Droits humains

  • Cours : Combattre l’esclavage contemporain – Genève, 13 décembre 2019 15h à 18h

    Combattre l’esclavage contemporain Genève, 13 décembre 2019 15h à 18h

    Capto_Capture-2019-11-05_04-05-22_PM.png

     

  • Alfred Fernandez, une année après...

    Hommage à Alfred Fernandez, décédé le 29 octobre 2018, au 1-3 Varembé, salle du Rez-de.-chaussée, mardi 29 octobre 2019 à 17 h.  Une Messe sera célébrée à Saint-Nicolas de Flue à 18 h. 30 par le Nonce Apostolique, Mgr. Ivan Jurkovič

     

    Lire la suite

  • Esclavage contemporain et traite de personnes : nécessité d'informer et de former

    http://ethique.unistra.fr/uploads/media/133._Lettre_CEERE_octobre_2019.pdf

    133._Lettre_CEERE_octobre_2019-FR.jpg

    133._Lettre_CEERE_octobre_2019.pdf

    133._Lettre_CEERE_octobre_2019-FR.jpg

  • Migrations et populismes

    Migrants et populismes - Un panel de discussion au Palais des Nations, ce mercredi 20 mars 2019 de 15 à 16 h.

    1. L'Ambassadrice de Djibouti souligne que les migrations africaines sont essentiellement à l'intérieur de l'Afrique

    2. L'Ambassadrice de l'Ordre Souverain de Malte rappelle la participation de l'Ordre à l'élaboration du Pacte mondial sur les migrations, engagement collectif de coopérer sur tous les aspects de la migration, sur le plan bilatéral, régional et universel

    3. Stéphane Jaquemet, Directeur de ICMC, représentant la société civile dans le négociation du Pacte mondial sur la migration, est à la fois heureux et frustré sur le résultat. Ce qui a permis à l'extrême-droite de grandir, c'est la réaction timide des Gouvernements devant la migration.Les Etats européens ont manqué l'opportunité d'expliquer à leur population la négociation; il y a eu une absence totale de communication des négociateurs face aux parlements et à la population, qui n'ont pas compris ce silence...

    4. Patrick Taran, President, Global Migration Policy Associates, est préoccupé de voir que le Pacte mondial ne contribue pas à l'application et mise en oeuvre des instruments juridiques internationaux existants en soulignant sa nature non contraignante ("non-binding"), que ce soit pour les droits de l'homme, le droit du travail et le droit des réfugiés. L'objectif du Pacte n'est pas suffisant, est même dangereux : "Slave trade used to be safe, orderly and regular..." "The GCM expands the space for de-constructing [...] back-sliding on the rule of law [...], includes provisions authorizing criminalization, detention of migrants, contrary to ECOWAS, MERCOSUR, even the European Union itself... The ambiguity of presenting the GCM as an "authoritative" instrument... Switzerland said that if ot is a commitment, it should be reviewed by the Parliament...
    5. Emmanuel Deonna, Chercheur et Journaliste, parle du rôle de Genève dans le Pacte mondial, qui propose un cadre global très intéressant : la mobilité ne devrait pas être contrainte mais choisie... Un très grand nombre de migrants n'ont aujourd'hui pas la possibilité de migrer légalement.

    Dans la discussion, avons rappelé que le Pacte mondial (GCM) n'était que le début d'un effort international et non un point final. Il faut que la société civile continue ses efforts d'explication de la nécessité d'un dialogue et d'une coopération sur la migration.

