01/09/2013

La guerre et le droit

 Comment faire respecter le droit dans la guerre ? Le droit classique de la guerre ( avant les Conventions de Genève de 1949, aujourd'hui universellement ratifiées ) permettait les représailles, en un mot l'usage de la force, quitte à violer le droit, pour ramener l'adversaire au respect du droit. Les représailles sont aujourd'hui interdites, vu le risque d'escalade qu'elles peuvent amener, comme les bombardements des villes pendant  la Seconde Guerre mondiale l'ont montré.

Ici, il ne s'agit certes pas de représailles, mais de violer la Charte des Nations Unies dans l'objectif avoué de faire respecter l'interdiction des armes chimiques. 

Quelles seraient les conséquences juridiques d'une attaque américaine sur la Syrie ?

Après l'intervention à propos du Kosovo en 1999, celle contre l'Irak de Saddam Hussein en 2003, une intervention armée contre la Syrie pourrait sonner le glas de la Charte de 1945 et avec elle du système contemporain de droit international public sans véritablement contribuer au respect du droit de la guerre, bien au contraire. D'autres moyens économiques, politiques, juridiques, pénaux seraient possibles pour amener toutes les parties au conflit qui déchire la Syrie à appliquer effectivement le droit international humanitaire et, mieux encore, à conclure un cessez le feu pour négocier un règlement du conflit.

Le 2 septembre, il y aura 74 ans que la Seconde Guerre mondiale commençait en Pologne. La retenue s'impose, la réflexion, et, pour les hommes et les femmes de toutes croyances, le moment de prier pour la paix.

Michel Veuthey

Les commentaires sont fermés.