Droits humains

  • Migrations et populismes

    Migrants et populismes - Un panel de discussion au Palais des Nations, ce mercredi 20 mars 2019 de 15 à 16 h.

    1. L'Ambassadrice de Djibouti souligne que les migrations africaines sont essentiellement à l'intérieur de l'Afrique

    2. L'Ambassadrice de l'Ordre Souverain de Malte rappelle la participation de l'Ordre à l'élaboration du Pacte mondial sur les migrations, engagement collectif de coopérer sur tous les aspects de la migration, sur le plan bilatéral, régional et universel

    3. Stéphane Jaquemet, Directeur de ICMC, représentant la société civile dans le négociation du Pacte mondial sur la migration, est à la fois heureux et frustré sur le résultat. Ce qui a permis à l'extrême-droite de grandir, c'est la réaction timide des Gouvernements devant la migration.Les Etats européens ont manqué l'opportunité d'expliquer à leur population la négociation; il y a eu une absence totale de communication des négociateurs face aux parlements et à la population, qui n'ont pas compris ce silence...

    4. Patrick Taran, President, Global Migration Policy Associates, est préoccupé de voir que le Pacte mondial ne contribue pas à l'application et mise en oeuvre des instruments juridiques internationaux existants en soulignant sa nature non contraignante ("non-binding"), que ce soit pour les droits de l'homme, le droit du travail et le droit des réfugiés. L'objectif du Pacte n'est pas suffisant, est même dangereux : "Slave trade used to be safe, orderly and regular..." "The GCM expands the space for de-constructing [...] back-sliding on the rule of law [...], includes provisions authorizing criminalization, detention of migrants, contrary to ECOWAS, MERCOSUR, even the European Union itself... The ambiguity of presenting the GCM as an "authoritative" instrument... Switzerland said that if ot is a commitment, it should be reviewed by the Parliament...
    5. Emmanuel Deonna, Chercheur et Journaliste, parle du rôle de Genève dans le Pacte mondial, qui propose un cadre global très intéressant : la mobilité ne devrait pas être contrainte mais choisie... Un très grand nombre de migrants n'ont aujourd'hui pas la possibilité de migrer légalement.

    Dans la discussion, avons rappelé que le Pacte mondial (GCM) n'était que le début d'un effort international et non un point final. Il faut que la société civile continue ses efforts d'explication de la nécessité d'un dialogue et d'une coopération sur la migration.

    Michel Veuthey

    L’image contient peut-être : 6 personnes
  • Repenser le travail et son avenir - Une perspective inter-religieuse - Réunion au BIT

    International Labor Organization (ILO)

    Rethinking Labour and the Future of Work- An Interreligious Perspective

     

     ILO – Permanent Mission of the Holy See – World Council of Churches

    With H.E. Archbishop Paul Richard Gallagher, Secretary of Relations with States,Holy See

    & Mr. Guy Ryder, Director-General, ILO

     

    25 February 2019

    Report

    Background information

     

    The Permanent Mission of the Holy See organized jointly with the International Labour Organisation (in the framework of its 100thanniversary) and the World Council of Churches,a Special Event on the key issues of “Rethinking Labour and the Future of Work” in our world marked by the joint effects of globalization (relocation of labour in cheapest countries, artificial intelligence linked with robotization & automation), which has lead to a strong decrease of job and working conditions.

    This panel discussion highlighted the need for religious traditions to work together to reaffirm common values protecting human dignity, and to mobilise their communities to that effect.

    Needless to say, the strongest message came from H.E. Archbishop Gallagher, Secretary for Relations with States, who very clearly presented the Social Teaching of the Church in relation with to the challenges of globalization on working conditions.

     

    1. List of speakers

     

    8848C6CC-B5E7-46FE-BA65-7F97B466B97D.png

     

     

     

    1. Summary of the presentation by Archbishop Paul Richard Gallagher:
    • The globalization of economic processes, both at the local and international level, has led to profound changes in the so-called “decision-making” sector of labour – whether political decisions or legislative acts – to such an extent that our current attitudes regarding work tend to subtract from the real dimension of labour which is a human reality beyond time and place.
    • In fact, the uncontrolled development of financial activity that occurred in recent decades has not been connected with the real base of the economy, leading to what are known as “financial bubbles”, a vehicle for the crisis of employment, institutions and values.
    • This inversion of the order between means and goals has marginalized great masses of the world’s population, deprived them of decent labour, and left them “without possibilities, without any means of escape: “It is no longer simply the phenomenon of exploitation and oppression, but something new. Exclusion ultimately has to do with what it means to be a part of the society in which we live; [...] The excluded are not the “exploited” but the outcast, the “leftovers.”
    • Hence, the concept of “ethical finance”, is understood as a set of principles and values that can inspire economic agents, both savers and investors, to not be exclusively concerned about individual self-interest, but to seek higher goals, aimed at the common good and safeguarding the natural rights of the weakest and most disadvantaged.
    • Work is a person’s ability to transform into reality his/ her talents and to realise everyone’s vocation. Under this subjective component, work acquires dignity, because it draws on the ultimate meaning of the human condition.
    • All the teachings on labour expounded by the Catholic Church in those years came from that principle: that the human person should always be at the centre of every political, economic, social and even individual decision.
    • As a characteristic and unique feature of the new ILO, workers would be recognised as equal partners with employers, trade unions and governments, creating the so-called “tripartite organization.”
    • As a matter of fact, all the activities of the ILO stem from the idea first expressed in the 1944 Declaration of Philadelphia, in which the ILO reformulated its guiding principles and called on member States to develop policies and financial structures that would favour the “material development and spiritual progress” of each and every person.
    • The reflections and the challenges for the human family looking at the future of work allow us to clarify that the sustainability of the global economy depends on overcoming the employment policy failures and rectifying those failures that led to the crisis.
    • The policy complexities arising from these circumstances are undeniable, but one very clear conclusion can be drawn from them: work fulfills three basic human needs in our societies – the wish to develop capabilities, the need to interact with others and the need to earn one’s sustenance.
    • This objective can be achieved if the world of labour - those who work in it and govern it - takes up its social responsibility, balancing the needs of efficiency, productivity, profitability or reduction of resources (human and economic) with a dimension ethically anchored to the deepest values of human existence.
    • There is the real danger that, in the near future, our economies will be characterised by large numbers of unemployed persons and large inequalities that will fuel social unrest. It is up to us to invert this trend. The recognition of the centrality of the human person suggests that we invest more in people than in technology, because technology is ultimately the product of human intelligence and creativity. By investing in people, we will create a wealthier and more just society in which persons will find, by their work, their complete identity, the fulfilment of their aspirations and finally the efficacy of their talents.