    Michel Veuthey

    L’image contient peut-être : 6 personnes
  • Repenser le travail et son avenir - Une perspective inter-religieuse - Réunion au BIT

    International Labor Organization (ILO)

    Rethinking Labour and the Future of Work- An Interreligious Perspective

     

     ILO – Permanent Mission of the Holy See – World Council of Churches

    With H.E. Archbishop Paul Richard Gallagher, Secretary of Relations with States,Holy See

    & Mr. Guy Ryder, Director-General, ILO

     

    25 February 2019

    Report

    Background information

     

    The Permanent Mission of the Holy See organized jointly with the International Labour Organisation (in the framework of its 100thanniversary) and the World Council of Churches,a Special Event on the key issues of “Rethinking Labour and the Future of Work” in our world marked by the joint effects of globalization (relocation of labour in cheapest countries, artificial intelligence linked with robotization & automation), which has lead to a strong decrease of job and working conditions.

    This panel discussion highlighted the need for religious traditions to work together to reaffirm common values protecting human dignity, and to mobilise their communities to that effect.

    Needless to say, the strongest message came from H.E. Archbishop Gallagher, Secretary for Relations with States, who very clearly presented the Social Teaching of the Church in relation with to the challenges of globalization on working conditions.

     

    1. List of speakers

     

    8848C6CC-B5E7-46FE-BA65-7F97B466B97D.png

     

     

     

    1. Summary of the presentation by Archbishop Paul Richard Gallagher:
    • The globalization of economic processes, both at the local and international level, has led to profound changes in the so-called “decision-making” sector of labour – whether political decisions or legislative acts – to such an extent that our current attitudes regarding work tend to subtract from the real dimension of labour which is a human reality beyond time and place.
    • In fact, the uncontrolled development of financial activity that occurred in recent decades has not been connected with the real base of the economy, leading to what are known as “financial bubbles”, a vehicle for the crisis of employment, institutions and values.
    • This inversion of the order between means and goals has marginalized great masses of the world’s population, deprived them of decent labour, and left them “without possibilities, without any means of escape: “It is no longer simply the phenomenon of exploitation and oppression, but something new. Exclusion ultimately has to do with what it means to be a part of the society in which we live; [...] The excluded are not the “exploited” but the outcast, the “leftovers.”
    • Hence, the concept of “ethical finance”, is understood as a set of principles and values that can inspire economic agents, both savers and investors, to not be exclusively concerned about individual self-interest, but to seek higher goals, aimed at the common good and safeguarding the natural rights of the weakest and most disadvantaged.
    • Work is a person’s ability to transform into reality his/ her talents and to realise everyone’s vocation. Under this subjective component, work acquires dignity, because it draws on the ultimate meaning of the human condition.
    • All the teachings on labour expounded by the Catholic Church in those years came from that principle: that the human person should always be at the centre of every political, economic, social and even individual decision.
    • As a characteristic and unique feature of the new ILO, workers would be recognised as equal partners with employers, trade unions and governments, creating the so-called “tripartite organization.”
    • As a matter of fact, all the activities of the ILO stem from the idea first expressed in the 1944 Declaration of Philadelphia, in which the ILO reformulated its guiding principles and called on member States to develop policies and financial structures that would favour the “material development and spiritual progress” of each and every person.
    • The reflections and the challenges for the human family looking at the future of work allow us to clarify that the sustainability of the global economy depends on overcoming the employment policy failures and rectifying those failures that led to the crisis.
    • The policy complexities arising from these circumstances are undeniable, but one very clear conclusion can be drawn from them: work fulfills three basic human needs in our societies – the wish to develop capabilities, the need to interact with others and the need to earn one’s sustenance.
    • This objective can be achieved if the world of labour - those who work in it and govern it - takes up its social responsibility, balancing the needs of efficiency, productivity, profitability or reduction of resources (human and economic) with a dimension ethically anchored to the deepest values of human existence.
    • There is the real danger that, in the near future, our economies will be characterised by large numbers of unemployed persons and large inequalities that will fuel social unrest. It is up to us to invert this trend. The recognition of the centrality of the human person suggests that we invest more in people than in technology, because technology is ultimately the product of human intelligence and creativity. By investing in people, we will create a wealthier and more just society in which persons will find, by their work, their complete identity, the fulfilment of their aspirations and finally the efficacy of their talents.

