01/04/2015

Session extraordinaire du Conseil des Droits de l'Homme sur Boko Haram

Session extraordinaire du Conseil des Droits de l'Homme ce matin mercredi 1er avril au Palais des Nations à Genève sur les attentats terroristes et abus et violations des Droits de l'Homme commis par le groupe Boko Haram, demandée par l'Algérie, l'Afrique du Sud, Botswana, Brésil, Congo, Côte d'Ivoire, Ethiopie, Fédération de Russie, France, Gabon, Ghana, Kenya, Maroc, Namibie, Nigéria, Pakistan, Paraguay, Sierra Leone, et Vénézuela, ainsi que les Etats observateurs suivants : Cameroun, Djibouti, Mozambique et République centrafricaine.

A relever l'appel du Haut-Commissaire aux Droits de l'Homme de respecter les Droits de l'Homme et le Droit International Humanitaire dans la lutte contre le terrorisme... Il insiste sur la nécessité de former les forces armées et la police en Droits de l'Homme, DIH et, lorsque nécessaire, en droit des réfugiés.

C'est, selon l'Ambassadeur Fasel, Représentant de la Suisse, l'enjeu de cette session extraordinaire : est-ce un blanc seing pour lutter contre le terrorisme, tous les terrorismes, ou un rappel de la nécessité de respecter le droit international même dans ces circonstances ?

 

La session a été précédée par un hommage à l'Ambassadeur "Bari Bari", Représentant permanent de Somalie à Genève, tué la semaine dernière dans un attentat à Mogadiscio..


Michel Veuthey

Les commentaires sont fermés.