     

    1. Handbooks on Decent Work, prepared in partnership with the Holy See,
      distributed at this meeting and freely available online:

     

    1. The Caritas In Veritate Foundation Working Papers –
      “Rethinking Labour. Ethical Reflections on the Future of Work”(
      http://www.fciv.org/downloads/WP10-Book.pdf)
      See page 241 for the full text of Archbishop Gallagher

    2. “Convergences: Decent Work and Social Justice in Religious Traditions -
      A Handbook”


    Full text available online: https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---exrel/documents/publication/wcms_172371.pdf
    Texte intégral en français :https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---exrel/documents/publication/wcms_172372.pdf
    Español:
    https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---exrel/documents/publication/wcms_172373.pdf

  • Esclavage moderne : on ne peut plus dire qu'on ne savait pas... Gouvernements et société civile se doivent d'agir

    Ce matin 17 janvier, la Section « Migrants & Réfugiés » du  Saint-Siège a ouvert un site
    https://migrants-refugees.va    avec un accent sur les victimes du trafic de personnes.
     
    Ce site reflète la politique du Pape François sur les migrants et les réfugiés, insistant sur la solidarité avec les plus faibles et sur la nécessité de traiter les causes de ces migrations désespérées et déstabilisantes.
     
    Le Pape François publie par la même occasion une Lettre sur les orientations pastorales sur la traite de personnes (disponible en anglais « Pastoral Orientations on Human Trafficking »), ainsi qu’en italien et en espagnol. La version française devrait suivre.
     
    Cette lettre aborde le trafic de personnes de la manière suivante :
     
    1. Préface insistant sur l’énorme importance qu’attache le Pape au sort des millions de victimes de la traite et encourageant à l’action vigoureuse
    (« The M&R Section invites everyone to engage vigorously in learning, communication and action about preventing and healing Human Trafficking, nourished by reflection, prayer, and the teachings »).
    2. Définition (reprise du Protocole de Palerme du 15 novembre 2000 à la Convention des Nations Unies contre le criminalité transnationale organisée) et y ajoutant les formes locales d’esclavage.
    3. Compréhension de ce fléau, qui réduit la personne humaine à un objet, une marchandise, et de ses causes, dont la demande de consommateurs inconscients de leurs responsabilités et possibilités d’action par rapport aux victimes de l’esclavage moderne dans l’agriculture, le travail domestique, la prostitution et le travail forcé).
    4. Nécessité d’une prise de conscience (« Acknowledging human trafficking: Out of the Shadows »), car trop de personnes ignorent encore l’ampleur de ce fléau, y compris les forces de l’ordre, les juges, le personnel social et de santé. Le rôle des communautés locales dans les pays d’origine, de transit et de destination est important. Les victimes de trafic peuvent être des sources d’information et de soutien pour les victimes. Il faut avoir des programmes d’éducation pour prévenir et réhabiliter.
    5. Dynamiques des trafiquants et des passeurs (« smugglers »)
    6. Réponses à améliorer (« Responding to Human Trafficking: Room for Improvement ») pour réduire la demande, rendre les consommateurs responsables et poursuivre les trafiquants
    - prévenir la traite, qui touche souvent des personnes sans moyens ni espoir d’avenir : la forme la plus radicale de prévention est d’assurer un développement humain, un droit de rester dans son propre pays, et, si des personnes décident ou sont forcées de quitter leur pays, de s’assurer des possibilités légales et sûres de migration 
    - promouvoir la coopération entre Etats, et aussi avec l’économie privée, les médias, la société civile, les organisations d’inspiration religieuse
    - assister et réintégrer les survivants, ce qui comporte aussi un volet éducatif et professionnel, dans lequel la famille et des congrégations religieuses, particulièrement féminines, ont un rôle important.
     
    Ce texte va certainement,  en France et ailleurs, pousser les Evêques et d’autres à agir davantage contre cette forme moderne d’esclavage.
     
    A relever qu’il y a dix jours, le 7 janvier 2019, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) publiait deux rapports sur le trafic de personnes dans le contexte de conflits armés, dénonçant le trafic d’êtres humains comme un instrument des groupes armés pour financer leurs activités et pour augmenter leurs effectifs. En voici les liens :
     
    http://www.unodc.org/unodc/fr/frontpage/2019/January/le-trafic-dtres-humains--un-instrument-des-groupes-arms-pour-financer-leurs-activits-et-pour-augmenter-leurs-effectifs-_-le-rapport-de-lonudc.html?ref=fs4
     
    http://www.unodc.org/unodc/en/data-and-analysis/glotip.html
     
    • Global Report on Human Trafficking 2018
    http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/glotip/2018/GLOTiP_2018_BOOK_web_small.pdf
     
    • Human Trafficking in the Context of Armed Conflict 2018
    http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/glotip/2018/GloTIP2018_BOOKLET_2_Conflict.pdf
     
    Ces deux rapports de l’ONU dénoncent que, face à l’augmentation du nombre de victimes, les tribunaux laissent la plupart de ces crimes impunis.
     
    Michel Veuthey

  • Le rôle des acteurs religieux dans la prévention et la solution des conflits

    Le rôle des acteurs religieux dans la prévention et la solution des conflits : une rencontre ce vendredi de 1045 à 1200 au Palais des Nations (Salle XI) dans le cadre de la "Geneva Peace Week"

     

    INTERFAITH-5.jpg

  • Hommage à Alfred Fernandez

    Le Centre Universitaire Henry-Dunant a l’immense tristesse de faire part du décès de M. Alfred FERNANDEZ, 
    Directeur général et Co-fondateur du Collège Universitaire Henry Dunant (CUHD).

    Alfred Fernandez s’est éteint, le lundi 29 octobre à Genève des suites d’un cancer.

    Alfred Fernandez était membre de la Chaire UNESCO de l’Université de la Rioja (Espagne), et de l’Université de Bergame  (Italie) ; Professeur d’éducation comparée à l’Université de Genève, et directeur du Bureau de l’UNED (Université nationale d'enseignement à distance - Espagne) en Suisse. Il était également le coordinateur de Plateformes à l’ONU pour le Droit à l’éducation et de la Plateforme  pour la Diversité et les Droits Culturels.

