01/09/2014

Irak : session spéciale du Conseil des Droits de l'Homme (1)

Le Conseil des droits de l'homme tient une session extraordinaire sur la situation en Iraq aujourd'hui lundi 1er septembre

Le Conseil des droits de l'homme tient aujourd'hui sa vingt-deuxième session extraordinaire consacrée à «la situation des droits de l'homme en Iraq à la lumière des violations commises par l'État islamique d'Iraq et du Levant et les groupes qui lui sont associés».
 
Le Président du Conseil de droits de l'homme a reçu, le 26 août, une lettre de la Mission permanente de l'Iraq, cosignée par les Représentants permanents de l'Égypte, au nom du Groupe arabe, du Pakistan, au nom de l'Organisation de la coopération islamique, de l'Iran, au nom du Mouvement des pays non alignés, et de l'Union européenne, demandant la convocation de la session extraordinaire.
 
Cette demande a été appuyée à ce jour par 29 États membres du Conseil: Allemagne, Arabie saoudite, Autriche, Brésil, Burkina Faso, Chili, Chine, Congo, Costa Rica, Émirats arabes unis, Estonie, États-Unis, ex-République yougoslave de Macédoine, Fédération de Russie, France, Gabon, Indonésie, Irlande, Italie, Japon, Koweït, Maldives, Maroc, Monténégro, Pakistan, République de Corée, République tchèque, Roumanie et Royaume-Uni.  Une session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme est convoquée si elle reçoit le soutien d'un tiers des membres du Conseil, soit 16 membres ou plus.

Les 29 États observateurs suivants ont également appuyé la convocation de cette session extraordinaire: Belgique, Bulgarie, Canada, Chypre, Croatie, Danemark, Égypte, Espagne, Finlande, Grèce, Hongrie, Iran, Iraq, Jordanie, Lettonie, Liban, Lituanie, Malte, Palestine, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Sénégal, Suède, Soudan et Suisse.

La session extraordinaire s'est ouverte ce matin à 10 heures en salle XX du Palais des Nations, sous la présidence de l'Ambassadeur Baudelaire Ndong Ella, Représentant permanent du Gabon.

En l'absence du nouveau Haut Commissaire, c'est la Haut Commissaire adjointe aux Droits de l'Homme, Madame Flavia Pansieri (Italienne), qui a ouvert le débat.

Madame Leila Zerrougui (Algérienne), Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, souligne la nécessité de protéger les enfants, particulièrement contre les enlèvements et l'enrôlement dans les forces armées.

Monsieur Chaloka Beyani (Zambien), Rapporteur spécial sur les Droits de l'Homme des personnes déplacées ("IDPs"). 

Le Ministre des Droits de l'Homme irakien a ouvert une longue série d'interventions de Gouvernements.

C'est ensuite l'Italie qui a parlé au nom de l'Union Européenne, suivie par l'Iran, au nom des pays non-alignés (NAM).

Quelque quarante autres Etats Membres, puis une trentaine d'Etats et d'organisations observateurs et une vingtaine d'organisations non- ouvernementales (ONG) sont inscrits sur la liste d'orateurs de cette session qui devrait adopter une résolution, dont le projet ( A/HRC/S-22/L.1 ) est disponible en ligne :

https://extranet.ohchr.org/sites/hrc/HRCSessions/SpecialSessions/22ndSession/Pages/Resolutions.aspx 

La plupart des interventions sont disponibles, au fur à mesure de l'avancement du débat, sur le site du Haut Commissariat :

https://extranet.ohchr.org/sites/hrc/HRCSessions/SpecialSessions/22ndSession/Pages/OralStatements.aspx


Michel Veuthey 

 

 PS. Voir la carte des personnes déplacées, en date du 28 août, établie par l'ONU (OCHA)

http://reliefweb.int/report/iraq/iraq-displacement-humanitarian-snapshot-28-august-2014 


Les commentaires sont fermés.