     

    1. Handbooks on Decent Work, prepared in partnership with the Holy See,
      distributed at this meeting and freely available online:

     

    1. The Caritas In Veritate Foundation Working Papers –
      “Rethinking Labour. Ethical Reflections on the Future of Work”(
      http://www.fciv.org/downloads/WP10-Book.pdf)
      See page 241 for the full text of Archbishop Gallagher

    2. “Convergences: Decent Work and Social Justice in Religious Traditions -
      A Handbook”


    Full text available online: https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---exrel/documents/publication/wcms_172371.pdf
    Texte intégral en français :https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---exrel/documents/publication/wcms_172372.pdf
    Español:
    https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---dgreports/---exrel/documents/publication/wcms_172373.pdf

  • Esclavage moderne : on ne peut plus dire qu'on ne savait pas... Gouvernements et société civile se doivent d'agir

    Ce matin 17 janvier, la Section « Migrants & Réfugiés » du  Saint-Siège a ouvert un site
    https://migrants-refugees.va    avec un accent sur les victimes du trafic de personnes.
     
    Ce site reflète la politique du Pape François sur les migrants et les réfugiés, insistant sur la solidarité avec les plus faibles et sur la nécessité de traiter les causes de ces migrations désespérées et déstabilisantes.
     
    Le Pape François publie par la même occasion une Lettre sur les orientations pastorales sur la traite de personnes (disponible en anglais « Pastoral Orientations on Human Trafficking »), ainsi qu’en italien et en espagnol. La version française devrait suivre.
     
    Cette lettre aborde le trafic de personnes de la manière suivante :
     
    1. Préface insistant sur l’énorme importance qu’attache le Pape au sort des millions de victimes de la traite et encourageant à l’action vigoureuse
    (« The M&R Section invites everyone to engage vigorously in learning, communication and action about preventing and healing Human Trafficking, nourished by reflection, prayer, and the teachings »).
    2. Définition (reprise du Protocole de Palerme du 15 novembre 2000 à la Convention des Nations Unies contre le criminalité transnationale organisée) et y ajoutant les formes locales d’esclavage.
    3. Compréhension de ce fléau, qui réduit la personne humaine à un objet, une marchandise, et de ses causes, dont la demande de consommateurs inconscients de leurs responsabilités et possibilités d’action par rapport aux victimes de l’esclavage moderne dans l’agriculture, le travail domestique, la prostitution et le travail forcé).
    4. Nécessité d’une prise de conscience (« Acknowledging human trafficking: Out of the Shadows »), car trop de personnes ignorent encore l’ampleur de ce fléau, y compris les forces de l’ordre, les juges, le personnel social et de santé. Le rôle des communautés locales dans les pays d’origine, de transit et de destination est important. Les victimes de trafic peuvent être des sources d’information et de soutien pour les victimes. Il faut avoir des programmes d’éducation pour prévenir et réhabiliter.
    5. Dynamiques des trafiquants et des passeurs (« smugglers »)
    6. Réponses à améliorer (« Responding to Human Trafficking: Room for Improvement ») pour réduire la demande, rendre les consommateurs responsables et poursuivre les trafiquants
    - prévenir la traite, qui touche souvent des personnes sans moyens ni espoir d’avenir : la forme la plus radicale de prévention est d’assurer un développement humain, un droit de rester dans son propre pays, et, si des personnes décident ou sont forcées de quitter leur pays, de s’assurer des possibilités légales et sûres de migration 
    - promouvoir la coopération entre Etats, et aussi avec l’économie privée, les médias, la société civile, les organisations d’inspiration religieuse
    - assister et réintégrer les survivants, ce qui comporte aussi un volet éducatif et professionnel, dans lequel la famille et des congrégations religieuses, particulièrement féminines, ont un rôle important.
     
