17/06/2013

Développement humain: une nouvelle gouvernance des systèmes éducatifs

sen.jpg

 

Il faut un changement radical dans les systèmes éducatifs pour relever le défi du développement humain. Dans l’Union européenne « les prévisions du CEDEFOP tablent sur une progression des emplois nécessitant un diplôme de niveau tertiaire de 29 % en 2010 à 34 % en 2020, tandis que la proportion des emplois faiblement qualifiés devrait passer de 23 % à 18 % sur la même période. Les compétences transversales comme l'esprit critique, l'esprit d'initiative ainsi que la capacité de résolution de problème et de collaboration prépareront les individus aux carrières variées et imprévisibles d'aujourd'hui »

 Avec la multiplication des sources d’information et des technologies de la communication (ICTs), les connaissances et les valeurs deviennent de plus en plus diversifiées et accessibles au-delà des systèmes d’éducation formelle. C’est pourquoi le rôle des professeurs devrait évoluer de « dispensateurs » d’information et connaissance à « facilitateurs » de l’apprentissage. L’agenda post 2015 doit accorder une plus grande priorité au rôle des enseignants et leur formation doit être une formation de qualité. En plus, le rôle des familles et des communautés doit être renforcé dans ce même but.

 L’éducation aux droits de l’homme doit être reconsidérée et promue dans l’agenda post 2015. De la même façon, l’éducation pour une citoyenneté active doit être au cœur des nouveaux objectifs, puisque « l’éducation doit mettre tout personne en mesure de jouer un rôle utile dans une société libre ». L’éducation aux droits de l’homme tel que définie par le Programme mondial sur l’éducation aux droits de l’homme joue un rôle essentiel, car elle suppose une modification à l’échelle du système éducatif tout entier. En effet, l’éducation aux droits de l’homme implique délégation de pouvoir, gouvernance démocratique, autonomie des écoles et partage de responsabilités.

Plateforme d'ONG sur le droit à l'éducation

 

 

09/06/2013

Le développement est la qualité d'éducation

post2015_logo.png

 

Comprendre le développement en termes d’épanouissement de la personne n’est rien d’autre que réaffirmer  les finalités de l’éducation de l’article 26 de la Déclaration universelle: L'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Dans une formulation plus précise l’article 13 du Pacte des droits économiques sociaux et culturels ajoute: l'éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et du sens de sa dignité (…) l'éducation doit mettre toute personne en mesure de jouer un rôle utile dans une société libre.

Pour cette raison nous pouvons affirmer clairement que le développement humain durable coïncide avec l’éducation tel que définie par les instruments internationaux. En effet, si l’éducation devient ce que les instruments internationaux prévoient, le développement est garanti, car le développement consiste en des personnes qui vivent une vie conforme à leur dignité.

 Le défi majeur de l’après 2015 dans le domaine de l’éducation est, comme le signale opportunément l’initiative L’éducation avant tout du Secrétaire général, la qualité. Dans ce contexte, il faut développer «un cadre conceptuel global pour une éducation de qualité».

 Ce cadre conceptuel doit comprendre, comme le suggère le Rapporteur spécial sur le droit à l’éducation : «  i) un niveau minimal d’acquisition de connaissances, de valeurs, de qualifications et de compétences par les élèves; ii) une infrastructure, des installations et un environnement scolaires adéquats; iii) un corps enseignant qualifié; et iv) une école ouverte à tous élèves, parents et communauté. ».