12/11/2013

L'épanouissement de la personne: le but du développement

 

 

Je rentre de la Conférence Générale de l'UNESCO. Voilà ce que j'ai dit dans la Commission Education.

 

infocus_gc2013_opening_ceremony_fr.jpg

L’article 26 de la Déclaration universelle et aussi l’article 13 du Pacte des droits économiques, sociaux et culturels, stipulent que « L’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et du sens de  sa dignité ( …) Sans l’éducation – comprise comme droit - il n’y a pas d’autonomisation des personnes. Le développement humain durable coïncide donc avec l’éducation telle qu’elle est définie par les instruments internationaux. Ce qui revient à dire que si le droit à l’éducation est véritablement mis en œuvre, le développement est garanti car il consiste en des personnes qui vivent une vie conforme à leur dignité.

 Dans ce contexte, il est tout d’abord essentiel qu’une approche basée sur les droits de l’homme serve de point de départ. Cette approche doit imprégner l’intégralité du processus et toute la substance du programme. Elle ne peut que lui assurer solidité et légitimité. Comme le dit le Rapporteur Spécial :« Une approche fondée sur les droits repose sur des obligations légales et non politiques (…). Les gouvernements sont tenus de donner une éducation et leurs obligations découlent du droit national et du droit international ». Le droit à l’éducation est bel et bien un droit justiciable et cela doit être pris en compte dans le futur programme.

 Ce cadre du développement post 2015 doit être l’occasion d’élargir la réalisation du droit à l’éducation, c’est à dire son accès à tous, en respectant les principes d’équité, d’inclusion et de non-discrimination. L’éducation post-2015 ne doit pas seulement être comprise comme un objectif parmi d’autres, comme c’est actuellement le cas pour les OMDs, mais désigner une composante de toutes les dimensions du développement : de la santé, de l’économie, du travail, du logement, de l’alimentation ou de la démocratie. Tous les objectifs universels ont des aspects liés à l’éducation. D’autre part, le droit à l’éducation et le droit au développement se renforcent mutuellement

Claire de Lavernette

Les commentaires sont fermés.