    Ce texte va certainement,  en France et ailleurs, pousser les Evêques et d’autres à agir davantage contre cette forme moderne d’esclavage.
     
    A relever qu’il y a dix jours, le 7 janvier 2019, l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC) publiait deux rapports sur le trafic de personnes dans le contexte de conflits armés, dénonçant le trafic d’êtres humains comme un instrument des groupes armés pour financer leurs activités et pour augmenter leurs effectifs. En voici les liens :
     
    http://www.unodc.org/unodc/fr/frontpage/2019/January/le-trafic-dtres-humains--un-instrument-des-groupes-arms-pour-financer-leurs-activits-et-pour-augmenter-leurs-effectifs-_-le-rapport-de-lonudc.html?ref=fs4
     
    http://www.unodc.org/unodc/en/data-and-analysis/glotip.html
     
    • Global Report on Human Trafficking 2018
    http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/glotip/2018/GLOTiP_2018_BOOK_web_small.pdf
     
    • Human Trafficking in the Context of Armed Conflict 2018
    http://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/glotip/2018/GloTIP2018_BOOKLET_2_Conflict.pdf
     
    Ces deux rapports de l’ONU dénoncent que, face à l’augmentation du nombre de victimes, les tribunaux laissent la plupart de ces crimes impunis.
     
    Michel Veuthey

  • Le rôle des acteurs religieux dans la prévention et la solution des conflits

    Le rôle des acteurs religieux dans la prévention et la solution des conflits : une rencontre ce vendredi de 1045 à 1200 au Palais des Nations (Salle XI) dans le cadre de la "Geneva Peace Week"

     

    INTERFAITH-5.jpg

  • Hommage à Alfred Fernandez

    Le Centre Universitaire Henry-Dunant a l’immense tristesse de faire part du décès de M. Alfred FERNANDEZ, 
    Directeur général et Co-fondateur du Collège Universitaire Henry Dunant (CUHD).

    Alfred Fernandez s’est éteint, le lundi 29 octobre à Genève des suites d’un cancer.

    Alfred Fernandez était membre de la Chaire UNESCO de l’Université de la Rioja (Espagne), et de l’Université de Bergame  (Italie) ; Professeur d’éducation comparée à l’Université de Genève, et directeur du Bureau de l’UNED (Université nationale d'enseignement à distance - Espagne) en Suisse. Il était également le coordinateur de Plateformes à l’ONU pour le Droit à l’éducation et de la Plateforme  pour la Diversité et les Droits Culturels.

    Alfred a travaillé toute sa vie, professionnelle et personnelle, pour la promotion et protection des droits de l’homme¸ notamment pour le droit à l'éducation et la liberté d’enseignement, un droit humain fondamental pour le développement de la personne. Alfred  a participé comme expert ou représentant de la société civile à des centaines de réunions internationales sur le droit à l’éducation, les droits économiques, sociaux et culturels dans le cadre des Nations Unies, de l’UNESCO, du Conseil de l’Europe, de l’Union Européenne.  Au cours de sa fructueuse et longue carrière, il a créé plus d’une vingtaine de programmes de formation en droits de l’homme et formé plus de 2000 participants de plus de 110 pays différents.

    Pour celles et ceux qui ont eu l’immense honneur et bonheur de travailler ou collaborer avec lui, nous gardons le souvenir d’une personne humble, lumineuse, d’une grande ouverture d’esprit.  Alfred était toujours à l’écoute. Pourvu d’une intelligence hors pair, d’une bonté naturelle, d’une gentillesse et d’une sensibilité exquise, Alfred était naturellement très respecté de tous.

    La bonne humeur , l'entregent et l’optimisme d’Alfred vont beaucoup nous manquer.

    Les équipes du CUHD et de l’OIDEL continuent leurs activités respectives et rendent ainsi hommage à Alfred Fernandez. 