    Alfred a travaillé toute sa vie, professionnelle et personnelle, pour la promotion et protection des droits de l’homme¸ notamment pour le droit à l'éducation et la liberté d’enseignement, un droit humain fondamental pour le développement de la personne. Alfred  a participé comme expert ou représentant de la société civile à des centaines de réunions internationales sur le droit à l’éducation, les droits économiques, sociaux et culturels dans le cadre des Nations Unies, de l’UNESCO, du Conseil de l’Europe, de l’Union Européenne.  Au cours de sa fructueuse et longue carrière, il a créé plus d’une vingtaine de programmes de formation en droits de l’homme et formé plus de 2000 participants de plus de 110 pays différents.

    Pour celles et ceux qui ont eu l’immense honneur et bonheur de travailler ou collaborer avec lui, nous gardons le souvenir d’une personne humble, lumineuse, d’une grande ouverture d’esprit.  Alfred était toujours à l’écoute. Pourvu d’une intelligence hors pair, d’une bonté naturelle, d’une gentillesse et d’une sensibilité exquise, Alfred était naturellement très respecté de tous.

    La bonne humeur , l'entregent et l’optimisme d’Alfred vont beaucoup nous manquer.

    Les équipes du CUHD et de l’OIDEL continuent leurs activités respectives et rendent ainsi hommage à Alfred Fernandez. 

    Les obsèques auront lieu à l'Eglise Sainte Thérèse, (Avenue Peschier 12, CH-1206, à Genève) le vendredi 2 Novembre à 14h00.

    A partir de mardi après midi on peut veiller sa dépouille à la chapelle funéraire Murith (Boulevard de la Cluse, n°89 CH-1205, Genève).

     

    Voila_Capture 2018-10-30_01-07-11_PM.png

     

  • Pour une abolition de l'esclavage moderne

    L’esclavage n’est pas aboli 

    Le 18 octobre 2018 est la Journée Européenne contre la traite des êtres humains, en cette année du 70eanniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du 20edu Statut de la Cour Pénale Internationale (qui qualifie certaines pratiques esclavagistes de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité).

    C’est le moment pour la communauté internationale - Gouvernements, Autorités religieuses, organisations internationales, société civile, milieux d’affaires et formateurs d’opinion - de se mobiliser pour une nouvelle abolition de l’esclavage.

    L’esclavage se développe à des niveaux inconnus aux siècles précédents :

    -       En 2010, on estimait à 27 millions le nombre d’esclaves modernes dans le monde (le double des esclaves africains forcés à émigrer aux Amériques). 

    -       En 2018, les dernières estimations sont de plus de 45 millions.

    -       Les profits de l’esclavage moderne dépassent les 150 milliards de dollars.

    -       En 2018, en Europe et Asie centrale selon ”The Global Slavery Index”, le total des victimes de l’esclavage est de 3,6 millions (1,3 million pour l’Union Européenne).

    -       58% des victimes sont dans 5 pays[1]: Inde, Chine, Pakistan, Bangladesh et Ouzbékistan. Femmes et filles représentent 71%. Une victime sur quatre en est un enfant. Le travail forcé et l’exploitation sexuelle en sont les formes les plus répandues en Europe.

    -       En Italie, il y aurait environ 145.000 esclaves aujourd’hui.[2] 

    L’esclavage est souvent invisible. Ce qui contribue à une inadéquation de la prise de conscience des autorités et des structures d’aides, publiques ou privées.

    La pauvreté, l’instabilité économique et politique, les conflits, l’explosion démographique de certains pays, les changements climatiques, les mouvements de réfugiés et de migrants, les persécutions ethniques et religieuses rendent des millions de femmes, d’enfants et d’hommes vulnérables à des réseaux criminels qui, par contrainte ou par de fausses promesses, réduisent ces personnes à la servitude jusque dans nos pays.

    Le 2 décembre 2014, à Rome, des responsables religieux catholiques, anglicans, musulmans, hindous, bouddhistes, juifs et orthodoxes ont signé une Déclaration commune contre l'esclavage modernecomme un engagement à travailler ensemble pour éradiquer ce crime contre l'humanité et restaurer la dignité et la liberté de ses victimes.

    Un effort d’ensemble, sur le plan national, régional et international, est nécessaire pour faire face à cette négation massive mondiale des droits fondamentaux de la personne humaine.

    Michel Veuthey, Ambassadeur de l’Ordre de Malte contre le trafic des personnes

     

    [1]51 pays dont la liste est la suivante: Turkmenistan, Belarus, the former Yugoslav Republic of Macedonia, Greece, Albania, Turkey, Ukraine, Croatia, Montenegro, Lithuania, Russian Federation, Republic of Moldova, Armenia, Uzbekistan, Tajikistan, Bulgaria, Azerbaijan, Georgia, Romania, Cyprus, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Kosovo, Latvia, Israel, Hungary, Estonia, Bosnia and Herzegovina, Poland, Serbia, Slovakia, Czech Republic, Portugal, Italy, Spain, Slovenia, Iceland, United Kingdom, Germany, Belgium, France, Norway, Netherlands, Austria, Switzerland, Ireland, Finland, Denmark, Sweden, Luxembourg.

    [2]www.globalslaveryindex.org/findings/

  • Réflexions sur l’intelligence artificielle

    Réflexions sur l’intelligence artificielle

    Nature et artifice

     

    Par le Professeur Philibert Secretan

     

     

    1. Introduction

    II. Répliques au transhumanisme

    Dépasser l’homme

    Le  vivant

    III. Vie et singularité

    IV. L’esprit

    V. Nature et fonctions

    VI. Intelligence et raison

    VII. Intelligence artificielle et humaine

    VIII. Vérité et réalité

    Qu’est-ce qu’un artifice ?

    IX. Regards sur un auteur controversé : Yuval Noah Harari

     

     

     

     

    1. Introduction

     

    Je commencerai par faire miennes quelques remarques d’un ami espagnol :

    « Aujourd’hui on ne dira plus qu’il n’y a pas de Dieu, mais que c’est une construction de notre cerveau, de notre réseau neuronal ; qu’en plus, nous savons quelle est la région du cerveau où s’élabore cette invention, car nous pouvons le détecter dans les stades de l’exaltation mystique. Et cela seules les neurosciences le savent, si ce n’est pas aujourd’hui ce sera demain.

    » La raison a l’épaisseur de la chair. Car rien de ce que nous sommes n’est extérieur à notre être de chair, de notre chair humble et humide, y compris évidemment, le réseau neuronal et les synapses chimiques et électriques. Rien en nous, ni ce que nous pensons et disons, ni ce que nous faisons, n’est déconnecté des humeurs de notre corps. Seule la science de la logique serait une science sèche, car elle se construit en abstrayant tout ce qui n’est que lien de propositions ; liaisons évidemment essentielles dans la construction de la sphère des ordinateurs.

