18/11/2013

L'Afrique...

Un rapport du Sénat sur la présence de la France dans une Afrique convoitée... évoquant des perspectives

- démographiques ( deux milliards d'habitants en 2050, un défi et une course contre la montre )

- citadines ( les villes locomotives du développement ou chaudrons urbains )

- environnementales ( la croissance verte n'est pas un luxe pour l'Afrique )

- climatiques ( l'Afrique première victime des changements, en particulier par un stress hydrique accru )

- migratoires ( Sur 30 millions de migrants, 7 se dirigent vers l’Europe, 6 vers d’autres destinations extraafricaines, 15 au sein du continent )

- méditerranéennes ( Des deux côtés de la Méditerranée vont se faire face un continent européen dont la population va diminuer d’ici 2014 de 15 % et un continent africain dont la population va au moins doubler (+115 %).)

- sécuritaires (  les migrations créant l'instabilité, aggravée par les fanatismes religieux et les inégalités économiques )

- agricoles ( de l'accaparement des terres )
 
- économiques ( des opportunités gigantesques... "L'Afrique est à terme la Chine de demain...")

- linguistiques ( l'anglais comme langue de succès ? )

- institutionnelles ( l'Union Africaine et les organisations sous-régionales qui s'imbriquent p. 122 )

- géopolitiques : l'emprise des anciennes Puissances coloniales et des Puissances émergentes (Brésil, Chine, Corée, Afrique du Sud, Turquie)

- criminelles ( l'Afrique plaque-tournante des trafics et de la piraterie )

- européennes ( l'Europe qui ne prend pas le relais  alors qu'elle est le premier bailleur de fonds de l'Afrique ... )

- françaises ( politiques, militaires, y compris les opérations de paix (p. 133) et les quelque trente interventions militaires (pp. 257-8),

- linguistiques ( la faiblesse de l'OIF alors que le français est une des langues de l'Afrique ) 

Nécessité d'une stratégie ambitieuse et cohérente qui doit comprendre  une politique migratoire.

Et cette conclusion qui mérite citation :

"En conclusion, le groupe de travail a la conviction qu’une partie de l’avenir de la France est en Afrique. C’est pourquoi il a intitulé ce rapport : « L’Afrique est notre avenir ». 

Michel Veuthey

Commentaires

Notre avenir en Afrique: arrêtons de piller ce pauvre continent de ses ressources naturelles et tout ira bien. La france devrait plutôt s'occuper d'elle même car d'ici 10 ans, c'est l'Afrique qui sauvera la France. Ouvrons les yeux.

Écrit par : Cédric | 18/11/2013

Les commentaires sont fermés.