    Les obsèques auront lieu à l'Eglise Sainte Thérèse, (Avenue Peschier 12, CH-1206, à Genève) le vendredi 2 Novembre à 14h00.

    A partir de mardi après midi on peut veiller sa dépouille à la chapelle funéraire Murith (Boulevard de la Cluse, n°89 CH-1205, Genève).

     

    Voila_Capture 2018-10-30_01-07-11_PM.png

     

  • Pour une abolition de l'esclavage moderne

    L’esclavage n’est pas aboli 

    Le 18 octobre 2018 est la Journée Européenne contre la traite des êtres humains, en cette année du 70eanniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et du 20edu Statut de la Cour Pénale Internationale (qui qualifie certaines pratiques esclavagistes de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité).

    C’est le moment pour la communauté internationale - Gouvernements, Autorités religieuses, organisations internationales, société civile, milieux d’affaires et formateurs d’opinion - de se mobiliser pour une nouvelle abolition de l’esclavage.

    L’esclavage se développe à des niveaux inconnus aux siècles précédents :

    -       En 2010, on estimait à 27 millions le nombre d’esclaves modernes dans le monde (le double des esclaves africains forcés à émigrer aux Amériques). 

    -       En 2018, les dernières estimations sont de plus de 45 millions.

    -       Les profits de l’esclavage moderne dépassent les 150 milliards de dollars.

    -       En 2018, en Europe et Asie centrale selon ”The Global Slavery Index”, le total des victimes de l’esclavage est de 3,6 millions (1,3 million pour l’Union Européenne).

    -       58% des victimes sont dans 5 pays[1]: Inde, Chine, Pakistan, Bangladesh et Ouzbékistan. Femmes et filles représentent 71%. Une victime sur quatre en est un enfant. Le travail forcé et l’exploitation sexuelle en sont les formes les plus répandues en Europe.

    -       En Italie, il y aurait environ 145.000 esclaves aujourd’hui.[2] 

    L’esclavage est souvent invisible. Ce qui contribue à une inadéquation de la prise de conscience des autorités et des structures d’aides, publiques ou privées.

    La pauvreté, l’instabilité économique et politique, les conflits, l’explosion démographique de certains pays, les changements climatiques, les mouvements de réfugiés et de migrants, les persécutions ethniques et religieuses rendent des millions de femmes, d’enfants et d’hommes vulnérables à des réseaux criminels qui, par contrainte ou par de fausses promesses, réduisent ces personnes à la servitude jusque dans nos pays.

    Le 2 décembre 2014, à Rome, des responsables religieux catholiques, anglicans, musulmans, hindous, bouddhistes, juifs et orthodoxes ont signé une Déclaration commune contre l'esclavage modernecomme un engagement à travailler ensemble pour éradiquer ce crime contre l'humanité et restaurer la dignité et la liberté de ses victimes.

    Un effort d’ensemble, sur le plan national, régional et international, est nécessaire pour faire face à cette négation massive mondiale des droits fondamentaux de la personne humaine.

    Michel Veuthey, Ambassadeur de l’Ordre de Malte contre le trafic des personnes

     

    [1]51 pays dont la liste est la suivante: Turkmenistan, Belarus, the former Yugoslav Republic of Macedonia, Greece, Albania, Turkey, Ukraine, Croatia, Montenegro, Lithuania, Russian Federation, Republic of Moldova, Armenia, Uzbekistan, Tajikistan, Bulgaria, Azerbaijan, Georgia, Romania, Cyprus, Kazakhstan, Kyrgyzstan, Kosovo, Latvia, Israel, Hungary, Estonia, Bosnia and Herzegovina, Poland, Serbia, Slovakia, Czech Republic, Portugal, Italy, Spain, Slovenia, Iceland, United Kingdom, Germany, Belgium, France, Norway, Netherlands, Austria, Switzerland, Ireland, Finland, Denmark, Sweden, Luxembourg.

    [2]www.globalslaveryindex.org/findings/