     

    En résumé, nous pouvons dire que la raison n’est pas linéaire, purement analytique et logicienne, mais qu’elle a l’épaisseur d’un réseau de compossibilités en recherche d’une cohérence pour atteindre la vérité, et donc le bien, ce pourquoi ce qui est définitivement nôtre est la réalité qui se donne à nous. Réseau de compossibilités, c’est-à-dire : la conjonction rationnelle de lignes de pensée, d’action et de vie de notre chair, qui convergent dans des réalités et confluent vers une réalité fondatrice. Le pas à faire entre l’étant — siendo— et l’être — ser— relève de l’effort métaphysique du philosophe... La raison ne se résume pas à un savoir [de l’étant] ; elle a une ouverture essentielle sur la volonté, c’est-à-dire sur le désir [d’être][1].

     

    II. Répliques au transhumanisme

     

    Plusieurs thèmes porteurs vont se trouver associés dans un ensemble de réflexions suscitées par ce qu’il convient d’appeler le transhumanisme, c’est-à-dire la perspective d’un couplage entre l’homme et des artifices qui permettraient le passage de l’homme à une manière de surhomme. Une reconnaissance clairvoyante, même sommaire, des neurosciences, de la robotique et de l’intelligence artificielle devrait suffire à l’encrage critique d’une réflexion métaphysique.

     

    Dépasser l’homme

     

    Dépasser l’homme peut signifier deux choses : Faire évoluer l’homme dans sa condition actuelle vers une condition meilleure : faire vivre l’homme plus longtemps avec moins de maux, ou changer le statut de l’homme dans l’ensemble des vivants ; de l’humain traditionnellement placé entre l’ange et la bête (Pascal), dont il partage d’une part le corps et d’autre part l’esprit, mais en assumant le corps dans la sphère de l’esprit et en inscrivant l’esprit dans la réalité physique du corps.

    Pascal a la sagesse d’écrire que l’homme n’est ni l’un ni l’autre, mais ne dit pas expressément qu’il est un vivant, ni que la vie se manifeste tant dans le corps que dans l’esprit. Mais lorsqu’il affirme : « Descartes faux et inutile », je vois cette fausseté non pas dans le cogito, effectivement porteur d’une vérité première, mais dans la séparation de l’homme en deux « natures » : le corps physique et l’esprit pensant, en deux régions hétérogènes de l’être ; plus tard en deux types de sciences. Un dualisme généralisé se répand alors, non sans continuellement rechercher les points de jonction, des interfaces, entre les deux hémisphères ; ou non sans tenter de les réduire l’une à l’autre dans un idéalisme ou un matérialisme à chaque fois totaux et unifiants.

     

    Le  vivant

     

    La vie se cache-t-elle sous le terme de l’âme, sous les figures de l’animation du corps, de la sensibilité vive, de l’intelligence qui donne après avoir reçu, de l’esprit qui crée, se révolte ou se soumet. Je le pense et le crois. Or, cette vie profonde, lorsqu’elle est niée, laisse un corps à l’état de machine, une sensibilité à l’état de réponses à des stimuli, l’intelligence à l’état d’un formalisme algorithmique, l’esprit à l’état d’un en-soi virtuel.

    Mais la vie ainsi manifestée est irréductible à l’une au l’autre de ses manifestations. Elle n’est ni purement biologique, ni essentiellement psychique. Elle est concrètement et par définition en chaque vivant. En ce sens, elle est à la fois universelle et concrétisée en tout vivant. Aristote appelle l’homme un zoon, un vivant animé, logon echon, doué de parole et d’entendement.

     

    Il faudra longtemps pour que se dégage la première idée moderne : celle de l’individu, mais alors encore chargée du préjugé que cette logicité et cette raison qui font l’homme est individué par le corps.

    La troisième étape fut de reconnaître tout le sens de l’individua persona, d’un être indivis et indivisible ; d’un être qu’il ne faut pas diviser et qui doit précisément vivre par lui-même une dualité de personnalité et de rationalité qu’aucun artifice ne saurait ni nier ni imiter.

     

    III. Vie et singularité

     

    La vie ne se laisse pas enfermer dans le couple matière/forme qui vaut autant pour le vivant que pour la machine, et dont l’usage peut conduire à de graves erreurs. La vie n’est ni un substrat matériel ni une forme abstractible ; elle n’est pas simplement un ensemble de faits biologiques qui sollicite primairement un travail d’abstraction, ni le côté dynamique des algorithmes à quoi tout est censé se réduire.

    Dès lors donc qu’un artifice se présente exclusivement comme un substrat matériel mis en forme, voire qu’il s’immatérialise en énergie pour accéder à une formalité purement opératoire, on en a exclu la vie profonde qui justifie de l’assimiler à du vivant, et encore moins à de l’humain. Car c’est sur fond de vie qu’il faut parler d’un « indivis » unique, réel sous la double espèce du corps et de l’esprit, mais et dont on connaît toujours mieux l’organe où se compénètrent le corps et l’esprit, à savoir le cerveau humain.

    On doit pourtant souscrire à ce qu’affirment deux spécialistes de la robotique et de l’intelligence artificielle : « La biologie n’a actuellement rien à dire sur l’individuation ou la singularité du cerveau qui soutient nos différences individuelles. Les neurosciences n’ont pas d’outil théorique et surtout expérimentaux pour capturer, identifier ces différences biologiques et fonctionnelles dans des cerveaux qui semblent (...) obéir à un patron d’organisation univoque. Le paradoxe est là : au sein d’une espèce comme la nôtre, le déterminisme biologique doit permettre la reproduction précise, entre les générations, d’une organisation très homogène, telle que le cerveau. Car nous accomplissons tous de manière homologue des gestes répétitifs et nous éprouvons et quasi identiques et éprouvons des sentiments ou avons des pensées qui peuvent se ressembler. Mais à l’intérieur de cette enveloppe commune, nous sommes tous singuliers et uniques, surtout sur le parcours d’une vie entière. »[2]

     

    Or, cette singularité et cette unicité appellent à se demander : Ont-elles un principe qui le rende inimitable ?

     

    IV. L’esprit

     

    Contre toute une tradition qui fait de la matière le principe d’individuation, j’admets que c’est l’esprit qui est le plus fondamental principe d’individuation. L’ange, esprit pur, est aussi à chaque fois unique en son essence, dit la scolastique. Cette unicité de l’esprit se communique au vivant, d’autant plus singulier qu’il est spirituel. Le spirituel n’est pas universel, comme le pensait Hegel. On ne parlera de l’universel qu’en termes de concret ou d’abstrait. L’univers est d’abord l’universel concret de la nature matérielle, forme de la vie ; l’universel abstrait et ce que l’intelligence dégage du concret comme correspondant à des lois de configuration que Kant a eu raison d’attribuer à la raison appelée pure.

