16/05/2008

Education: prière de favoriser les libertés


Le Livre blanc sur la gouvernance européenne  a mis en lumière la crise de Etats-nation: la complexité des questions à résoudre, la rapidité des évolutions technologiques, favorisée par le rôle toujours croissant de la « société de l’information », mais aussi le désintérêt inquiétant du citoyen pour la « chose publique », dès lors, notamment, qu’il s’agit pour lui de voter, tous ces éléments militent en faveur d’une nouvelle distribution des tâches, des responsabilités, mais aussi du financement permettant de faire face à toutes ces responsabilités .

Le rapport de la Banque Mondiale sur l’Etat souligne également avec force la nécessité d’un juste équilibre dans la définition du rôle de l’Etat . Ni trop : car alors les libertés personnelles et la diversité sont menacées ; ni trop peu : car alors, la liberté n’est qu’apparente, soit avec un désordre confinant l’anarchie, soit avec une liberté purement formelle sans les moyens matériels d’être mise en œuvre.

Lorsque les instruments internationaux interdisent que l’on porte « atteinte à la liberté des individus et des personnes morales de créer et de diriger des établissements d'enseignement » , lorsque l’OIT affirme, à propos des peuples indigènes et tribaux dans les pays indépendants que « les gouvernements doivent reconnaître le droit de ces peuples de créer leurs propres institutions et moyens d’éducation, à condition que ces institutions répondent aux normes minimales établies par l’autorité compétente en consultation avec ces peuples. Des ressources appropriées doivent leur être fournies à cette fin » , on n’affirme rien d’autre que l’urgence pour l’Etat, non seulement de « tolérer » mais de favoriser, notamment par des mesures financières, l’émergence de la société civile en matière d’enseignement.

Les réformes éducatives qui s'imposent passent néecessairement par une reconnaissance et une valorisation du rôle d’organisations de la société civile (OSC) éducatives. Ces OSC, il s’agit de les financer d’une manière qui conforte leur indépendance. Dans une récente  étude, nous avons souligné l’importance de réfléchir aux structures de l’impôt pour parvenir à atteindre cet objectif.

19:29 Publié dans Formation | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2008

Culture: le droit d'être (humain)

Cette semaine, le vendredi 9,  le Comité des droits économiques sociaux et culturels débattra de l’article 15 du Pacte des droits économiques sociaux et culturels relatif au droit de participer a la vie culturelle. C’est la première fois que la culture est prise au sérieux par les Nations Unies.

Les droits culturels impliquent l’accès aux ressources qui permettent de se forger une identité. "Une culture donne à l'homme la capacité de réflexion sur lui-même. C'est elle qui fait de nous des êtres spécifiquement humains, rationnels, critiques et éthiquement engagés. C'est par elle que nous discernons des valeurs et effectuons des choix. C'est par elle que l'homme s'exprime, prend conscience de lui-même, se reconnaît comme un projet inachevé, remet en question ses propres réalisations, recherche inlassablement de nouvelles significations et crée des oeuvres qui le transcendent" (Conférence Mondiacult UNESCO, 1982).

La culture n’est pas une simple consommation de biens culturels. Si la culture est l’objet d’un droit, si l’on y attache juridiquement des libertés, l’enjeu est bien plus profond. Le PNUD relève dans son Rapport 2004 sor le développement humain, que les libertés culturelles touchent à l’identité même de l’humain. Il y va donc non seulement d’une « technique »  mais bien d’une valeur liée à l’identité même de l’homme, à ce dont il a besoin pour être un homme.

Une bonne gouvernance, au sens d’une gouvernance non seulement irréprochable sur le plan technique, mais démocratique et soucieuse de promotion des droits fondamentaux, requiert une action résolue en faveur de la liberté de choisir un mode de vie culturellement adéquat. L’Etat, quand il « intervient en renforcement des capacités de l’autre (société civile, secteur privé), (doit) respecter et développer les capacités de celui-ci » (Observatoire de la diversité et des droits culturels, Document de Bergame, 2007).