cette troisième session annuelle ordinaire est très riche. 
En voici le calendrier...

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme, Zeid Ra'ad Al Hussein (Jordanie), a fait un rapport très complet à l'ouverture.

Après une année à son poste, il se sent "épuisé et en colère" :

- épuisé parce que le système n'a pas les ressources pour faire face, tandis que la misère humaine s'accroît, de la pauvreté écrasante à trop de zones de conflits armés persistants, refus des droits de l'homme de populations prises au piège entre extrémistes et Gouvernements, haine, racisme...

- en colère parce que si peu semble devoir changer par nos discours. Et de citer l'exemple de la Syrie, où des violations des droits de l'homme horrifiantes sont bien documentées et nous devons regretter le manque d'action de la communauté internationale (Etats, organisations internationales, ONG)...

Le Haut-Commissaire a ensuite mentionné la situation

- au Moyen-Orient, en Jordanie, au Liban, en Turquie, 

- en Europe, en Allemagne et en Suède pour leur remarquable leadership pour accueillir réfugiés et migrants

Le Haut-Commissaire a aussi salué la proposition du Président de la Commission Européenne demandant de recevoir 120.000 personnes dans les Etats Membres comme une question d'humanité et de dignité.

Il a regretté une culture d'impunité quand des crimes de Gouvernements ou d'extrémistes ne sont pas punis.

L'instabilité, les conflits sont coûteux.

Et de souligner le rôle de la société civile, menacée par des mesures restrictives en Chine, en Russie.

Il a aussi souligné le lien entre Droits de l'Homme

- et l'Agenda 2030 pour un développement durable

- et aussi les changements climatiques, qui multiplient les menaces, intensifient la probabilité de pauvreté, les conflits et les migrations précaires.

La République Centrafricaine (RCA), le Soudan, le Sud-Soudan, la Somalie, le Mali, l'Erythrée, le Burundi, l'Iran, le Myanmar, les Maldives, la Malaysie, l'Australie, le Népal, le Vénézuéla, la République dominicaine, l'Ukraine, la Moldavie, la Bulgarie et la France (ces deux derniers pays pour les expulsions de Roms), le Guatemala, le Honduras, l'Equateur, le Mexique, le Brésil, ont fait l'objet de mentions.

Le Haut Commissaire a exprimé sa sérieuse préoccupation sur l'Irak, le Yémen, la Syrie et la Libye, comme aussi sur Israël et les territoires palestiniens occupés.

Il a annoncé un rapport sur les violations graves intervenues dans les derniers mois de la guerre civile au Sri Lanka, demandé une enquête sur les allégations de crimes commis par des membres des forces de maintien de la paix en République Centrafricaine.

Le Haut Commissariat a ouvert un Bureau régional à Séoul qui sera la base pour faire des enquêtes sur les droits de l'homme en République populaire démocratique de Corée.

En octobre, le Haut Commissariat enverra une mission qui Sud Soudan.

Cette session sera aussi l'occasion de faire le point sur la situation des droits de l'homme en République démocratique du Congo, en Libye, en Ukraine at aussi sur les atrocités commises par Boko Haram, ainsi qu'au Yémen, en Irak et au Cambodge, où le Haut Commissariat a ouvert un Bureau.

Il évoque finalement l'Initative pour le changement du Haut Commissariat ("OHCHR Change Initiative"), les anniversaires de la fin de la Seconde Guerre mondiale, de la libération d'Auschwitz, des horreurs d'Hiroshima et de Nagasaki, les génocides au Rwanda et à Srebrenica.

Il conclut en soulignant que nos vies sont liées les unes aux autres; les actions dans un pays affectent beaucoup d'autres Etats... Si les principes fondamentaux des Droits de l'Homme ne sont pas protégés, le centre de nos institutions ne tient plus : développement durable, paix et respect de la vie et de la dignité humaine.

 

Michel Veuthey

POW_HRC_Sept2015.jpg

Les commentaires sont fermés.