    Entre intelligence et raison, il y a la différence d’une ordination au cosmos et la capacité de schématiser le réel au point de le rendre calculable. Or seule cette faculté rationnelle est imitable, et cela uniquement dans les limites du traitement combinatoire de données, mais pas comme l’intelligence logicienne ou intuitive qui la sous-tend.

    Est enfin universel ce qui est commun à tous, mais sans que cette communauté englobante ne démente la concrétude matérielle des choses, ni la formalité de l’intelligible, ni la singularité de chacun.

    Or ce statut de singularité est inimitable par un artifice. Celui-ci n’est pas un héritier de l’intelligence humaine, au sens où il serait « de même nature » que son auteur. Il n’y a pas d’homogénéité possible entre l’intelligence individuelle et l’intelligence artificielle, entre l’homme et le robot. Une relation à un robot serait moins riche de sens que l’affection personnelle d’une fillette pour sa poupée. La poupée prépare à l’enfant. Être adulte, c’est remplacer la poupée par l’enfant. Ne sont imitables que certaines fonctions remplies par l’intelligence ou qu’accom¬pagne l’intelligence. En retour, on peut dire : Il faut avoir projeté sur le vivant la fonctionnalité du mécanisme pour réduire ce vivant à ce qui est un « ensemble » de mieux en mieux à même de reproduire l’ensemble de ses fonctions, donc d’imiter une manière d’autonomie. Cette réduction est aujourd’hui soutenue par l’idée que la procréation assistée par la science fait de la science la grande génératrice — et non plus la vie.

     

    V. Nature et fonctions

     

    Peut-être faut-il réapprendre à distinguer entre la nature d’une chose et l’ensemble de ses fonctions. Les fonctions s’observent dans leurs régularités et s’expliquent par des enchaînements de causalité. Or, la nature relève de quelque chose qu’on pourrait appeler une métaphysique négative. La nature d’une chose se déclare lorsqu’on sait ce qu’elle n’est pas. La connaître, c’est l’expliquer. C’est à cette limite que se séparent la nature et la fonction. La science a dû se défaire de l’idée de nature, qui n’est pas de son ressort. Mais son impérialisme l’a conduite à se considérer comme seul agent légitime de la vérité, ce qui l’a dangereusement distancée de la sagesse.

    La sagesse est l’intelligence de l’esprit, la science est l’intelligence de la raison, dont la qualité première est effectivement la critique. Si j’évoque ici la sagesse, c’est uniquement pour signaler qu’il n’a pas qu’une seule forme de l’intelligence, mais que cette diversité est celle de l’intelligence humaine qui ne saurait inclure l’intelligence artificielle. Cette nouvelle modalité de la prétendue « intelligence n’a pas droit au titre d’intelligence ». Les « capacités » de NA ne sont pas de l’ordre de l’intelligence. Et comparerait-on les capacités d’un robot et celles d’un enfant, cela ne justifierait pas d’en déduire l’intelligence du robot. Peut-être faudra-t-il attendre qu’un robot devienne « fou » pour le comparer à une folie humaine.

    « L’intelligence artificielle n’est pas de l’intelligence. Aujourd’hui personne ne sait encore comment reproduire une intelligence humaine ; ce n’est pas en agrégeant des programmes spécialisés dans les jeux ou le classement d’images que nous y parviendrons. L’intelligence artificielle n’est ni plus ni moins qu’une capacité d’analyse et de traitement extrêmement rapide de grandes masses de données dans des délais très courts Une capacité dépendante d’un contenu dispensé de près ou de loin par l’homme. »[3]

     

    VI. Intelligence et raison

     

    C’est ici qu’il convient de réfléchir sur ce qui distingue l’intelligence de la raison. Il ne suffit pas de distinguer entendement et raison, Verstand et Vernunft, mais de voir si l’entendement comprend un moment qui dépasse la perception et la réception qui situent le sujet dans une position de passivité ; s’il y a un moment d’activité, de pénétration, que l’allemand traduit par ein — (Einsicht, Eingebung) et que le latin conserve dans l’in notamment de l’intelligence et de l’intuition. La phénoménologie est en ce sens une revanche de l’intelligence sur la raison.

    La raison est essentiellement un traitement du perçu, une organisation du donné, qui valorise considérablement la règle d’organisation, la législation du discours, la police de l’esprit, comme disait Alain. En latin ratio dit effectivement la ration, ce qui revient à chacun, ce qui est proportionné à son besoin, mais c’est la proportion qui a pris le dessus, car cela relève de la mesure et est facilement la proie des nombres.

    L’intelligence est vivante, la raison est abstraite, indifférente à la vie et à la mort, Ce pourquoi elle peut être artificialisée. « Intelligence artificielle » est une contradiction dans les termes. Parlons, s’il le faut, de raison artificielle, à commencer par l’invention toute pratique de Pascal, qui fut effectivement un artifice en vue d’opérations purement rationnelles. Mais ne confondons pas l’intelligence de l’inventeur, aujourd’hui le génie des ingénieurs et ce que reproduisent les robots.

    Or, c’est bien là que se cache la difficulté : les robots ne sont pas capables que d’opérations rationnelles, mais ils peuvent effectivement recevoir quelque chose que l’homme, lui aussi, peut recevoir lorsqu’il entend. Le robot semble donc rejoindre l’entendement dans sa passivité réceptrice et dans les traces neuronales que laissent ces réceptions, ce qui est loin de l’intelligence donatrice. Je ne pense pas qu’un artifice puisse un jour avoir une Eingebung, une intuition donatrice de sens.

    Travailler sur l’idée de raison c’est aussi s’intéresser à ce qui en fait la nécessaire valeur. En effet l’intuition est menacée d’un compagnonnage à la fois noble et dangereux : celui de l’imagination, dont Pascal dit avec une admirable précision que lui manque le sens du vrai et du faux. Est-ce à dire que l’intuition a besoin d’un autre compagnonnage : celui de la raison critique, donc de la raison qui ne fait pas que tisser des abstractions, mais qui discerne, sépare, juge et qui en ce sens soutient l’intelligence au-delà du pur acte d’intuition qui la caractérise superbement. La raison, juge du vrai et du faux ?

    C’est en ce sens que nous disons de quelqu’un qu’il avait ou a raison. Cela ne signifie pas qu’il est doué d’entendement, mais qu’il voit, qu’il juge juste. La raison est alors bien ce rempart nécessaire contre les envahissements possibles d’une imagination sans règles.

    Il faut raison garder signifie alors : il faut garder une distance critique jusque dans les avancées les plus audacieuses de l’intuition, ce qui est un précepte « pratique » relatif à la vie de l’esprit. Sapere aude. Ais le courage de penser. Mais qu’est-ce que le courage sans la prudence ?

     

    VII. Intelligence artificielle et humaine

     

    Ces multiples distinctions sont essentielles dès que des illusions sont entretenues par des contre-vérités. La prétendue intelligence artificielle ne pourra jamais rejoindre et encore moins dépasser l’intelligence humaine ; au plus va-t-on rabaisser l’homme à ce que peut la machine.

    Ce qui néanmoins est vrai, c’est que les robots et les engins capables de prodiges techniques inconnus jusqu’ici vont considérablement changer non pas l’homme, mais les conditions dans lesquelles l’homme va évoluer. Mais ce n’est pas l’homme selon sa nature, mais l’homme selon sa condition qui va évoluer. Mais comment évoquer la nature en dehors de la condition ?

     

    Le concept grec de phsisque les latins ont traduit par natura, retient l’idée de l’émergence, de la naissance et par là d’une origine, mais d’une origine qui différencie. Avoir une nature, c’est être différent de.... On s’y identifie par une nature commune. Le glissement vers l’essence est alors inévitable, et vers une nécessité d’être ceci et pas cela. Je ne crains de dire que tous ces glissements métaphysiques ont contribué à séparer la nature de sa force d’émergence, des dynamiques et de sa plasticité, qui par ailleurs ne saurait être coupée de sa durée et de sa consistance constante. Mais si l’on déplace la constance et l’invariance du côté de la nature essentielle on fixe nécessairement les variations du côté des conditions, et des conditions d’existence'', en oubliant que non seulement la nature ne se réduit pas à l’invariance essentielle et que la condition ne se réduit au circonstancie, mais conduit à sa façon vers l’idée d’établissement et de construction. L’homme est selon sa nature ni un végétal ni une machine, mais établi dans le monde, il vit dans des conditionsvariables et peut largement modifier ses conditions d’existence[4]. Un reste de réalisme fera dire aux plus honnêtes que ce sera en bien et en mal, que des règles de prudence seront à respecter, que des législations seront nécessaires qui, elles, ne seront pas du ressort de la Science.

     

    VIII. Vérité et réalité

     

    Ces considérations ne vont évidemment pas convaincre le scientifique qui a fait de la Science une doctrine, c’est-à-dire qui admet, en tant scientifique, qu’il n’y a de vérité et finalement de réalité qu’établies par la Science. Là est un saut ontologique majeur : non plus seulement la vérité, mais la réalité. Un saut et un renversement complet de la relation au monde, car il ne s’agit plus de tirer de la réalité du monde ce qui est proprement intelligible, mais de créer scientifiquement une autre réalité pour transformer le monde. La réalité ne s’appelle plus réalité, mais factualité, La resest remplacée par les data, les données à traiter selon des exigences scientifiques qui valent par elles-mêmes, c’est-à-dire sont déconnectées de l’intelligence qui les produites.

    On comprend alors que cette science déconnectée de l’intelligence, totalement autosuffisante dans son aséité, l’est aussi de toute sagesse. De cette sagesse, qui, au moins, dans l’intelligence humaine, est une manière de « bonne police de l’esprit », d’agent qui dénonce ce que Jaspers appelle la Unvernunftder Vernunft, la déraison de la raison. Mais ici il ne suffit plus d’une vigilance critique sur l’usage de la raison, mais de la sauvegarde de l’intelligence dont la raison n’est que la part la plus apte à entrer en jugement avec elle-même. La critique est alors le moment où la sagesse spirituelle se manifeste comme sagesse intellectuelle.[5]

     

    Qu’est-ce qu’un artifice ?

     

    Il ne suffit pas de répondre que c’est quelque chose de fabriqué, qui donc ne pousse pas dans la nature. Mais on peut d’emblée dire que l’artifice se distingue de l’œuvre d’art qui, elle, est inséparable de la vie et de la personne d’un homme ou d’une femme doués d’un savoir-faire spécifique, et dire qu’elle le ou la « présente » avant de représenter quelque chose. Cette « femme » est un Renoir avant d’être un personnage féminin ; ce « cheval » un Marc avant d’être un animal à monter.

    L’art dit abstrait veut que tel ensemble de figures géométriques soit un Mondrian, mais que ce géométrisme participe de l’abstraction qui, elle, est une opération extrêmement significative de la raison. D’une raison qui n’est plus le logos grec, ni la ratio scolastique, ni l’entendement de Leibniz.

    C’est l’abstraction que fait du nombre un chiffre, qui réduit un mot à un signe, qui finalement fait surgir un univers séparé dont la mathématique est le premier gestionnaire. La déréalisation de l’abstrait débuta sa carrière avec l’admission du zéro, du 0, comme indicateur d’une opération intellectuelle, à savoir une multiplication par un nombre sélectionné arbitrairement : 1/0, lui-même multipliable indéfiniment par lui-même.

    Or, arrive le moment où cette multiplication, qui est encore tributaire du multiple, du peu ou beaucoup, est à son tour abstraite dans l’équivalent non métaphysique, purement factuel, du : quelque chose et rien — en chiffres : 1/0. Mais c’est au moment où l’énergie de détente physique, pensez à un muscle ou un ressort, est remplacée par celle de la pulsion électrique que le « passe/ne passe pas » prend une valeur universelle précisément exprimée par le 1/0.

    Ce que nous appelons « artificiel » est la combinaison de deux abstrac-tions : celle des opérations avec des nombres combinables et contrinables à l’infini parce qu’ils ne signifient plus qu’eux-mêmes, et celle de de la pulsion réductible à « oui ou non ».

    Mais l’artifice ne prend visage de réalité qu’au moment où, malgré tout, l’énergie électronique est appliquée à des matériaux susceptibles d’être assemblés dans des reproductions qui ne sont elles-mêmes qu’à l’image des œuvres d’art. Il existe de magnifiques robots.

     

    Lorsque l’artifice prétend imiter ou reproduire la nature ou l’œuvre d’art, il oublie complètement que l’œuvre d’art n’est justement pas une imitation, mais l’expression d’une âme, imaginative et sensible en contact de la réalité ; d’une âme que n’a pas la machine et qu’aucun robot n’aura jamais.

    L’exosquelette n’est pas une autre jambe. C’est un artifice qui mobilise un membre réel qui a perdu sa mobilité naturelle. On est dans l’ordre du comme si. Tout artifice est de l’ordre du « comme si ». Comme pour l’imitation ; si pour le possible porté toujours plus loin...

     

    S’il y a lieu d’admirer le savoir-faire des techniciens, il faut raison garder devant le monde qu’imaginent des savants que saoulent une science triomphante, fermée sur elle-même et qu’a quitté toute sagesse critique ; qui se soustrait à ce regard de l’intelligence sur la raison qu’est et reste la philosophie.

     

    IX. Regards sur un auteur controversé : Yuval Noah Harari

     

    Spectateur sceptique de la société et de la science américaines, Y. N. Harari s’est fait connaître par deux gros ouvrages : Sapiens et Homo deus. L’un et l’autre parlent de l’homme et de l’humanisme, pour finalement déplorer que l’homme ait trahi la nature et quitté l’ordre naturel pour imposer sa loi à la Nature. Et s’il accompagne de réflexions savantes l’évolution des sciences de la vie, c’est à la foi pour saluer une victoire sur l’humanisme et pour redouter que, encore, cet anti-humanisme ne développe de nouvelles formes de destructions de la nature. Il faut donc lire avec beaucoup d’attention, et parfois de bienveillance un peu forcée, des arguments qui risquent de perdre leur pertinence sous -l’abondance de quelque 900 pages d’une écriture généreuse.

    Après avoir distingué trois formes d’humanisme, curieusement conformées à des idéologies englobantes appelées « religions », l’auteur avance un propos à retenir : « Entre les dogmes (individualistes) de l’humanisme libéral et les toutes dernières découvertes des sciences de la vie, s’ouvre un gouffre que nous ne pouvons plus nous permettre d’ignorer. Nos systèmes politiques et judiciaires libéraux reposent sur l’idée que chaque individu possède une nature intérieure sacrée, indivisible et immuable, qui donne du sens au monde et qui est la source de toute autorité éthique et politique. C’est là réincarnation [la reformulation ! (Ph.S.)] de la croyance chrétienne traditionnelle en une âme libre et éternelle qui réside en chaque individu. Depuis plus deux cents ans pourtant, les sciences de la vie ont profondément miné cette croyance. Les hommes de science étudiant les rouages intérieurs de l’organisme humain n’ont pas trouvé l’âme. Ils sont de plus en plus enclins à soutenir que le comportement humain est déterminé par les hormones, les gênes et les synapses, plutôt que par le libre arbitre — par les mêmes forces qui déterminent le comportement des chimpanzés, des loups et des fourmis. »

    A la fin du volume suivant, Homo deus, les choses se précisent. Il est en train de se créer une nouvelle religion, tout aussi trompeuse et aliénante que toutes les autres : le dataïsme. Elle est issue de ce qui s’impose au scientifique comme un fait fondamental. Tout est un datum, une donnée. Non pas un donné, le fait d’un don comme le veut Jean-Luc Marion, mais une donnéede fait dénuée de toute réalité propre, sans en-soi, pur objet de traitement scientifique où l’ordinateur remplace l’homme trop imparfait pour traiter une information finalement illimitée.

    Dans cette « religion » l’Esprit est remplacé par l’algorithme. « L’algorithme de départ peut être initialement élaboré par des êtres humains, mais en se développant il suit sa propre voie et va où aucun homme n’est encore allé.., et où aucun homme ne peut le suivre. » (HD 423). L’esprit souffle où il veut.

    Et puis, comme toute religion, le dataïsme est naturellement dominateur et mystificateur, et par là même fondamentalement contestable :

    « Il est douteux que la vie soit réellement réductible aux flux de données » (ibid). « ... peut-être découvrirons-nous que, tout compte fait, les organismes ne sont pas des algorithmes. »

    Ce qui, telle une arche de Noé, émerge du déluge dataïste sont des doutes relatifs à la vie et aux organismes vivants ; puis, curieusement, aux décisions, notamment économiques et politiques. Celles-ci sont-elles irréductibles, en tant que faits volontaires, à des calculs décisionnaires en oui/non ? Ou s’agit-il de sauvegarder dans les organismes sociaux quelque chose qui échappe à la nécessité algorithmique ?

    Le dataïsme comprend de mieux en mieux les processus de décision, mais il se pourrait bien qu’il adopte une vision de la vie de plus en plus biaisée (ibid). « Peut-être y at-il dans l’univers quelque chose qui ne saurait être réduit aux datas. »

    Ce sont des hypothèses (sceptiques ?) de ce type qui signalent que Y. N Harari, à la fois dénonce toute religion — et surtout le christianisme et le communisme — pour avoir gagné un pouvoir considérable « malgré leur inexac¬titude factuelle », et cherche à sauvegarder quelque chose. Mais ce quelque chose n’est pas l’homme sous sa modalité de homo sapiens. Ce qu’il s’agit de sauver est une relation humble de l’homme, dégradé de sa sapience, à une grande inconnue qui nous impose de nous préoccuper de l’immédiat, de nous concentrer sur la conscience de notre fragile petitesse et de regretter le mal fait aux créatures « inférieures ».

    Mais faut-il simplement admettre que l’intelligence humaine est si totalement remplaçable par l’intelligence artificielle que nous nous reste que ce peu de fierté défensive ?

    N’y a t-il pas lieu de s’interroger : Si toutes les « religions » monothéistes ou monolithiques sont écrasantes par leur puissance à imposer de trompeuses convictions, n’est-ce pas le christianisme qui, en prêchant un Dieu unique, mais trinitaire et incarné donne à l’homme l’humble fierté d’avoir été rejoint et anoblie par un Dieu Père — et pas seulement Maître et Tyran remplaçable d’âge en âge ? A un homme, on l’a dit, de nature donnée et de condition variable, y compris la rencontre et l’accès à des capacités surprenantes, mais porteuses d’espoirs, et de dangers évidents, induits par des développements d’une ampleur encore insoup¬çonnée. Un homme à qui le bien et mal ne seront jamais étrangers.

     

    Concluons avec le professeur Harari qui demande : « Qu’adviendra-t-il de la société, de la politique et de la vie quotidienne quand des algorithmes non conscients, mais hautement intelligents nous connaîtront mieux que nous — ? » (11D, 427) Quand se sera éteint le dernier astre, la dernière trace de l’esprit...

     

     

    Philibert Secretan

     

    Genève, le 22 août 2018

     

     

    [1]« A. Pérez de Laborda, Una mirada al ser. Ed. Encuentros, Madrid 2013. p, 491-503

     

    [2]Daniel Tritsch et Jean Mariani, Ça va la tête ? Belin, Paris 2018, p.138-139.

     

    [3]Tomasso Poggio et Frédéric de Combert, in « L’homme continue d’avoir le dernier mot », Le Monde (Hors série) mars-mai 2018, Dans la tête des robots, p.33.

     

    [4]Dans l’unité singulière de la personne, c’est l’esprit qui lie l’essence et l’existence selon des modalités qu’il n’y a pas lieu de fixer ici.

     

    [5]L’erreur d’Auguste Comte fut de ne voir dans la critique que le côté négateur, qu’il dût remplacer par la positivité de la science, mais alors totalement tournée vers l’Être sous tous ses aspects : religieux, social, scientifique.

  • Journée mondiale contre la traite des êtres humains

    A l'occasion de la Journée mondiale contre la traite des êtres humains, le 30 juillet 2018, l’Ordre souverain de Malte lance un appel aux gouvernements et à la société civile, y compris les entreprises, à prendre des mesures pour prévenir la traite des êtres humains et d’y mettre fin tout en protégeant et en accompagnant victimes et rescapés. La traite des êtres humains est une forme tragique d’esclavage contemporain, qui constitue un crime et une menace sérieuse pour la dignité humaine et l’intégrité physique.

    “L’Ordre de Malte souhaite souligner la nécessité de renforcer les synergies, les partenariats et les alliances entre les différentes agences des Nations Unies, les organisations régionales et internationales, les organisations locales non-gouvernementales et la société civile, y compris les organisations confessionnelles”, affirme Albrecht Boeselager, Grand Chancelier de l’Ordre de Malte. “Ces mesures sont absolument nécessaires pour prévenir les violations, protéger les victimes, poursuivre les responsables, partager les recherches et les expériences, mettre en évidence les bonnes pratiques, mieux faire connaître la situtation et collaborer activement avec les organisations régionales et sous-régionales”.

    Remplissant sa mission d’assistance aux plus vulnérables, l’Ordre souverain de Malte accentue ses efforts contre la traite des êtres humains à travers les services sociaux et l’action humanitaire menée par ses associations nationales, son agence internationale de d’aide humanitaire ,“Malteser International”, ainsi que par son réseau diplomatique, et plus particulièrement ses deux Ambassadeurs chargés de combattre la traite des êtres humains. Basés à Genève et à Lagos, Michel Veuthey – Ambassadeur chargé de contrôler et de combattre la traite des personnes – et Romain de Villeneuve – Ambassadeur itinérant pour l’Afrique – travaillent à renforcer l’engagement de l’Ordre de Malte à travers des projets diplomatiques et locaux.

     

    L’Ordre de Malte souligne également l’importance de lutter contre l’esclavage moderne dans les chaînes d’approvisionnement. “Faire entendre des requêtes pour mettre le travail forcé en évidence est absolument nécessaire” souligne l’Ambassadeur Michel Veuthey. Des labels “slave-free” devraient être créés pour les biens et les services. L’esclavage moderne existe dans les chaînes d’approvisionnement dans toutes les régions. Avec 150 milliards de dollars de profits illicites estimés par an, c’est aujourd’hui un des défis majeurs de l’économie mondiale, et à moins que de réels progrès puissent être faits, les objectifs de chaînes d’approvisionnement durables et de développement durable vont sonner creux”.

    L’Ordre de Malte souhaite citer Sa Sainteté le Pape François qui dénonce régulièrement ce fléau des temps modernes et appelle à l’action : “Face à la tragique réalité de l’augmentation de l’esclavage moderne, personne ne peut s’en laver les mains sans être, d’une certaine manière, complice de ce crime contre l’humanité. Cette immense mission, qui requiert courage, patience et persévérance, demande un effort conjoint et général de la part des différents acteurs de la société”. (Le Pape François aux participants du 2ème Forum international sur l’esclavage moderne, en mai 2018).

    L’Ordre de Malte travaille avec le Saint Siège, les Etats, les organisations internationales et les organisations confessionnelles locales, soutenant par exemple la Villa Bakhita, un refuge pour rescapés à Lagos, au Nigéria, dirigé par Sœur Patricia Ebegbulem des Sœurs de Saint-Louis.

  • World Day Against Human Trafficking, 30 July 2018

    On the World Day Against Human Trafficking, 30 July 2018, the Sovereign Order of Malta appeals to governments and civil society, including business, to take measures to prevent and end human trafficking, while protecting and assisting victims and survivors.
     
    Human trafficking is a tragic form of contemporary slavery, which constitutes a crime and a serious threat to human dignity and physical integrity.
     
    “The Order of Malta would like to underline the need to enhance synergies, partnerships and alliances among different United Nations agencies, regional organizations, international and local non-governmental organizations and civil society, including Faith-based organizations” states Albrecht Boeselager, Grand Chancellor of the Order of Malta. “These measures are desperately needed to prevent violations, protect victims, prosecute those responsible, share research and experiences, highlight good practices, raise awareness and engage proactively with regional and sub-regional organizations”.
     
    Fulfilling its mission to assist the weakest, the Sovereign Order of Malta is increasing its efforts against human trafficking through social services and humanitarian action conducted by its National Associations and its worldwide relief agency “Malteser International”, as well as through its diplomatic network and especially its two ambassadors tasked with combating human trafficking. Based in Geneva and in Lagos, Michel Veuthey – Ambassador to Monitor and Combat Trafficking in Persons – and Romain de Villeneuve – Ambassador at-large for Africa – are working to help strengthen the commitment of the Order of Malta via diplomatic and local projects.
     
    The Order of Malta also stresses the importance of addressing modern slavery in supply chains. “Bringing demand for slave labour into focus is absolutely necessary” notes Ambassador Michel Veuthey. “Slave-free” labels should be created for goods and services. Modern slavery exists in supply chains in all regions. With an estimated $150 billion of illicit profits a year it is one of the major challenges of today’s global economy, and unless real progress can be made, the goals of sustainable supply chains and sustainable development will ring hollow”.
     
    The Order of Malta would like to quote His Holiness Pope Francis, who repeatedly denounces this modern-day scourge and appeals for action: “Faced with the tragic reality of rising contemporary slavery, no one can wash their hands of it without being, in some way, an accomplice to this crime against humanity. This immense task, which requires courage, patience and perseverance, demands a joint and global effort on the part of the different actors that make up society.” (Pope Francis to the participants of the 2nd International Forum on Modern Slavery, May 2018).
     
    The Order of Malta works with the Holy See, States, international organisations, and local faith-based organisations, supporting for example Bakhita Villa, a shelter for survivors in Lagos – Nigeria- run by Sister Patricia Ebegbulem of the Sisters of Saint Louis.